AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Citoyen


Messages : 3
Date d'inscription : 16/07/2014
Fiche : [url=URL DE TA FICHE]Titre de la fiche[/url]

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Johanne Eden Unfeth - A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !
Message Sujet: A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !     Jeu 17 Juil - 0:22

« A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser ! »

PHYSIQUE

Jack n’est pas bien grande. Ses épaules ne sont pas bien larges et sa musculature bien peu développée. Malgré le fait qu’elle fut nourrie, Jack n’est pas bien grosse. Pour dire vrai, ses formes ne sont d’ailleurs point trop généreuses. Finalement, son apparence est très classique : une femme en huit dont la taille fine a été obligée par des vêtements serrés. Par ailleurs, ceux-ci sont souvent soignés, riches. Jack aime se faire offrir des bijoux : boucles d’oreilles, bagues, bracelets ou simples broches, telle la pie, la jeune fille aime tout ce qui brille sans non plus en porter à l’outrage… Et si ses vêtements bien souvent sont sombres –et d’ailleurs bien plus agréables à voir qu’à porter - ses ornements sont toujours colorés.

Jack a des cheveux châtains clairs, longs, lisses, elle aime se les attacher. Son visage est fin : point de lèvres charnues, point de pommettes saillantes. Ses yeux en amandes sont gris clairs et ne sont dénués d’une flagrance d’intelligence. Ses moues sont joueuses, rieuses : son visage est très expressif. Tout en elle l’est : ses mouvements eux-mêmes. Quelqu’un de loin pourrait même penser que ceci est exagéré, et il n’aurait totalement tort : cette habitude lui vient de ses caprices d’enfances, de ses observations des bals et elle sait, quand il le faut, se montrer calme.

Souriante, sa gracilité n’a d’égal que sa faiblesse. Non habituée au combat, elle ne saurait faire preuve de force.


MENTAL
Jack est une jeune fille double. Elle présente un comportement différent selon la situation : privée ou mondaine.

En situation mondaine, Jack est quelqu’un de distingué. On la précise aussi douce et agréable que son prénom est disgracieux. Elle est appréciée pour son humour. On la dit également naïve : elle se montre candide sur bien des sujets si bien qu’on se permet rapidement de lui dévoiler des confidences.

Mais en réalité, sa personnalité est totalement contrastée par un sentiment malsain. Peut être même est ce sa façon la plus directe d’exprimer de l’amour. Jack est quelqu’un qui aime posséder : elle aime rabaisser les femmes à un statut de poupée, êtres manipulables, comme les vivants selon elle, sentiment négatif ayant pour origine sa mère. Pourtant, elle se décrirait comme quelqu’un aux intentions pures : il n’en est rien. Au fond, elle est en déni vis-à-vis de cette réalité et se trouverait en bien mauvaise posture si on la forçait à l’accepter.

Elle accepte de participer à la mort d’autrui –même indirectement- et n’en garde aucune culpabilité. Détruire pour prouver sa suprématie lui plait même si elle se préfère au second rôle. Observer la fin des choses lui retire son ennui. Et, au premier rôle, ne peut être que son frère jumeau à qui elle se dévoue entièrement. Elle aime sa famille et peut sacrifier nombre de choses pour elle… excepté sa mère qu’elle proposerait au contraire contre une miette de pain si elle en disposait l’opportunité. Si seulement…

Sa plus grande faiblesse est son ennui. Jack se lasse très vite de tout : des gens, des jeux. Et si son ennui devient trop important, alors le seul amusement qui peut l’en délier ne sera jamais de provenance positive. Et, jusque là, cet ennui était maitrisé par son frère qui le vivait en même temps qu’elle… ce qui n’est plus possible désormais.

Etrangement, Jack n’a pas peur du noir…. Elle n’est pas claustrophobe non plus : elle a peur des portes fermées. Sans explications pour cela, outre le souvenir vague d’un jeu avec son frère, jeu sans importance, elle n’a aucune idée d’où il provient. Pour éviter d’être paniquée, elle se promène avec une clé : tant qu’elle la porte, elle se sentira rassurée. Si on la lui retire, elle risque de faire une crise et de laisser tous ses mauvais instincts ressortir.

Chose d’amusante également : Jack apprécie fortement le feu et les rats. Elle voulut en adopter un jeune mais sa mère refusa. Là encore, non pas une histoire qui nécessite d’être narrée… Mais c’est toujours bon à savoir puisque le désir d’en obtenir un reste en elle. Quant au feu, ce qu’elle apprécie, c’est son envie de vivre, si ardent. Capable de tout détruire pour exister une seconde de plus, pour ne point disparaitre au néant, elle s’identifie quelque peu à lui et si elle en croise un, elle souhaitera l’aider à résister à la mort le plus longtemps possible.
NOM: Sylent
PRÉNOM: Jack Noah
ÂGE: 19 ans
SEXE: Féminin
SEXUALITE: Mal définie…
SITUATION AMOUREUSE: C’est compliqué…
PROFESSION: Sans emploi
CATÉGORIE D'ARMES: Inconnue
QUARTIER: Haute ville
GROUPE: Noble
NOTES: A un tatouage sous le pied droit, son frère l’ayant sous le pied gauche


HISTOIRE


Sa main semblait douce. Plus je la regardais, plus elle me semblait soyeuse, et plus je voulais la toucher. Mais là n’était pas l’une de mes possibilités puisque c’était un duel qui nous opposait. Oh, point le duel cruel où le sang coule : pour qui me prenez vous ? Mais un duel de jeu. Aussi impitoyable qu’un vrai, il n’employait aucune vie ; seulement l’honneur. Et la personne, en face de moi me ressemblait suffisamment pour qu’on croie à un miroir. Pourtant, quand j’observais ses yeux j’y voyais une malice qu’on ne trouvait point en les miens. Et ses mains étaient tachées de rouge sans qu’aucun autre ne le su. Ses paroles étaient crues, dures, et savaient faire résonner mon cœur. J’aimais autant cette personne qu’on pouvait aimer quelqu’un… Et elle m’aimait d’une affection tout aussi puissante ! Jamais on n’aurait pu nous séparer : n’en doutez point. Certains avaient essayés mais n’en parlons point : après tout, il est mal avisé de souiller la mémoire des morts. Enfin, c’est ce qu’on m’avait toujours dit.

Le compagnon de mes doutes parla et bougea sa pièce. Echec, qu’il déclara. Et, dans un élan de rage, j’en jetais les pièces au sol tandis que cette personne riait, riait, riait !!! Ma nourrice vient jusqu’à nous, surement alertée par le bruit, et nous demanda ce qu’il se passait. Ses yeux… Elle semblait inquiète : je n’étais pas prête pour la fête donnée par ma mère dans quelques heures. Ma mère… cette douce femme si parfaite. Je promis à ma gouvernante de me préparer et je suivis l’être aimé jusqu’à la cave où attendait ma future poupée. J’adorais les poupées, je les adore toujours. A chaque fois, c’était mon aimé qui choisissait la future poupée, et je la créais en miniature. Les grands modèles : peu mon genre. Je n’en gardais que les cheveux… Celle la nous regardait avec terreur, pauvre poupée. Je l’aurai bien amenée à la fête, mais il était trop tôt ! Alors, pour la calmer, je lui ai proposé de lui parler un peu de moi, un peu de mon aimé, un peu de mes poupées.


Peut être ainsi pourras tu m’aider à me réfugier de mon ennui ? Et j’ai un doute : je ne sais comment agir.
-Oh, bien sûr ! Je ferai tout ce que vous voudrez ! répondit ma poupée. Elles répondaient toutes la même chose. Et celle là était si jolie !

La femme et l’homme s’aimaient, il n’en faisait aucun doute.
L’homme se prénommait Allan : on lui ordonnait un bel avenir ! Il se trouvait que sa famille était dans la garde civile depuis de nombreuses années et lui-même se prédestinait à un même rôle. D’origine anglaise, l’homme aimait les chapeaux et était l’exemple même de l’homme à marier. Doux, gentil : on le disait précieux et gentleman.
La femme, elle, se prénommait Sarah. Sa famille travaillait dans la R-C Cash. Ni trop haut placé, ni trop bas : de quoi gagner sa vie sans être riche. Pour dire vrai, ils espéraient que leur fille épouserait un noble si bien qu’ils firent tout pour la rendre attirante. Ils savaient bien que leurs fils auraient plus de mal à obtenir l’aval d’une famille –on prenait d’avantage de femme comme nouveau sang- et leur seconde fille était laide. Vraiment… laide. Pourquoi voulaient-ils se rapprocher du rang des nobles, pourtant premières chair sacrifiées ? Ils ne le dirent jamais réellement. Et, quand ils se désespérèrent de marier leur Sarah, Allan arriva. Point de destrier, juste une demande. Simple, mais ils étaient heureux. Sarah légèrement moins, mais elle n’avait pas à se plaindre et, acceptant cela, elle ne se plaint jamais.

Sarah voulait garder un emploi, elle se fit donc embaucher en tant qu’institutrice chez les enfants en bas âges que les parents ne voulaient pas envoyer dans les classes. Rapidement, elle se fit ainsi connaitre des parents des enfants et entra dans des cercles : sa culture et son esprit aiguisé le fit entrer dans les cercles des dames de bonne familles. Ils avaient un joli appartement dans la haute ville. S’il n’était point énorme, chacun des enfants pouvait avoir sa propre chambre. Allan disposait de son bureau privé et, en plus de tout cela, ils disposaient d’une cave qu’ils n’employaient pas : au fur et à mesure que le temps passa, elle devient le lieu qu’offrit Allan à ses enfants pour jouer à l’abri des réprimandes. Alors qu’Allan montait en grade, ils attendirent leur premier enfant.

Qu’importa son prénom, dans cette histoire, celui-ci ne fut point des plus importants. Car trois ans plus tard naquirent deux jumeaux et ceux-ci décidèrent d’appeler leur grand frère Adam et refusèrent de s’adresser à lui sous un autre nom. Et le grand frère, doux qu’il était –car il ressemblait à son père- accepta avec tendresse cette envie. Les deux jumeaux eurent deux noms : Jack et Noah. Et, étonnamment, Jack était une fille quand Noah était un garçon. Et, pendant son accouchement, Sarah se blessa si bien que trois enfants fut le maximum qu’elle pouvait produire. Et, surement Sarah avait été abreuvée par les habitudes de ses parents car elle se montra bien plus dure envers Jack qu’envers ses autres enfants.

Peut être faut il juste faire une petite parenthèse car la poupée demanda Pourquoi Jack pour une fille ? Il se trouva que pendant la grossesse de sa femme, Allan remarqua un ancien ouvrage parlant d’un certain Jack. Ce nom était connu de tous, apportant de la grandeur. Il décida donc de l’offrir à un de ses enfants. Bien évidemment, n’importe quelle personne aurait pu deviner que Jack l’éventreur n’était pas un exemple à suivre. Mais, Allan avait peu nombre de défauts, mais parmi ceux-ci, se trouvait celui d’être obnubilé par les grands psychopathes et pour lui, Jack l’éventreur était une créature fascinante. Bien évidemment, il aurait donné ce prénom à un fils, mais la dernière née était une fille et sa femme désirait que le deuxième se nomme Noah. Alors, ce fut Jack : partage équitable entre les prénoms de leur progéniture, un chacun ! Et, il berça l’enfant en lui racontant mille aventures inventées de ce héro qui avait tant de difficulté à tuer les vilaines prostituées ! Ah, oui : Allan détestait la prostitution.

Et Jack détestait sa mère. Celle-ci voulait en faire une parfaite jeune fille et la faire resplendir. En plus des cours que suivait son frère, celle-ci la forçait à apprendre tout ce qu’une demoiselle de bonne vertu devait savoir. Et, comme récompense, Jack recevait des poupées. Point de ces jouets mignons, mais de celles qu’on ne touche point et qu’on collectionne. Alors, l’enfant se prit au jeu. Et, montrée lors des soirées de sa mère, elle souriait à ce monde qu’elle n’appréciait pas jeune. Ce n’est que grâce à son frère qu’elle lui découvrit un amusement. Car, dans cet univers, bien des jeux de pouvoirs avaient lieu : et au cœur des messes basses, personne ne faisait attention à l’enfant qu’elle était. Après tout, elle ne comprenait bien. Et pourtant, les femmes trompaient leurs époux et maitresses se côtoyaient avec plaisir feint.

Et, au cœur de ce bon monde, un seul sujet revenait sans cesse : le roi !

Qui était-il ? Que faisait-il réellement ? Si bien que Jack demanda à son père s’il l’avait déjà vu. Car il avait été fortement promu et sa fille ne savait exactement ce qu’il faisait. Allan ne parlait pas de son travail… Et il leur déclara que le roi était toute puissance et qu’il fallait le respecter, voir l’aduler… en privé et encore d’avantage en public ! Mais Noah trouvait cela étrange : pourquoi, s’il devait être leur dieu, n’en entendaient ils si peu parler lorsqu’ils étaient en leur demeure ? C’est à ce moment, âgés de 12 ans pour les jumeaux et 15 pour Adam, qu’ils disposèrent de la cave. Seuls les enfants en avaient la clé et ils décidèrent de découvrir qui était le roi, en secret : juste comme ça ! Mais cela ne leur dura qu’un temps et ils abandonnèrent rapidement la poursuite de la chimère !

Et, Jack en profita pour y installer ses affaires pour construire ses poupées en porcelaine. Elle disposait de moules et de pâte. Elle s’entraina à faire des mélanges. La faisant de la base à la fin, elle les cuisait elle-même, les peignait. De leurs yeux aux cheveux : elle cousait également les vêtements. Et, ce talent la fit remarquer. Sa mère était persuadée qu’elle pourrait soit gagner sa vie en faisant des poupées, soit en créant des vêtements. Mais le stylisme ne la disait pas, ni la vente de jouet : cela l’amusait, c’était sa passion. Rien de plus…  Après tout, elle jouait toujours aux échecs avec Noah, cela ne voulait pas dire qu’elle désirait être devenir maitre des échecs ! Mais Sarah n’avait pas le respect réel de Jack, après tout…

Et, alors qu’ils grandissaient, les liens des enfants étaient de plus en plus puissants. Les jumeaux s’aimaient à la folie et adoraient leur grand frère. Ils eurent du mal à accepter le départ de celui-ci pour la garde. Il ne revenait que peu et, pire que tous, il eut même une petite amie lors de ses 17 ans ! Et Adam passait tout son temps libre avec elle… autant dire que Noah et Jack la détestèrent cette sale femme ! Ils se renfermèrent sur eux même, petit à petit : puisque même leur grand frère les avait abandonnés, ils resteraient à deux ! Et leur affection douce devint de plus en plus malsaine, sans jamais bien sûr aller jusqu’à faire naitre de jeux sexuels, que ce soit précisé !

Et, de cela, leur provint un nouveau jeu ! Un jour, Jack allait tranquillement à sa cave car Noah lui avait dit lui avoir trouvé un amusement certain ! Une femme était en bien mauvaise posture. Ligotée et bâillonnée, elle avait surement été droguée pour être amenée ici même : une prostitué à n’en pas douter. Bercée par ses histoires, Jack savait que c’était là une mauvaise créature dont la présence était un maux pour la société. Pourtant, elle n’était pas laide : elle aurait fait une si jolie poupée… Mais, Jack était fort gentille : il était hors de question qu’elle blesse la prostitué de ses mains. La jeune noble voulait juste en profiter pour en créer une double de porcelaine : douée qu’elle était, ce n’était pas bien compliqué. Elle ne prenait que les cheveux, et ce qui advenait à la femme : ce n’était pas de son ressort et elle n’en avait cure. Son frère s’en occupait, Jack restait innocente, non ?

Donc vous ne savez pas ce qui va advenir de moi ?
-Je n’ai pas dit cela : j’ai dit que c’est à Noah de s’occuper de toi…
-Mais je suis là depuis déjà des semaines !
-Il y a une raison à cela….


Car Noah prit de plus en plus de filles. Si bien qu’il se fit repérer par la garde et, à ce qu’il raconte à Jack, on ne lui laissa que peu d’alternatives. Soit il se débrouillait pour trouver les rebelles qui se cachaient au sein des nobles, soit ses amusements seraient connus du public et il s’en ferait punir. Noah ne souhaitait pas mourir : il accepta. Il raconta suffisamment de choses à sa sœur pour qu’elle sache quand il fallait qu’il envoie ses lettres et à qui… et comment en obtenir la réponse… rien de plus et finalement, ceci fut très problématique pour deux raisons.

La première fut que Noah attrapa, par mégarde, une prostituée qui justement appartenait à la cause rebelle. Et Jack fut contactée par une servante par ces-dits rebelles qui attendaient bien à ce que l’on rembourse ses dettes. Plusieurs d’entre eux étaient au courant : la servante lui déclara que si la jeune femme ne les aidait pas, les rebelles offriraient Noah en pâture à la colère du bas peuple. Et ça, Jack ne le désirait pas non plus… Elle songea à faire assassiner la servante : ce devait pouvoir être possible… Mais la femme avait bien précisé qu’ils étaient plusieurs à le savoir alors à quoi bon ?

Car la seconde fut que Noah eu un accident, malheureux, de cheval. Un accident tout bête : pas de quoi vouloir tuer qui que ce soit. Et depuis, son cher frère se trouvait dans le coma. Oh, la tristesse déroba la jeune Jack et, alors que ses larmes continuaient de couler, une lettre arriva. Son frère allait se réveiller, les médecins en étaient sûrs. La question était : quand ? Et cette lettre annonçait le besoin d’en apprendre plus sur les rebelles sous peine d’être rapidement exécuté. Il ne fallait pas qu’ils soient au courant de l’état de Noah : c’était trop dangereux, vous comprenez ?

-Donc, vous allez me libérer ?


J’observais cette sotte. N’écoutait elle point ce que j’expliquais ? J’étais dans l’embarras mais mon frère était plus important de tout. Il fallait que j’arrive à se faire mordre la queue au serpent : si les rebelles et les gardes qui en connaissaient le secret s’entretuaient, ce serait bien plus simple. Je camouflais mes cheveux dans ma perruque pendant que la prostituée s’abandonnait au soulagement. Me faire passer pour mon frère jumeau serait aisé, voir facile… Il était de nos jours si facile de bien se travestir… Et personne ne saurait que je jouerai les deux roles : je serai Jack et Noah le temps que celui-ci s’éveille. Lame à la main, je me retournais vers la femme qui semblait de moins en moins rassurée.

Vous… que faites vous ?
-Voyez-vous, je vous avais parlé de mon ennui à troubler… Et de mes doutes vous concernant. Mais à être deux personnes, je ne vais pas m’ennuyer bien longtemps. Quant à votre fin, elle concerne mon frère et… je le suis également désormais.


Des mains teintées de rouges, je n’avais point rêvé dans le miroir… fut ce lui dans mes songes ou moi dans les siens ?




ET IRL?
PSEUDO: Jack Noah Sylent
ÂGE: 24 ans
A PROPOS DE VOUS ?: Je suis… moi ! Et je trouve ça déjà très bien, voir formidable ! Sinon, nous allons très bien dans notre tête ; un peu nombreux, mais habitués ! Et nous sommes enchantés de faire votre connaissance !
SPONSORISE PAR: Ludwig Hammerstein
FEATURING: Fangogo (DA)
CODE:



Dernière édition par Jack Noah Sylent le Jeu 17 Juil - 10:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 181
Date d'inscription : 18/05/2014
Fiche : Par ici !



Infos
Points de vie:
0/10  (0/10)

Natasha Alinovitch - A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !
Message Sujet: Re: A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !     Jeu 17 Juil - 1:05

"SITUATION AMOUREUSE: C’est compliqué…" Rien que pour ça, je t'aime.

Bienvenue !!



-Merci à Nero pour l'avatar et au Doc' pour la signature !!-
~Fiche / T.E.L. / Relations~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !
Message Sujet: Re: A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !     Ven 18 Juil - 7:30

WELCOME MA'AM!
Je suis ravi d'avoir la possibilité de rp avec toi :D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rebelle



Sacha ##### - A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !
Message Sujet: Re: A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !     Ven 18 Juil - 16:06

hey ! ... kidiiiiiiiiiin'

Un jour, mon prince viendra...

Bonjour et bienvenue sur UNDERGROUND ! J'ai lu ta fiche mais voilà, je bloque sur quelques points importants de ton histoire - bien écrite d'ailleurs, j'aime particulièrement la dernière phrase - malheureusement. Alors, voici les quelques points afin de t'aiguiller...

  • Tout d'abord, je ressens une inspiration très forte du dix-neuvième siècle (1888 représente !) et surtout pour les "nobles" d'Erèbe. Mais voilà, le problème, c'est que nous ne sommes plus au dix-neuvième siècle et les habitudes, moeurs et stéréotypes ont changé - surtout car les survivants ont dû, justement, survivre. Ainsi, les nobles n'ont pas particulièrement de vie plus snob que les simples citoyens: ils vivent surtout plus aisément et se permettent des loisirs plus souvent que la classe "moyenne" (qui est en réalité une classe presque pauvre si l'on compare à nos jours actuels). Ainsi, tu racontes souvent que les femmes ont une éducation assez différente des hommes et joue avec poupées, se pare de beaux habits et se soigne esthétiquement parlant. Sauf que voilà, tu tombes dans le sexisme donc et comme dit je-ne-sais-plus-où: il n'y en a plus ou presque plus. Les femmes gardes sont aussi courantes que les hommes et les hommes utilisent souvent des crèmes pour la peau ainsi que du maquillage (eh oui !)... Et aussi que les femmes peuvent montrer ses seins sans que l'on pense que ce soit sexuel (plus de censure sur les poitrines). Donc, les femmes bien parées pour des mariages arrangés, ça n'existe presque plus... surtout étant donné que le mariage ne donne accès à la noblesse qu'à la/le marié(e) !
  • Jack l'Eventreur (malheureusement... ?) n'est plus connu de la population actuelle. Comme dit dans Le Saviez-Vous, dans la catégorie "Divers" premier point, peu des connaissances dîtes "antiques" sont parvenues aux citoyens d'Erèbe. Donc un événement de si faible importance (qui de nos jours revient aux "mythes" tels que celui de Sweeney Todd, bien que celui-ci ait vraiment eu lieu), je doute qu'il arriverait aux oreilles de nos personnages. Par contre, ça ne me dérange pas justement que tu reprennes l'idée en en faisant une légende, un peu comme le croque-mitaine, mais sans en mentionner le nom. (au fait, Jack l'Eventreur n'était pas un psychopathe - ou du moins, l'on ne peut pas le qualifier comme tel puisqu'il n'a jamais été retrouvé des autorités et donc, l'on n'a pas pu établir de vrai profil psychologique)
  • Pour ce qui est des meurtres de prostituées... je suis déjà content que le meurtrier ne soit pas resté inconnu des forces de l'ordre, mais... je doute que ceux-ci, bien que la confrontation soit tant forte que "tous les coups sont permis" se retrouve à faire appel à un homme du type de Noah, qui se retrouve donc à kidnapper et tuer des prostituées par simple "envie" pour rechercher les rebelles. Et même, si ça venait à se savoir, ça entacherait de manière conséquente la réputation des gardes... alors qu'ils préfèrent justement avoir une "bonne" image - et donc, ils exécuteraient plutôt Noah suite à un jugement pour montrer au bas peuple qu'ils vengent leurs prostituées (afin donc de faire changer d'avis à quelques rebelles et réduire les rangs).
  • Y a pas de chevaux à Erèbe ! :3

Alors ça fait beaucoup, oui, comme ça, mais au final il n'y a que quatre points, dont deux pas très importants au final.

Et bonne chance !

EDIT: Déplacement en "abandon" pour cause de nouvelle fiche et nouveau personnage.


٭ FICHE
٭ RELATIONS
٭ T.E.L

٭ and she walks
٭ (c) .1019

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé - A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !
Message Sujet: Re: A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !     


Revenir en haut Aller en bas
 

A l'aide, le monstre qui est en moi va exploser !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Monzoo (besoin de votre aide)
» Aide pour beat Reggae et mixage d'instru
» Le monstre du lac de Storsjö
» AIde sur l'M-audio axiom 49
» demande d'aide pour video sur you tube

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-