AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Noble


Messages : 33
Date d'inscription : 31/05/2014
Fiche : T'en sais déjà trop...

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Kahena Green - Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig
Message Sujet: Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig     Mar 3 Juin - 17:04

Pendant ce qu'on appelera le Massacre ...



Les os craquèrent d’un seul coup.
Les vertèbres, le rachis et le cartilage brisé, alors que le corps de l’homme s’effondrait sur le sol.  Kahena n’avait pas le temps de faire dans la dentelle, son corps suivant une danse mortelle apprise par cœur, comme une seconde nature. Le simple souffle suivant. Déterminée à atteindre le garde qui s’affaissait contre le mur en béton, la silhouette du Lieutenant n’aurait su être arrêtée.
Un coup sur sa gauche lui coupa le souffle mais ne fit que la rendre plus hargneuse et une fois dégagée de son assaillant, Kahena s’accroupit en face de l’homme pour le dégager en le portant à moitié hors de l’épicentre de l’affrontement.
« - Allez Will ! Du nerf ! Tu tiens le coup et on t’emmène te faire rafistoler ! »
Oui, cela avait été leur rôle d’être en première ligne, se heurter aux  rebelles pour les prendre en tenaille avec le gros de la Garde, mais elle ne pouvait se résoudre à laisser un de ses hommes mourir. Pas quand elle pouvait l’empêcher ou tout du moins essayer. Deux unités, dont la sienne – avec une forte inclinaison pour le corps à corps malgré la présence d’un ou deux snipers avaient été chargées de détourner leur attention. Diviser pour mieux régner… toujours d’actualité.
En quelques minutes, le chaos avait saisi la Grande Place, d’abord par une salve de tirs meurtriers venant des hauteurs, comme pour se jauger, et puis la chute. Chutes de corps de cris, d’ordres et de souffles courts. Montées d’adrénaline et de peurs.
Donnant des ordres dans son communicateur d’une voix qui ne tolérait pas le refus, Kahena nota avec une grimace le mince filet de sang qui s’échappait des lèvres de William. Merde. Et ce couillon essayait de se redresser, toujours ce sourire insolent sur le visage. Dissimulés par une murette écroulée, la jeune femme avait fait un bandage de fortune à Will et à un autre garde, beuglant plus qu’exigeant au reste de la troupe de tenir la position.
Ils devaient être rapatriés vers l’unité médicale le plus vite possible.  Le lieutenant inspira, expira, et ordonna à deux hommes qui reculaient tout en continuant à ouvrir le feu de les emmener.

Le reste de ce qui se passa ne fut qu’un mélange flou de tirs, de cris et de craquements, où même si la Garde gardait un semblant d’unité stratégique et militaire, il n’en restait pas moins que ce n’était qu’un affrontement sanglant.
Quelques minutes plus tard, les doigts en compote, amas de chair et de sang tellement elle avait frappé et serré son arme à s’en faire blanchir les phalanges, Kahena fit un crochet rapide vers les Doc’, soutenant un autre Garde qui grimaçait, la jambe droite formant un angle tout à fait…. Particulier.
Elle avisa une des blouses blanches.
«  On a dû vous amener quelqu’un… Blessé au thorax par des éclats de grenades. Est-ce qu’il est… ? »
Malgré toute la distance dont Kahena pouvait avoir envers la mort, elle ne pouvait pas le prononcer à haute voix.
Juste ça, juste savoir ça avant de retourner étouffer cette hargne qui frappait à leur porte dans une clameur qui se voulait populaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig
Message Sujet: Re: Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig     Mer 4 Juin - 2:12





La bataille fait rage.


Un désastre. Une véritable, incroyable et inexorable boucherie. Ce n’était plus une guerre, plus un massacre, mais l’extinction totale et complète d’une énorme partie des rebelles. Des rebelles menés à l’affrontement malgré une situation délicate pour eux. Un affrontement mené par fierté plus que par conviction, tel était tout du moins l’impression que ressentait le médecin lors des premiers coups de feu tirés. C’était une véritable débandade. Pour l’ennemi, assurément, mais une débandade tout de même. Et pourtant Ludwig avait fort à faire. Jonglant entre les scalpels, les pinces, les forceps et autres joyeusetés, il virevoltait d’un lit à l’autre sans se soucier de la tente autour de lui ni des gens qui tenait encore debout. Pourquoi l’aurait-il fait ? Il savait que son infirmière le suivait comme son ombre afin de l’aider du mieux qu’elle le pu dans sa tâche ardue. Il opérait à même la tente dans des conditions épouvantables et s’en réjouissait. Il était l’homme le plus concentré du monde, l’homme de la situation, l’homme du contrôle. Il était celui qui sauve des vies, celui qui laisse la mort faire son office, celui qui d’un mouvement trop aléatoire devenait le bourreau. Tels étaient les enjeux de sa position.

On lui amenait corps sur corps, certain déjà morts, afin que de sa main gantée et divine il fasse des miracles. Mais les miracles n’étant pas pour n’importe qui, il ne put bien évidemment sauver tout le monde. Le praticien était certes talentueux, mais absolument pas un dieu. Et c’est alors qu’il essuyait du revers de son avant-bras la sueur qui avait perlé à son front qu’une jeune femme au visage connu vint le voir. Il la connaissait assez bien pour ses prouesses parmi les gardes civiles et son accession au titre de lieutenant dans un délai relativement court. Elle était pragmatique dans ses décisions, quoi que souvent emportée –comme l’indiquait à merveilles ce léger plissement naturel du front causé par un froncement de sourcils trop fréquent- et avait gagné par sa réputation un grand respect auprès du docteur.  Docteur qui avait bien besoin d’une pause, maintenant que la situation commençait à se tasser suffisamment pour laisser les infirmières s’occuper du reste. « Allons dehors voulez-vous ? » Bien sûr qu’elle le voulait. Elle voulait savoir si ce fameux blessé était en vie. Et elle avait eut la gentillesse de lui citer l’état dans lequel on l’avait amenée plutôt que de lui donner son nom, ce qui était à nouveau un bon point pour elle. « Je suis navré, mais trois personnes sont entrés dans ma tente avec ce genre de blessures ces deux dernières heures. Auriez-vous une description plus précise ? »



Codage par Narja pour Never Utopia



Dernière édition par Ludwig Hammerstein le Sam 5 Juil - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 33
Date d'inscription : 31/05/2014
Fiche : T'en sais déjà trop...

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Kahena Green - Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig
Message Sujet: Re: Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig     Lun 9 Juin - 18:21



Crotteuse, la sueur lui collant au corps comme un résidu tenace dans cette nervosité qui parcourait toujours ses veines, Kahena croisa le regard du Docteur Hammerstein. Prunelles brunes contre celles, asymétriques du lieutenant, et elle s'autorisa un micro-sourire, le reconnaissant.
"- Doc'!"

Une des blouses blanches en laquelle elle pouvait avoir une certaine confiance. Il était sec, franc, froid mais au moins ne la sous-estimait-il pas. Etrange phénomène qu'elle apprenait à cotoyer, entre respect et moquerie. Mais aucune ne filtrerait entre ses lèvres pour le moment, du moins pour l'instant. Trop grave pour ce genre de détente.
Acquiesçant en reprenant son souffle, la silhouette de Kahena le suivit à l'extérieur.
Elle le fixait, ne perdait pas une miette des gestes étudiés du médecin, tout en restant sur le qui-vive. Les unités médicales étaient la cible favorite des attaques et même si la tournure des évènements se profilaient à leurs "avantages" si on pouvait dire ça, la Garde n'était pas à l'abri d'une action éclat.
D'un geste machinale, la jeune femme passa son pouce sur ses lèvres gercées. Elle grimaça à l'évocation des trois blessés.
" -  Oh... châtain, les yeux verts, le nez un peu cassé et une ancienne blessure par balle à l'épaule droite. Et il parle tout le temps. "

Mais peut-être ce dernier détail était-il déjà obsolète, et à cette pensée le regard de la lieutenante se voila un instant d'inquiétude, concentrée sur les propos du Doc'. Cet idiot avait voulu s'excuser, cracher des inepties pendant qu'elle l'avait trainé hors de portée.

Difficile pour elle de faire plus précis quand elle ne pouvait que lui citer principalement la façon dont le pitre de son équipe se comportait. Toujours le mot pour rire, la blague vaseuse et pourtant faisant preuve d'une témérité à toute épreuve. William Stryker était une boule de nerf aussi fulgurante que désastreuse, surtout pour les gars en face.
Kahena lui avait foutu un certain nombre de coups de pieds au cul pour qu'il arrête de foncer tête baissée, mais plutôt que sa détente et sa puissance serve l'équipe, même si elle savait, pour l'occuper aussi que ce poste n'était pas sans risque.
Mais la jeune femme refusait de penser à lui au passé, pas tant que Ludwig Hammerstein ne l'aurait pas dit, et elle se contenait pour résister au fait de le presser, ou même pire, de prendre le chirurgien par le col et le secouer jusqu'à ce qu'il cesse cette attente interminable. Elle était le Lieutenant Green. Un instructeur, un Garde Civil. Une Green.
Et pourtant, sa mâchoire crispée, le léger reniflement et son nez retroussé un instant, étaient autant de signes de son empressement.

"- Alors... ? Ils sont... tous morts ? "
Tout ces pauvres bougres projetés par les éclats d'obus.
Ils l'avaient pourtant vus cette grenade. Mais petite salope à distante courte, elle avait explosé dans un cri de douleur confondu. L'explosion avait soufflé le corps de Stryker, de même que d'autres postés un peu plus en retrait, et ça avait été la débandade sous un feu toujours aussi nourri, entre ordres, coups et pas précipités. Un bordel monstre, chaotique et assourdissant.

Et maintenant, voilà qu'elle craignait le silence.
Quelle mauvaise blague...  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig
Message Sujet: Re: Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig     Sam 5 Juil - 21:25





La bataille fait rage.


Ils sortirent donc ensemble de la tente devenu macabre en cette fin d’après-midi surprenante. Enfin pas si surprenantes que cela aux vues des instructions dictées par les supérieurs de la Gardes Civile. En retrait par rapport au lieu de la lutte, mais assez proche pour venir en aide aux blessés,  la tente était dans un calme reposant et étrange. Bien plus calme que l’intérieur même de la toile cirée. L’agitation de tous ces blessés et de toute l’équipe médicale faisait mal à la tête au pauvre docteur. Sortant donc de la dites tente, accompagné de cette chère Green, Ludwig s’avança avec une tasse à la main. Ludwig ne fumait pas, il remplaçait cette mauvaise manie par une consommation de café régulière qui lui maintenait les neurones en éveil malgré le manque de sommeil. Il ne comprenait pas et ne comprendrait sans doute jamais les hommes et les femmes qui se ruinent ainsi la santé avec ces petits bâtons de cancers. Ceci dit, il en connaissait assez sur les addictions, en tant que médecin, pour ne pas leur en tenir rigueur.

Il sirota son café en écoutant patiemment la description de son camarade. Camarade qui était d’ailleurs le sien aussi, puisqu’ils faisaient tous partis ici de la Garde Civile –sauf quelques exceptions, bien entendu. Les yeux rivés sur le liquide brun dans sa tasse orangée, le praticien réfléchissait à ses patients en tentant de se souvenir. Lorsqu’il eut soudain le déclic. L’un de ceux-là portait le même nom que son fils, difficile de ne pas s’en souvenir. Ainsi il se tourna vers elle avec un frémissement de lèvres et dit d’une voix égale. « Ah ça, pour parler… Je me souviens de lui, il se remet. Il aura sans doute du mal à tenir une fourchette pendant encore plusieurs mois mais il s’en sortira. » Et pousser par une envie soudaine d’humanité, il posa une main sur l’épaule de la jeune femme en tentant d’agrandir son sourire –sans succès. Il avait vraiment besoin de faire des progrès en matière de sociabilisation. Il retira sa main comme si elle l’avait brulé et but une nouvelle et longue gorgée de café. Les soldats morts entre ses mains ne le préoccupait pas, ils faisaient malheureusement partit du métier. A dire vrai, il était bien content de pouvoir pratiquer son art jusqu’au bout. Il eut, à cette pensée, un haussement de sourcil et ajouta : « Comment se passe la bataille ? » Il priait pour qu’elle dure encore longtemps.



Codage par Narja pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 33
Date d'inscription : 31/05/2014
Fiche : T'en sais déjà trop...

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Kahena Green - Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig
Message Sujet: Re: Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig     Sam 19 Juil - 14:27



Contrairement au Doc', le visage de Kahena reflétait assez facilement ses plus fortes émotions, et si la lieutenante pouvait faire preuve d'un sang froid parfois effrayant, il n'en restait pas que sa fureur ou son dédain se lisaient comme dans un livre ouvert. Ou presque.
Aux paroles du médecin, ce fut une lueur de soulagement qui brilla dans son œil organique tandis que l'autre restait statique.
Un fin sourire, et un soupir franchit ses lèvres.
Cet idiot n'était pas mort.
Elle avait réussi à lui sauver la poire.
La tension dans ses épaules s'effaça légèrement, alors qu'elle tira une longue latte de sa clope tout juste entamée. Elle faillit d'ailleurs la perdre de surprise, au contact fugace mais bien solide de la main d'Hammerstein sur son épaule.
Quand il la retira comme si la jeune femme avait la peste, le regard de Kahena revint se poser sur la silhouette de la blouse blanche à ses côtés, un sourire amusé au coin des lèvres.
Il lui faisait quoi là ?
Le Doc', si rigide, si éloigné - volontairement- de tout contact humain, essaya de la réconforter. Il devenait expressif ! Ou du moins avait-il tenté de le faire.

Et alors que le Lieutenant Green allait ouvrir la bouche pour le remercier, et pour le taquiner légèrement sur ce geste impromptus, le bruit si connu des balles se rapprocha dangereusement. Assourdissants, couvrant les cris et les ordres donnés. La jeune femme jura ; son pressentiment avait été véridique. Les rebelles tentait une percée du côté des éboulements, trop proches des tentes de soins.
Ils avaient fait le mort pour les prendre à revers, faisant croire à la Garde qu'elle ne craignait presque plus rien, alors que ces salopards avaient infiltré les lignes intérieures dans un sursaut kamikaze.

La cigarette tomba sur le sol, piétinée par les bottes de Kahena poussant sans ménagement Ludwig sur le côté tandis qu'une rafale se rapprochait dangereusement d'eux.
Une silhouette s'affaissa, puis une deuxième avant qu'un des pelletons leur fonce dessus. Les rebelles étaient bien planqués et tentaient de les tirer comme des lapins. Il étaient complètement dingues de vouloir les shooter à cette distance, surement mus par un esprit de vengeance brulant.
Un des hommes du Lieutenant roula jusqu'à eux.

" - Lieutenant ! Donnez l'ordre et on va leur foutre la plus grosse raclée de toute leur vie" . Le ton revanchard, et la fine écorchure sur son front montrait à eux seuls l'envie d'en découdre du Garde.
" - Vous avez votre réponse.... On va les contourner, inutile de se faire canarder ! Vous Doc', l'unité 2 va vous aider à sécuriser les tentes ! ... Oh. Et merci. "
Et restez en vie. Ordre muet, mais intrinsèque à toute relation entre Gardes civils.

Ses doigts formèrent des signes silencieux. Codes connus par cœur, gravés dans le sang de ses subordonnés. Kahena récupéra deux armes, dont son Arma-G à sa ceinture, et rejoignit le soldat qui était venu à eux. Les rebelles allaient payer leur audace, mais bordel, que foutait la Garde Royale ?
Elle adressa un rapide regard à Ludwig avant de se concentrer, son œil bionique rougeoyant sous les données qu'il récoltait, et fila parmi les bâtisses et les gravats.




Merciii Doc' !   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig
Message Sujet: Re: Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig     Sam 2 Aoû - 3:23





La bataille fait rage.


Ludwig était gêné de sa tentative de réconfort. Si gêné qu’il ne trouva pas de mots pour changer de sujet ou pour lui faire oublier l’incident. Il se contenta donc de garder le silence, ce qui ne le changeait pas particulièrement de d’habitude. Ce qui changea par contre, ce fut les coups de feu qui retentirent soudain autour d’eux. Des coups de feu qui manifestement les visaient eux et eux uniquement. Quelques balles passèrent très près de ses oreilles alors qu’il plongeait au sol en laissant s’échouer sa tasse préférée sur le sol. Ce n’était pas le moment des lamentations, mais les rebelles paieraient pour ce sacrifice.

Rampant jusqu’à la tente qui commençait déjà à être déchirée, il se redressa à moitié et commença à hurler des ordres : « QUE LES VALIDES NOUS DEFENDENT ! LE PERSONNEL MEDICAL EST PRIE D’EVACUER LES BLESSES GRAVE DANS LES PLUS BREFS DELAIS ! »

L’adrénaline, le bonheur de ressentir cette pression. C’était salvateur, pour ne pas dire bénit pour le docteur. Il n’avait pas le droit de ressentir tant de bonheur à plonger sous les balles, et pourtant c’est bel et bien ce qu’il faisait. Alors il plongea pour retirer une balle qui s’était logée dans l’épaule de l’une des infirmières pour qu’elle puisse, selon ses propres dires, aider plus rapidement à évacuer les lieux. Lorsqu’il eut finit, il la fit lever et la poussa presque vers le reste du personnel avant de ressortir de là avec le fusil de l’un des soldats blessés.

« GREEN, JE VIENS AVEC VOUS ! VOUS AUREZ BESOIN D’UN MEDECIN ! » Et elle savait qu’il avait raison.




Codage par Narja pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé - Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig
Message Sujet: Re: Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig     


Revenir en haut Aller en bas
 

Rien de semblable et pourtant... ▬ Ludwig

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ludwig van Beethoven - Symphonies
» Site de livres sur BEETHOVEN créé et animé par Ludwig
» dans le genre truc qui sert a rien : quels sont vos livres preferés ?
» Les petits rien qui font du bien à la vie.
» Ludwig Aloisius Minkus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-