AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Citoyen


Messages : 41
Date d'inscription : 15/08/2014
Fiche : Her

Cléo Hopestadt - She hopes and dreams that everything will be okay
Message Sujet: She hopes and dreams that everything will be okay    Ven 15 Aoû - 23:11

« everything will be okay, you'll be okay »

PHYSIQUE
Elle était un peu pâle de peau, peut-être beaucoup trop. Avec des cheveux coupés court entre le blond platine et le blond cendré, je sais jamais. Mais surtout, elle souriait, elle arrêtait jamais, comme si elle avait renoncé à rien, comme si elle avait jamais douté de la beauté de ce monde, ni de celle des hommes. Elle était pas forcément canon, plutôt banale, mais délicate. Elle vivait, tout simplement. Ses yeux étaient d’un bleu que j’avais jamais vu avant, et elle vous lançait de ces regards qui vous faisaient vous sentir mieux, vous sentir bien, vous sentir important. J’me suis fait quelques films osés mais jolis, mais elle savait pas me donner envie. Non, sa voix un peu trop douce me poussait à culpabiliser dès que je l’imaginais. Mais ses lèvres petites et rosées manquaient jamais de me ramener à la réalité, de me faire comprendre qu’elle restait une fille et qu’elle avait de quoi attirer. Elle était pas spécialement bien foutue, un peu maigre mais elle me plaisait. Parce qu’elle savait se mettre en valeur, parce qu’elle savait se faire désirer, sans même le voir, sans même l’imaginer. Elle s’habillait pas vraiment bien. Un jean, un débardeur, et le tour était joué. Sauf qu’elle avait de jolies jambes, fermes, même si le manque d’appétit les avait rongées. Un visage assez rond mais mature, fatigué mais agréable à regarder. Parce qu’elle souriait. Elle avait la taille fine, aussi, sous sa poitrine que je regardais jamais. On voyait que ça, mais comme tous les autres, je m’en foutais. J’voyais que sa délicatesse, et ce buste que la maladie avait marquée.

MENTAL
Elle avait l’air douce, bienveillante, sereine, et elle l’était. Elle arrêtait pas d’y croire, de m’répéter que rien n’était fatalité, même quand elle planait parce qu’elle souffrait, parce que les médicaments lui attaquaient le cerveau pour qu’elle oublie mieux la douleur. Elle était naïve, un peu, pas trop. Le genre de fille qui vous prend dans ses bras en toute innocence quand tout va mal. Parce que c’est légitime, parce que c’est comme ça. Parce qu’elle est comme ça. Un peu maman, un peu amie, un peu de tout. Mais elle avait jamais eu confiance en elle, et ça se voyait. Dans sa façon de réagir quand on la complimentait, quand on la touchait. Elle rougissait, bégayait. C’était mignon, elle était mignonne à sa façon. Une fois le voile de sa timidité passé, ça allait. Elle était amusante, sans le voir. Maladroite et incapable de mentir. Et pourtant, elle mentait. Elle croyait pour les autres, mais pour elle tout était terminé. Elle avait renoncé, trop faible pour avancer. Elle se laissait abattre par la moindre connerie qui lui tombait sur la gueule. Elle avait toujours eu besoin de quelqu’un pour la relever, pour l’empêcher de se noyer, pour ne pas laisser la vie la faire tomber à genoux. Parce qu’elle pleurait, souvent. Elle se plaignait, aussi, quand elle craquait, quand elle était dans ces phases où elle se sentait trop seule pour continuer.

« Elle est fondamentalement gentille. Peut-être trop parfois, mais c'est comme ça et ça la rend vraiment belle. Je parle bien de cette beauté qui peut émaner d'une personne, bien au-delà de son physique, cette aura apaisante qui calmerait n'importe quelle tempête et qui pourrait faire naître un sourire sur le visage de quiconque aurait le bonheur de la sentir. Tellement mignonne, tellement innocente... Elle est fragile, elle a besoin de soutien. C'est là qu'il faut lui prendre la main et l'entraîner vers l'avant. Mais malgré ça, quoi qu'il advienne, elle sera toujours là elle aussi. Pour me soutenir quand mon monde devient gris, pour me montrer qu'il y a du beau. Elle est ce petit bout de femme à la fois forte et fragile. Ce petit bout de femme plein de tendresse, quand je lui ai attrapé la main, j'ai tout de suite su que je ne la lâcherais plus. »
NOM: Hopestadt.
PRÉNOM: Cleo.
ÂGE: 24 ans.
SEXE: Féminin.
SEXUALITE: Elle ne s'est jamais posée la question, mais elle est hétérosexuelle.
SITUATION AMOUREUSE: Célibataire et décidée à le rester.
PROFESSION: Serveuse dans un café.
CATÉGORIE D'ARMES: Corps-à-corps / Une poêle.
QUARTIER: Second quartier.
GROUPE: Citoyens.
NOTES: Elle souffre d'une maladie orpheline.


HISTOIRE
&. Je n’avais jamais été en bonne santé.
Pourtant, cela ne m’avait jamais empêchée de m’amuser, de sortir, de jouer avec les rares amis que je me faisais. Ma mère me surprotégeait, paniquait dès lors où je rentrais chez moi avec la moindre éraflure sur mon corps trop faible, mais je faisais ce que je voulais. Je vivais comme une enfant normale, élevée par une mère qui, de temps à autre, se plaignait. « C’est difficile pour moi, tu sais, mets y un peu du tien. » Je ne voulais pas lui rendre les choses plus compliquées, alors je faisais attention, parfois. Je l’aidais, malgré cette désagréable sensation que je ressentais lorsqu’elle me regardait. « Ton père rentrera tard, ce soir, nous dînerons toutes les deux, d’accord ? » Je ne savais pas dans quoi il travaillait, ni même à quelle heure il pouvait approximativement rentrer. Je savais uniquement que ce père, que je ne voyais qu’une fois par jour, m’en voulait. Pourquoi ? Je ne l’ai jamais su, et je ne veux pas le savoir. L’amertume dans son regard suffisait à me faire culpabiliser, à m’accabler.

&. En une étouffante journée.
Le jour suivant les vacances au bout desquelles je rentrerais au collège. Ma première hospitalisation. Et la température m’avait parue impitoyablement froide. J’avais été opérée. Quelque chose de minime, mais qui m’avait obligée à rester à l’hôpital un long moment. Les journées que j’aurais dû voir s’écouler aux côtés des autres enfants se déroulaient entre quatre murs d’un blanc bien trop déprimant. Mes vacances furent un cycle infernal dont je ne voyais plus le bout : Hospitalisations, renvois, examens. Et le bracelet bleu que je portais au bras devînt vert. De simple patiente mensuelle, je devins « admise ». Je ne savais pas comment le définir, mais j’avais fini par y rester, dans cet hôpital qui m’avait tout volé. Je ne pouvais que regarder mon bracelet pour me le rappeler. Il n’y avait rien de plus que mon nom inscrit dessus. Un nom qui me rappelait cruellement qui j’étais. Un nom qui me crachait au visage que je devais vivre dans l’idée d’avoir fini par faire pleurer ma mère. « Cléo Hopestadt ». L’espoir et l’évanescence dans un seul et même patronyme. C’était ironique, j’avais cette impression que tout dans mon existence souhait me rappeler que j’aurais dû regretter d’être née. Mais je m’en fichais.


&. Ces livres sur mes étagères restèrent éternellement ceux de primaire.
Au début, les rares amis que j’avais su garder venaient régulièrement me voir à l’hôpital. Autant pour me parler de ce collège que je ne pouvais pas intégrer que pour ne pas me laisser seule entre ces quatre murs qui du blanc étaient passés au bleu. Les semaines passaient, leur nombre s’effritait, autant que leurs visites, jusqu’à ce qu’il n’y ait finalement plus personne. J’avais été abandonnée, comme s’ils ne m’avaient jamais rencontrée. Comme si mon existence même dérangeait.

- Année 2390 –

Mon adolescence s’était déroulée dans de multiples allers et retours entre l’hôpital et la maison de mes parents. Je ne la considérais plus comme la mienne, et au fond c’était peut-être mieux ainsi. Ma mère venait me voir, de temps à autre, lorsque je n’étais pas chez elle. Elle me rapportait mon plat favori, en me regardant et me rassurant d’un sourire si faux que je lui en voulais. Je lui en voulais pour cette pitié qu’elle ressentait envers moi et qu’elle tentait de cacher dans des efforts qu’elle ne faisait même pas.
J’avais seize ans lorsque je fus une fois de plus opérée. C’était le début de la fin. Le début de ma fin. J’aurais dû l’admettre, mais je le refusais, étonnamment. Moi qui avais toujours vécu cela de façon détachée, comme si je n’en étais qu’une spectatrice, j’avais fini par pleurer. Et le bracelet que je portais au poignet passa du vert au blanc. Ce blanc qui différenciait certains patients des autres. Ce blanc qui crachait au visage : « Tu viens du septième. ».  

&. C’était la limite invisible entre ce qui était normal et ce qui ne l’était pas.
Mon temps s’est arrêté, mon cœur s’est arrêté, ma poitrine est recouverte d’immenses cicatrices.
- Tu vas devoir être envoyée au septième étage.

Je n’avais pas répondu. A vrai dire, j’avais tout simplement hoché la tête sans réelle conviction. Je l’entendais parler sans l’écouter. Et avant même que j’aie pu saisir ce qu’il m’arrivait, je me retrouvais dans une partie de l’hôpital qui me semblait étrangement irréelle. Sur ma droite, un poster clamait fièrement « Nous veillons au bien-être de nos patients ! Le Septième est l’un des étages les plus accueillants qui soient ! » Mais il n’y avait personne. Personne si ce n’étaient les rares infirmiers qui se bousculaient dans les couloirs sans daigner me regarder. J’avais visité ce septième étage. Et étonnamment, dans un lieu où la vie régnait autant que la mort, les plafonds étaient bien trop hauts, les objets tranchants inexistants, et les fenêtres, elles, ne s’ouvraient pas plus de vingt centimètres. C’était logique, en soi. Mais cruel. Terriblement cruel. Et j’avais compris très vite que ce fameux « Septième » était l’étage où l’on envoyait les patients au cas un peu trop compliqués. Je ne savais pas si j’allais mourir ici-même ou chez moi. Mais je savais que je ne vivrais pas.

&. En cette longue et froide journée.
J’avais fini par sortir de l'hôpital, encore une fois. La troisième fois. Ma mère n’était pas là pour m’accueillir, comme d’ordinaire, désormais. La troisième aurait été la dernière. Je n’y retournerais plus, je le sais. Et une fois de plus, la température brûlant ma peau me parût cruellement froide. Comme si elle me mordait, me déchirait, sans vouloir me laisser m’en échapper. En soi, ce n’était pas compliqué. J’étais déjà une poupée dénuée de la moindre sincérité, de la moindre vitalité. Une poupée désirant cacher ces cicatrices qui ne seraient plus que son passé et sa destinée. Une poupée qui avait derrière elle vingt années d’une vie qu’elle n’avait jamais réellement menée.

-Année 2398-
Mes allées et venues à l’hôpital continuent mais ne durent jamais plus d’une heure ou deux. Il n’est question que d’examens, suivis médicaux, et tout ce qui s’y rapporte. Ma vie est à peu près normale, désormais. J’ai regagné la maison de mes parents dans le second quartier, et je travaille désormais pour prendre mon indépendance. Je n'ai pas envie de passer le restant de mes jours à leurs côtés.

Mon bracelet blanc est redevenu bleu, mais mon temps s'est arrêté, et mon coeur avec. Cette même Cléo qui auparavant souriait, ne fait plus que mentir désormais. Parce qu'elle sera de nouveau « admise » un jour. Et que cette simple mention sur une feuille de papier marquera sa fin.


ET IRL?
PSEUDO:Ely.
ÂGE: 20 ans.
A PROPOS DE VOUS ?: Regarde mon IP.
SPONSORISE PAR: REDARDE MON IP.
FEATURING: Meiko des Vocaloid en blonde et l'avatar est un original.
CODE:



Dernière édition par Cléo Hopestadt le Sam 16 Aoû - 9:19, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Magistrat


Messages : 53
Date d'inscription : 31/05/2014
Fiche : Prez : Un loup dans un terrier à lapins.


Infos
Points de vie:
7/10  (7/10)

Alex Marston - She hopes and dreams that everything will be okay
Message Sujet: Re: She hopes and dreams that everything will be okay    Ven 15 Aoû - 23:15

REBIENVENUE MON CHATON ! <3



"Save and protect."
FicheRelationsT.E.L.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - She hopes and dreams that everything will be okay
Message Sujet: Re: She hopes and dreams that everything will be okay    Sam 16 Aoû - 1:38

Ton nouveau personnage est très touchant.
Rebienvenue parmi nous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Citoyen


Messages : 41
Date d'inscription : 15/08/2014
Fiche : Her

Cléo Hopestadt - She hopes and dreams that everything will be okay
Message Sujet: Re: She hopes and dreams that everything will be okay    Sam 16 Aoû - 9:02

Merci mon bb ♥

Ludwig > Merci beaucoup *^*

I CUICUI YOU ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Magistrat



Fraus Néri - She hopes and dreams that everything will be okay
Message Sujet: Re: She hopes and dreams that everything will be okay    Sam 16 Aoû - 15:27


BIENVENUE SUR UNDERGROUND (officiellement) !

Notes du sous-fifre: Rebienvenuuuuuuuue /o/

Tu dois maintenant: Parce qu'il y a quelques obligations, quand même. Enfin, pas beaucoup pour le moment.

  • Faire ta fiche de relations. (www)

Tu peux maintenant: Parce que... parce que c'est très bien, voilà !

  • Faire ton TEL. (www)
  • Faire ton journal ou d'autres trucs cools dans le passé. (www)
  • Et si jamais t'as envie de RP maintenant, tu peux aller: sur la Chatbox (www), sur les demandes de RP (www) ou encore aller faire une nouvelle demande ! (mais on aime pas ça, ewww. c'est caca.)

Et on a ajouté à ton inventaire:

  • Ton arme... surtout, vise la tête, c'est plus efficace. Ou les services trois pièces...
  • Ta maison !
  • Une fiole de santé +3HP si jamais tu te prends le petit doigt de pied contre la commode de ta chambre.

Et bonne chance !


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé - She hopes and dreams that everything will be okay
Message Sujet: Re: She hopes and dreams that everything will be okay    


Revenir en haut Aller en bas
 

She hopes and dreams that everything will be okay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Neil Young / Chrome Dreams II
» Chrome Dreams II (2007)
» SIGH "Scenario IV: Dread Dreams"
» U.D (UNHEALTHY DREAMS)
» Dreams Box set

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-