AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Rebelle


Messages : 91
Date d'inscription : 09/05/2014
Fiche : www.présentation


Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Fred Barcroft - live fast, die young – and don't forget to drink irresponsibly
Message Sujet: live fast, die young – and don't forget to drink irresponsibly    Lun 23 Juin - 20:15

Le bar avait l’aspect miteux et délabré de ces endroits qui ne subsistent  qu’à la faveur de quelques occupations peu recommandables et certainement pas légales. En tant que personne normale, on ne l’aurait certes pas choisi pour se rafraîchir un coup le gosier après une dure journée de labeur.
En tant que chien errant du troisième secteur en revanche, l’endroit revêtait tous les aspects de l’hospitalité idéale : l’ouverture à des heures indues, la fréquentation éparse et peu encombrante, les clients n’ayant pas idée de venir te chercher des puces pourvu que tu t’en abstiennes également – ou qui à l’inverse étaient toujours ravi de te foutre une châtaigne dans la tronche sous l’œil bienveillant du barman.
Le paradis.
Et Fred était tout à fait ce type de gus susceptible d’apprécier à sa juste valeur l’établissement vétuste. D’abord parce qu’il en trouvait toujours la porte ouverte à chaque fois que ses errances sans but le menait dans le coin. Ensuite parce que le patron, sans être de ses amis – instant lucidité du jour : Fred n’a pas d’amis –, faisait au moins partie de son tableau de bonnes connaissances. La raison là-dessous avait un justification on ne peut plus noble : on laissait au pochtron tatoué le droit de boire à l’œil pourvu qu’il ait la bonne grâce de foutre dehors les gens qui venaient foutre la merde un peu trop fort. Bien sûr, quand c’était lui qui la semait, et le fait arrivait au moins aussi souvent que son contraire, c’était une autre paire de manches, étant entendu que l’hurluberlu ne pouvait pas s’autodonner une raclée et un bon coup de pied au derch. Enfin, il y avait toujours un pauvre clampin pour s’en charger et, au final, c’était surtout grâce à son statut de vieille connaissance et pilier de bar assidu que Barcroft finissait toujours par y revenir sans crainte de se prendre un coup de savate de la part du gérant.

Il y avait une musique bonne à te défoncer les tympans pour peu que tu te soucies encore de la bonne santé de ces derniers ; du genre à te foutre la cadence dans la peau malgré son statut de daube cacophonique tout juste bonne à contenter le propriétaire déjà sérieusement éméché de l’oreille qui l’entendait – ou plutôt la subissait bon gré mal gré.
Ce cher bon vieux Fred était, pour ne pas déroger aux habitudes, accoudé au comptoir et plongé en pleine discussion existentielle avec lui-même, et de temps en temps le barman qui venait ajouter sa pierre à l’édifice, ne serait-ce qu’histoire de relancer la machine quand celle-ci menaçait de s’effondrer, et se payer de nouveau une bonne tranche de rigolade aux dépends de cette pauvre âme torchée. Enfin, ‘pauvre’… rien qu’une question de point de vue, bien qu’à littéralement parler ce n’était pas mentir que de dénoncer le triste néant des poches de son blouson élimé. Fred ne croulait pas sous l’or, mais enfin à la longue on finissait par s’y habituer.
Du drame d’être à la fois dépensier et chômeur…

Présentement au sommet de son glorieux état, le Barcroft décida de quitter son poste le temps d’aller pisser un coup. Manque de bol, il résulta de cette manœuvre délicate – laquelle consistant en tout et pour tout à lever son cul du tabouret de bar et amorcer un demi-tour en direction du fond de la salle – que son avant-bras envoya à la renverse, et avec entrain, un verre plein sur son potentiel propriétaire, ou en tout cas une tierce personne ayant eu la chance de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Une petite pensée désolé pour ce liquide gaspillée, pas la moindre idée d’un mot d’excuse à la bouche, et le bonhomme ne trouva pas mieux – histoire d’en retartiner une couche – que de bousculer violemment le dommage collatéral dans son début de cheminement vers les chiottes.



Dernière édition par Fred Barcroft le Mar 15 Juil - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Invité - live fast, die young – and don't forget to drink irresponsibly
Message Sujet: Re: live fast, die young – and don't forget to drink irresponsibly    Lun 30 Juin - 15:56

L'ambiance plébéienne, l'obscurité ambiante, l'insalubrité à peine excusable, la cacophonie auditive, le tord boyaux si puissant qu'il en attaquait l’œsophage ... toutes les conditions étaient réunies pour que Dante se sente dans son élément : celui du désarroi.
Non pas que le bonhomme soit coutumier du fait, bien au contraire, il se répétait de cette désolation ambiante qui lui conférait un sentiment grisant d'imprévus et à la fois de contrôle intrinsèque pour mener ses actions à bien. N'ayant qu'à se laisser glisser dans ce moule, observateur comme à son habitude, il ne tarderai pas à mettre à jour une demoiselle en détresse ou en déprime sur qui il pouvait mettre la main pour qu'elle vende son corps ou bien un groupe d'abrutis un peu chauffés à blanc pour déclencher une bagarre entrainante.

Le démon est dans la place. Venez donc me divertir. Est-ce toi, jeune pucelle intrépide rendu folle par les hormones qui va me fournir le plus beau spectacle? A moins que ce ne soit le groupe de primates que tu aguiches depuis tout à l'heure qui ne pas pas tarder à s'entretuer pour être le premier à te faire subir le supplice du pal? Si tel est le cas je peux faire d'une pierre 2 coups et m'échauffer le corps tout en te recrutant dans ma volière. L'idée est tentante ... bien que peut-être trop facile dans la réalisation. J'ai bien envie de défi ce soir.
N'y a t-il personne dans ce putain de secteur qui puisse valoir le coup? Que des poches


Outrecuidant comme à son habitude, il en oublia presque sa légendaire méfiance qui lui imposait une distance de sécurité supérieure à une allonge de jambe et autorisa donc une frange alcoolisée à se rapprocher de lui. L'individu en question se fondait parfaitement bien dans cette "pauvreté" esthétique et cérébrale tant cette carcasse semblait se noyer toute seule dans son propre vomi ... du moins pour les yeux moins attentifs et élitistes du sieur Vindish dont l'égo lui interdisait à présent tout port de chaussures serrées.

Arrivé à ce stade d'autosatisfaction et de condescendance, le fanfaron commençait à perdre patience et remuait frénétiquement dans son coin en quête d'une activité quelconque. Cette dernière lui fût offerte, contre toute attente, par son voisin direct dont il avait totalement occulté l'existence.
Un petit coup d'avant bras plus tard, le roux dût se résoudre à perdre son précieux verre dont le liquide le laissa boire par une partie de ses vêtements ainsi que l'épaisse couche de poussière du sol.
A peine eût-il le temps de se rendre compte de sa perte que déjà il se fît bousculer par le massif pilier de bar et se retrouva en déséquilibre sur son tabouret, le torse plongeant dangereusement vers le sol.
Ses réflexes salvateurs et son agilité ne purent que limiter les dégâts occasionnées par son manque d'attention en lui permettant de prendre appui sur sa main gauche pour ensuite pivoter autour de cet axe et se retrouver face à l’énergumène, un genou au sol, l'autre jambe quasi tendue et la face indemne de tout contact au sol.

Ola crâne d’œuf, on supporte mal les boissons d'hommes? Faudrait voir à t'acheter une condition de bonhomme si tu veux pas finir dans mon poulailler.

Une fois la réponse verbale formulée et tout son esprit retrouvé, il le détailla plus amplement pour se faire une idée de son nouvel interlocuteur.

Belle charpente mon pote. T'était juste à coté de moi et j'ai même pas pris conscience de ce beau bébé que tu es. Je m'en donnerai presque des gifles pour me punir ... mais peut être bien que c'est toi qui va le faire de toi même pour qu'on fasse plus ample connaissance.

Le moins qu'on puisse dire sur Dante était bien qu'il avait une très forte propension à la folie douce. Alors que toute personne normalement constituée aurait activée la zone reptilienne de son cerveau et amorcée un début de colère, lui y voyait un jeu compétitif de bourrinage. Il ne restait plus qu'à poser les bases du défi qui pouvait revêtir plusieurs formes : verbale, physique, alcoolique ou coopératif.

Dis moi numéro 8 (en référence à la boule de billard), j'espère que tu as de quoi réparer le préjudice. Et encore je te compte pas la bousculade, je me réserve ça pour plus tard selon ta réponse.

Sa voix ne contenait strictement aucune animosité. Le diable était bel et bien en train de jouer avec sa nouvelle toile vierge. Lui qui disposait de toute une palette de couleur, attendait de voir si il allait s'orienter vers un rouge flamboyant ou un vert paisible.
Lentement, il se redressa et resta, cette fois ci, à bonne distance.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rebelle


Messages : 91
Date d'inscription : 09/05/2014
Fiche : www.présentation


Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Fred Barcroft - live fast, die young – and don't forget to drink irresponsibly
Message Sujet: Re: live fast, die young – and don't forget to drink irresponsibly    Lun 21 Juil - 5:03

Fichtre, voilà qu’un éclat de voix ressemblant fort à une apostrophe venait le couper tout droit dans son élan, entrant dès lors en pleine contradiction avec son envie de pisser. Mauvais plan. Et Fred, qui avait pour règle d’or de ne jamais ignorer un ton provocateur lorsque ce dernier s’adressait à lui, se sentit dès lors dans l’obligation d’inverser l’ordre de ses priorités et donc, d’interrompre son long parcours vers le fond du bar pour à la place apporter quelque intérêt à l'égard du type qui venait à l'instant de l’alpaguer.

— Hey dude, t’as un problème ou bien ça s’passe comment dans ta caboche ?

Evidemment, à aucun moment l’idée qu’il puisse être responsable de quoi que ce soit n’effleura l’esprit de Fred. Se faire renverser un verre, c’était les risques du métier lorsqu’on fréquentait ce genre de lieu. Le tatoué était coupable ? Certainement pas : l’hurluberlu n’avait qu’à se tenir plus loin si ce genre d’incident le répugnait. Ou mieux : l’avait qu’à pas ne pas se pointer ici du tout. Comme ça, ça en faisait toujours plus pour les autres – lui, en d’autres termes, des fois que vous seriez lent à la comprenette.

— Préjudice mon cul, j’vois pas pourquoi j’m’emmerderai à réparer quoi qu’ce soit. T’as qu’à aller te faire foutre, plutôt.

Vous remarquerez comme Fred était particulièrement loquace passé une certaine dose d’alcool ingérée. Aussi aimable qu’une porte de prison. Pourtant, l’autre gars ne s’était pas montré spécialement désagréable dans son commentaire, tout juste un peu piquant. Mais qu’importe, cela lui suffisait amplement, à lui, pour se sentir aussitôt agressé.
De toute manière, à chaque fois qu’on lui adressait la parole, il se sentait agressé… ou alors s’imaginait-il qu’il l’était simplement pour saisir la première occasion de se mettre sur le pif avec une tierce personne ? Allez donc savoir avec ce foutu ivrogne, tiens…

Fred, donc, avait de nouveau fait demi-tour – à grand coups d’embardées dangereuses, parce qu’effectuer une rotation à 180° quand on a plus trop bien les yeux en face des trous est toujours dangereux – et s’était rapproché du rouquin, suant l’animosité par tous les pores de sa peau – du moins tous ceux qui n’empestaient pas déjà l’alcool à plein nez. Faut dire, le bonhomme se présentait rarement sous son humeur la plus sympathique au premier abord, et en général mieux valait commencer par le recadrer un peu afin d’obtenir autre chose qu’une boule de nerfs prête à vous coller un direct – enfin, à tenter – au premier mot prononcé de traviole. Derrière ses lunettes bicolores, le regard avait cet air à la fois mauvais, et réjoui d’avoir trouvé quelqu’un avec qui leur propriétaire allait pouvoir s’accrocher en toute légitimité ; une empoignade de bar, cela faisait presque longtemps pour le digne poivrot qu’il était.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé - live fast, die young – and don't forget to drink irresponsibly
Message Sujet: Re: live fast, die young – and don't forget to drink irresponsibly    


Revenir en haut Aller en bas
 

live fast, die young – and don't forget to drink irresponsibly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soirée Vice United Punk : Beat Mark, Crusaders of Love, Santa Cruz, Live Fast Die Young @ La Machine
» Steve Vai
» Dire Straits
» Live Chat Fast Company
» Neil Young Archive release Live At Cellar Door 1970

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-