AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Magistrat


Messages : 53
Date d'inscription : 31/05/2014
Fiche : Prez : Un loup dans un terrier à lapins.


Infos
Points de vie:
7/10  (7/10)

Alex Marston - Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)
Message Sujet: Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)    Dim 1 Juin - 1:06

« Tu peux toujours essayer, ordure. »

MENTAL
Que pensez-vous de cette "chasse aux rebelles" ?
Tu as ton avis sur la question. C'est une bonne chose, dans le sens où cette chasse permet de diminuer les effectifs des rebelles et parfois de les priver de membres qui pourraient être essentiels dans une opération. Elle permet de leur faire connaître la peur, le fait qu'ils ne seront jamais en paix.
Mais c'est également une mauvaise chose. Cette chasse ne diminuera jamais cette aversion qu'ils ont pour le régime actuel. Cette chasse c'est jeter de l'huile sur le feu pour essayer de l'éteindre.

Si l'on vous proposait de rejoindre les rebelles, le feriez-vous ? Et pourquoi ?
Impensable, hors de question que tu te vende de quelque manière que ce soit à un groupe d'idéalistes dont les fondements reposent uniquement sur les épaules d'un chef aux idées bancales. Mais ce qui t'en empêche vraiment, c'est ton père, jamais tu ne pourrais lui faire un affront pareil après tout ce qu'il a fait pour toi.

Que vous vient-il en tête lorsque l'on parle du Roi ?
A quoi tu pense quand on te parle du roi ? A rien de différent de ce à quoi tu pense d'habitude. Tu le protège, c'est tout. Savoir qui il est ce qu'il fait ça ne t'intéresse vraiment pas plus que ça.

Qu'est-ce qui ferait de cette ville, selon vous, la ville parfaite ?
Elle te fait bien rire cette question n'est-ce pas ? Rendre la ville parfaite ? Et pourquoi pas tous partir en excursion en dehors des souterrains sans équipement ? Ce serait bien plus simple. Non, une ville parfaite c'est impossible.

Quel est votre avis à propos des différents groupes sociaux d'Erèbe ?
Ce que tu pense, c'est que chacun à sa place, chacun doit s'y tenir. Certains chanceux peuvent espérer monter et quelques pas-de-pots vont dégringoler mais c'est comme ça, il faut des différences. Il faut des lions comme il faut de la vermines. C'est comme ça qu'on fait un monde, l'égalité n'a sa place nulle part.

Si vous deviez vous décrire en quelques mots, quels seraient-ils ?
Tu es charismatique, froid, distant, indépendant, tacticien, cassant, violent, impulsif, sauvage, terrifiant.

Que pensez-vous de votre propre situation ?
Tu n'as rien à envier à personne, ta situation est plus que confortable et elle te plait. Néanmoins tu ne crachera jamais sur plus. Tu protège la royauté, c'est ton travail. Tu l'as choisit pour la situation qui va avec et tu n'as rien à redire là dessus.

Quels sont vos hobbies dans la vie ?
Tu aimes t'asseoir dans un grand fauteuil, un verre de vin à la main et rester là, tranquillement, sans que personne ne viennent te déranger.

Quelles sont vos phobies ?
Tu as peur d'être humilié, de tout perdre, d'être traîné dans la boue, c'est ta seule vrai peur, te retrouver sans rien, sans personne.

Qu'est-ce que vous aimez ?
Tu aimes les revolvers, sentir ces armes dans tes mains te satisfait énormément. Tu aimes les femmes aussi, c'est spontanément que tu vas à la rencontre de ces dames. Tu aimes également beaucoup les grands et gros fauteuils très confortables dans lesquels tu peux passer des heures.

Qu'est-ce que vous détestez ?
Tellement de chose que faire une liste te prendrais tout ce qu'il te reste de vie. Mais tout de même. Tu déteste, les faibles, ceux qui te résistent et quand tes vêtements sont trop froissés.

Avez-vous un fantasme (il peut être sexuel) ?
Le roi en nuisette.  Plus sérieusement ton fantasme absolu : Un revolver, une femme, un fauteuil et un verre de vin.

Quelque chose à rajouter ?
1m80
80kg
Cheveux Ebènes
Yeux ambrés
Visage dur.
NOM: MARSTON
PRÉNOM: Alex
ÂGE: 27 ans
SEXE: Masculin
SEXUALITE: Hétérosexuel
SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
PROFESSION: Sous-chef de la garde royale.
CATÉGORIE D'ARMES: Armes à distance, une paire de pistolets.
QUARTIER: Haute-ville.
GROUPE: Magistrats.
NOTES: Corps couvert de cicatrices.


HISTOIRE
Je n'ai pas peur.

Ton visage est fermé, tes yeux ambrés regardent autour de toi, mais tu ne vois rien, il fait noir. Et pourtant, tu n'as pas peur. Tu es assis à même le sol, tu as faim. Tu aperçois une lumière au loin, qu'est-ce que c'est ? Tu te redresse et titube légèrement, tant ton petit corps est affaibli. Des bruits de pas se font entendre alors que la lumière s'approche et t'éblouis, t'obligeant à placer ton bras devant tes yeux. "Regarde un gosse." C'est une voix d'homme qui a parlé, tu essaie de voir son visage, mais le faisceau de ta lampe met bien trop à mal tes yeux. "Baisse ta lampe imbécile, tu lui la colle en plein dans la tronche." Le faisceau de la lampe s'abaisse pour venir se poser sur toi au niveau du torse, deux hommes, ce sont deux hommes qui te font face, tu recule d'un pas, mesure préventive, on ne sait jamais. L'un deux s'approche de toi, il s'accroupis même face à toi. Tu lève les poings. "T'es tout seul gamin ?" Tu ne sais pas ce qu'il te veux, tu reste méfiant tes petits points levés, cependant tu opine doucement pour donner une réponse à sa question. L'autre attends en baladant le faisceau de la lampe observant les alentours. "Et tu n'as personne ici ?" Tu secoue négativement la tête. Il se relève et se dirige vers son camarade. "Qu'est-ce qu'on fait ? Tu pense qu'on devrais l'amener à l'orphelinat ?" "Ecoute si on devait ramener tout les gamins qui traînent ici on aurait pas fini..." "T'as vraiment aucune dignité humaine toi hein. Regarde le, il va crever de faim." "T'as qu'a lui filer un casse dalle." "Sérieux, t'es vraiment un immense trou du cul." Il reviens vers toi il tends une main vers toi, tu te sens menacé, tu la frappe du poing et tu recule, tu trébuche et tombe par terre sans quitter l'homme du regard, sans un mot. Il t'attrape et te hisse sur son épaule, tu te débat légèrement. Mais tu es bien trop faible. "Allez petit, tu seras plus tout seul, n'ai pas peur." Tu lui lance un regard bien dur pour un enfant, regard qu'il ne voit pas, mais tu espère qu'il la senti. "Je n'ai pas peur." Ce sont les seuls mots que tu diras avant de fermer les yeux et de te laisser sombrer, tirailler par la faim.


Cicatrices.

Tu es assis sur le fauteuil, torse nu, à l'infirmerie de l'orphelinat. Tu es tout seul dans la pièce, en effet le médecin s'est retiré pour discuter avec le garde qui t'as amené ici, tu dévore avec avidité et appétit un peu de nourriture que l'on t'as apporté et tu les écoutes parler, ils sont juste de l'autre côté de la porte. "Vous me dîtes que vous l'avez trouvé comme ça, seul, vraiment ?" "C'est ça." "Il ne vous à pas parlé ?" "Non, il est tombé inconscient juste après m'avoir dit qu'il n'avait pas peur." "Donc pas moyen de savoir d'où viennent ces cicatrices sans lui demander..." Tes cicatrices, tu te rappelles bien. Ce fût ta punition, la tienne et celle de tes parents. Douce lame qui tendrement à caressé ton corps pour un peu de nourriture, tellement prisée par ceux qui vivent dans la misère, douce lame qui a égorgé ta mère, douce lame qui a éventré ton père. Et ton bourreau qui t'as laissé là, baignant dans ton sang.

Le médecin entra dans la pièce tandis que le garde lui repartait faire son devoir et protéger la ville. Le docteur s'assied en face de toi sur sa chaise. "Je vais devoir te poser une question jeune homme." Tu le regarde instant puis tu opine en recommençant tranquillement à manger. "Qu'est-ce qui t'es arrivé quand tu étais encore en bas ?" Tu fronces les sourcils et tu repose tes yeux sur lui. Cependant tu lui raconte tout. Cette douce torture. "Mais je n'ai pas crié, ça ne sert à rien de crier. Personne ne nous entends." Puis cet homme qui à prit soin de toi quelque temps après t'avoir trouvé blessé. "Puis un matin il n'était plus là. Alors je suis parti tout seul." Le médecin devenait de plus en plus pâle à mesure que tu racontait ton histoire, il frémissait de temps à autre tandis que tu le regardais droit dans les yeux. Il se releva et te jette un regard désolé, comme si tu lui faisait pitié. Mais tu n'en veux pas de sa pitié. "Ecoute petit, ici on va s'occuper de toi, on va tâcher de te trouver une famille." Tu hausse légèrement les épaules et tu finit de manger, tu reprends des forces, car ici pour vivre, il faut être fort. Du moins c'est ce que cet homme te disait toujours.


Alex Marston.

Tu attends sagement dans la grande salle avec d'autres enfants, on vous à fait tout beaux, tout propres. En effet aujourd'hui l'orphelinat reçoit plusieurs couples désireux d'adopter un enfant, et comme il faut des moyens pour adopter, ce seront sûrement des gens d'une certaine classe que tu verras encore une fois passer devant vous. Alors tu attends comme d'habitude assis dans le grand fauteuil dans le coin de la salle. Jamais aucun couple n'avais porté son attention sur toi. Après deux ans passés ici, du haut de tes neuf ans, les seuls regards auxquels tu avais eu droit étaient emplis de pitié. Evidemment, comme ce doit-être dur de voir un petit bonhomme couvert de cicatrice et au regard si dur. Qui voudrais l'adopter ?

Plusieurs couples défilèrent dans la grande salle discutant un peu avec les enfants pour se faire une idée. Et toi tu reste tranquillement dans ton fauteuil, tu regardes, tu écoutes dans ton joli petit costume. Mais tu finit par te lasser et tu fermes les yeux, tu te laisse porter par tes pensée. Soudain une grosse voix, rauque et puissante te tire de tes pensées, tu ouvres les yeux pour voir face à toi le visage d'un homme, un grand brun, bien bâti aux yeux verts qui te toise du regard, regard que tu soutient et en silence vous vous regardez, pendant un petit moment même, jusqu'à ce qu'une voix, toute douce vous fasse tout les deux tourner la tête. Une femme, assez petite aux cheveux blonds, très beaux et de jolis yeux marrons. "Allons, arrête ça, tu vas lui faire peur." L'homme grogne et va se placer aux côté de la jeune femme. "Tu dit n'importe quoi, regarde le ça se voit dans ses yeux, ce gamin peut plus avoir peur." Elle le regarde surprise et toi tu fronce légèrement les sourcils en te remettant debout et tu t'avance vers eux. "Non, je n'ai pas eu peur." L'homme vraiment imposant croise les bras sur son torse et lance un regard en coin à celle qui devait être sa femme. "Je te l'avais dit." Elle, elle ricane doucement. "C'est un garçon fort courageux alors." Tout comme l'homme en face de toi tu croise les bras sur ton petit torse. "Pourquoi vous n'allez pas voir les autres ? Je n'ai pas besoin qu'on vienne me voir juste parce qu'on à pitié de moi, parce que j'ai été blessé quand j'était plus petit."  Les deux ont arqués les sourcils pour le coup puis l'homme à reposé son regard sur toi, cette fois tu avais l'impression que ses yeux sondaient les tiens, tu soutenais son regard mais avec plus de difficulté. "Détrompe toi gamin, j'suis pas venu te voir parce que t'as été blessé, c'est parce que je pense que tu es fort." Sur le coup tu es assez surpris et tu baisse les yeux en haussant légèrement les épaules, tu gardes le silence. Tu ne peux pas affirmer que tu es fort, tu n'en sais rien. La femme vint s'accroupir face à toi et attrapa une de tes mains dans les siennes. "Est-ce qu'on peut discuter ? Je suis Alice et l'ours derrière c'est Jake." Te lève la tête sous la surprise, mais tu laisse ta main dans les sienne, c'est doux. Tu opine doucement. "Je m'appelle Alex."

Après avoir discuté pendant un très long moment à l'une des tables de la grande salle accompagnés par l'une des gérantes de l'orphelinat, plusieurs heures à vrai dire, ou ils se sont livrés à toi et en retour tu t'es livré à eux, tu n'as rien caché. Eux non plus, y compris le fait qu'ils ne pouvaient procréer. Jake et Alice Marston, L'un est garde civil, l'autre tiens une librairie, ils ont un niveau de vie aisé, ils ont les moyens même si cela ne saute pas forcément aux yeux. Ils sont partis en te promettant qu'ils reviendraient te voir. Ce qu'ils ont fait, plusieurs fois. Et toi à chaque fois qu'ils venaient tu était heureux, même si tu ne le montrais pas vraiment. Et tout ça jusqu'à ce qu'un jour ils prennent leur décision, ils sont tout les deux assis face à toi. Toi dans le grand fauteuil, eux dans un canapé, vous vous regardez jusqu'à ce qu'Alice ne se décide à parler en posant sa main sur l'épaule de son mari, toujours souriante. "Alex, Jake et moi avons une question très importante à te poser. Tu permet ?" Tu opine doucement. Jake prend une légère inspiration avant de parler à son tour. "Hum... Est-ce que tu voudrais devenir un Marston ?" Sa femme lui fila une tape sur l'épaule. "Ne soit pas si brusque." Tu incline légèrement la tête sur le côté, comme si tu ne comprenait pas, mais tu comprend très bien. Ton petit cœur s'emballe, tu n'as pas l'habitude, ça te fait bizarre dans le ventre. Tu te lève sans un mot et tu te dirige vers le canapé, tu t’assois entre eux deux et tu les regardes tour à tour, l'air perdu, tu es heureux et pourtant les larmes te montent aux yeux, tu ne comprends pas vraiment pourquoi. Tu finit par opiner doucement presque en pleurs. "Alex Marston..." Au même moment Alice passe doucement ses bras autour de toi et te serre tendrement contre elle alors que son mari vous attrape quant à lui tout les deux ses bras à lui sont plus fort, mais sa reste doux, tu te blottis contre eux. Pour une fois tu laisse tomber le masque, tu pleure doucement doucement dans leurs bas, ils sont aussi heureux que toi et ils s'efforcent de sécher tes larmes, ces larmes qui annoncent un nouveau départ, le tien.


Pas de place pour les faibles.

Cela fait maintenant plusieurs années que tu vis avec Alice et Jake, ce dernier garde civil a eu le bon sens de t'inculquer ses valeurs et de t'entraîner et ce presque dès ton arrivée à la maison. Et toi tu adorais ça, tu en demandais toujours plus. Tu te sentais chez toi et pour toi il n'y avais pas d'équivoques, ce n'étais pas Alice et Jake, mais bien ta mère et ton père. Et c'est avec eux que tu continue de grandir, jusqu'à ta majorité seize ans, tu as bien grandit, en dépit de tes cicatrices tu es devenu un beau jeune homme, ta coiffure est un peu particulière mais tes parents s'en accommodent très bien, rasé sur les côtés, plus longs au dessus et derrière avec des plumes qui te tombent sur les épaules. Pour fêter ça, ils t'on offert une superbe chaîne en argent au bout de laquelle était accrochée une superbe pierre bleue, depuis il est toujours autour de ton cou, jamais tu ne le quitte. Et surtout peu après avoir atteint ta majorité et ce pour la plus grande fierté de Jake tu t'es engagé dans la garde civile, et tu t'es toujours appliqué à supplanter tes camarades de promotion dans tout les domaines avec la ferme intention de devenir toujours meilleur, toujours plus fort, car c'est pour toi le seul moyen de survivre, être fort.

"Allez magnez vous ! Escarmouche signalée dans le troisième secteur !" Pas le temps de réfléchir, tu attrapes ton holster soutenant tes armes et tu le boucle  autour de ta taille, avant de rejoindre les autres gardes qui courent déjà vers le lieu où la fusillade à eu lieu. Quelques instant plus tard lors de ton arrivée sur les lieux, l'action est déjà passée. Plusieurs corps de gardes sont alignés à terre, blessés par balle ou morts. Non loin deux hommes sont agenouillés les mains sur la tête, un garde les tenant en joue. Ton chef d'unité lance une communication avec un officier pour avoir les directives suivantes. Tu attends, sans bouger, savoir ce qui va se passer. Une exécution sur place à été ordonnée, il s'agirait juste de deux rebelles indépendants du groupe principal. Un signe de la main, un ordre. "Sven, Redwood, occupez vous de ça." Les deux gardes désignés se dirigent alors vers les rebelles. Redwood, un grand gaillard, il atteignait facilement les deux mètres, lui il est fort, sa musculature est imposante et il n'hésite pas un seul instant à descendre sa cible. Mais Sven, toujours tu t'es demandé pourquoi il s'est engagé, le petit blondinet, toujours à la traîne toujours derrière, le mystère demeure quand au fait savoir par qu'elle miracle il avait été engagé. Il tenait le canon de son arme face au visage de sa victime et il tremblait, les larmes lui montaient presque aux yeux. Finalement il abaissa son arme en secouant la tête. Toi tu tiques et tu t'avance à grands pas vers lui ignorant les appels de ton chef qui te sommait de revenir. Tu t'approche de Sven et tu lui claque ton poing en plein dans le nez, tu lui envoie ton genou dans l'estomac et tu l'attrape par les cheveux en sortant ton arme et alors qu'il geint de douleur tu l'oblige à regarder cet homme à genou sur qui tu pointe ton arme. "Lui Sven, il t'aurait tué." Plus personne ne bouge autour de vous, bien trop abasourdis. "Nous sommes tous des bêtes. Et toi tu es comme une petite souris face à un chat, tu ne vaux rien. Tu te feras inévitablement manger un jour ou l'autre. Regarde le, ce chien, il ne s'attendait surement pas à ce qu'un loup fasse son apparition ici. Et maintenant, il meurs." Tu plonge tes yeux dans ceux du rebelle, son regard te supplie, t'implore mais c'est ton ennemi, une menace potentielle pour ceux que tu aime, alors tu appuie sur la détente, tu l’abat, comme le chien qu'il est, puis te relâche Sven le poussant sur le corps sans vie de l'homme qui vient de mourir. "Ici, tu vis ou tu meurs. Il n'y a pas de place pour les faibles."


La fierté de son père.

Encore quelques années on passées, tu as maintenant la vingtaine et tu as abandonné ta coupe de voyou mais tu as conservé les plumes et malgré quelques écarts dus à ta forte indépendance et à ton côté sauvage, tu es devenu un garde exemplaire. Plusieurs fois tu t'es illustré lors d'escarmouches ou en débusquant des rebelles qui se tenaient en planque. Tu es monté en grade dans la garde civile, tu sais parler aux hommes, de plus tu dispose d'un certain charisme naturel, mais parfois ça ne suffisait pas et c'est là que le côté effrayant ressortais en effet la dissidence et la faiblesse tu les réprimais. Et cela souvent à grand renfort de coups de poings. Vous vous rappelez de Sven n'est-ce pas ? Et bien il à craqué, il a été arrêté après une escarmouche qui a très mal tourné pour les gardes, la patrouille à été supplantées sur tout les points et le seul survivant Sven, à été accusé d'avoir fourni des informations aux rebelles. Il est passé en cours martiale pour haute trahison. Tu as assisté au jugement, tu l'as regardé avec mépris se répandre en explications, mais pour toi il ne cherchait qu'a expliquer sa faiblesse. Tu as enjambé la rambarde et tu t'es dirigé vers lui, un traître un misérable qui aurait pu mener des chiens jusqu'à ta famille et tu l'as frappé encore. D'abord tu as écrasé son genou sous ton talon avant de lui envoyer un grand coup de pied au visage une fois qu'il eu ployé et tu l'as frappé encore lui envoyant coup de pied sur coup de pied devant l'assemblée médusée. Lorsque tes collègues se sont décidé à intervenir te séparant du gringalet, l'officier juge t'as demandé pourquoi et tu lui à répondu. "Parce que c'est une vermine, une saleté d'animal qui ne vaut rien sans encadrement, un cabot qu'il faut dresser. Et quoi de mieux que la douleur pour dresser un clébard ?" Tu t'es dégagé de la prise de tes collègues et tu as quitté le tribunal sans dire un mot de plus. Il t'attendais déjà dehors, il avait assisté à la scène. Jake, il n'avais pas l'air de t'en vouloir mais il n'était pas content non plus. Tu étais presque aussi grand que lui maintenant. "Je sais ce que tu pense et tu sais que je ne t'empêcherais jamais de faire à ta manière, mais fait attention. Ok ? Il a clairement mérité ce que tu lui à infligé, mais tout le monde ne pense pas comme toi. Ne t'attire pas d'ennemis inutilement." Tu l'as regardé un long moment avant d’acquiescer. "Très bien, j'y penserais, merci papa." Il te donne une légère tape dans l'épaule et il repart vers la salle d'audience, tu te retourne vers lui. "Hum... J'aurais à vous parler à toi et maman ce soir." Il a opiné en silence et à franchis le seuil de la salle d'audience.

Le soir dans la maison Marston vous êtes tout les trois à table, tu regarde tes parents avec attention attendant sagement qu'ils aient finit leurs assiettes puis tu prends tranquillement la parole. "Hum... J'ai une bonne nouvelle à vous annoncer..." Sans te laisser le temps de parler Jake prit à son tour la parole. "Tu te marie ? Tu prends encore du galon ?" Sa femme lui donna un léger coup de coude pour le faire taire en t'adressant un clin d’œil. "Je prend du galon en quelque sorte. J'ai été contacté pour rejoindre la garde royale, Et j'ai accepté, je serais donc moins souvent à la maison." Jake est resté un instant quelque peu choqué par la nouvelle. Ta mère quant à elle te souriait doucement. "Félicitation Alex, je suis contente." "Ah ben ça, mon fils... garde royal hein ?" Visiblement il avait encaissé la nouvelle. Tu reprenais. "Je commence demain, je serais stationné sur place pour une durée indéterminée." Sur ces mots tu te lève et tu monte te coucher après un bref bonne nuit, ta journée t'as complètement épuisé. Le lendemain matin tu te prépare tranquillement, ton père et avec toi chacun s'occupe de ses affaires en silence. Il est de service très tôt ce matin. Avant de partir il viens te voir il pose doucement sa main sur ton épaule, il plante ses yeux dans les tiens et tu peux la voir, la sentir toute cette fierté qu'il t'exprime, il n'a pas besoin de te le dire, il sais que tu le sens. Tu lui donne l'accolade l'espace d'un court instant et tu le regarde partir en souriant légèrement et tu entends sa voix résonner dans ta tête. "Je suis fier de toi mon fils."


L'amour d'une mère.

Tout est en ordre, tu es prêt à partir, tu seras surement en avance, mais c'est toujours mieux que d'être en retard, tu te remémore la conversation que tu as eu avec le sous-chef de la garde royale il y a peu. Qui affirme clairement que des hommes aussi durs et forts que toi sont les parfaits candidats. Et toi tu as été choisis, choisis pour intégrer ce corps d'élite. Derrière toi tu entends de légers bruits de pas que tu connais bien, tu te retourne un léger sourire au lèvres. Alice tout juste levée les yeux encore tout endormis un sourire aux lèvres. "Alors ça y est ? Tu laisse tes parents seuls ? Nous sommes devenus trop vieux ?" Tu ricane légèrement et tu décide de prendre un peu de temps pour lui préparer à déjeuner, tu t'affaire tranquillement à la tâche. "Assieds toi, je m'occupe de tout, maman mamie." Elle se met à rire doucement en s'asseyant sur une chaise. "Je ne te permet pas, méchant fils." Tu ricane encore et tu termine de lui préparer son déjeuner avant de t'asseoir en face d'elle. "Hum... Oui je vais partir, mais je ne vous abandonne pas, je reviendrais." "Mais ça prend beaucoup de temps de veiller sur le roi tu sais." Tu lui souris doucement. "De toi à moi c'est vous que je protège avant tout." "C'est aux parents de protéger leurs enfants Alex, pas l'inverse allons." "Et qu'est-ce que tu comptes faire si un brigand vient te piquer ta canne hein." Elle affiche une mine légèrement contrariée mais on peut voir dans ses yeux qu'elle est amusée. "Ne parle pas comme ça à ta mère, voyou !" Tu lui adresse un discret clin d’œil. "Désolé, tu le diras pas à papa hein ?" "Hum... ça dépend, reviens nous voir vite et je dirais rien." "Alors je rentrerais vite, c'est promis." Tu te lève et tu va pour aller chercher ton sac quand ta mère se plante devant toi. "Dis donc toi, tu partirais sans faire un câlin à ta mère ?" Tu hausse les sourcils quelque peu surpris par sa demande mais tu la prend dans tes bras, elle est bien plus petite que toi maintenant et cela t'arrache un sourire. "Je ne voulais pas croire mes amies quand elles me disaient que voir un fils partir c'est dur, mais je vois qu'elles ont raison...." ses mots provoquent un léger pincement au niveau de ton cœur, pour toi aussi c'est dur de partir, mais tu savais qu'être garde impliquait des concessions et que devenir garde royal n'arrangerait en rien ce point. "ça va aller, t'en fait pas." "Hum... Je suis ta mère, tu ne pourras pas me rassurer. Mais au moins écrit nous si tu ne peux pas rentrer tout de suite." "Je le ferais." "Prend soin de toi Alex. N'hésite pas à te reposer dès que tu le peux, mange correctement et ne profite pas de la moindre pause pour aller picoler avec tes collègues." tu roule des yeux. "Maman..." "Oui je sais tu es grand mais tu reste mon petit, quand nous t'avons rencontré avec ton père et au fil des discussions que nous avons eu avec toi, nous avons fait le serment de t'aimer, tu es notre fils et quoi que tu fasses je suis ta mère, je serais toujours inquiète et je t'aimerais toujours." Tu la serre doucement contre toi en souriant de toute tes dents. "Je vois... je t'aime aussi, maman." Elle te donne une tape sur le torse. "Allez, file avant que je ne décide de te retenir ou que je me mette à pleurer comme une madeleine." Tu la relâche doucement et tu t'empare de ton sac et lui lance un dernier sourire avant de franchir la porte. "Au revoir, maman.". Tu ne partais pas loin, pas forcément pour longtemps, mais tu comprends qu'elle s'inquiète autant, ton métier est dangereux, en t'engageant tu as accepté l'éventualité d'avoir à mourir pour défendre d'autres personnes, tout comme ton père d'ailleurs. Mais c'est comme si tu n'avais rien à craindre, tu seras toujours protégé, où que tu sois, c'est ça, l'amour d'une mère.


Le masque du soldat.

Tu t'es bien vite fait ta place dans la garde royale et tu t'es enfin décidé à faire l'acquisition de ta propre maison, ton travail ne diffère pas vraiment de celui de garde civil pour toi, juste que la priorité est axée sur le roi et les hauts quartiers et que l'uniforme porté n'est pas le même. Après une lourde journée de service tu t'es vu accorder une pause pour la soirée. Ton manteau jeté sur tes épaules tu t'es rendu dans un bar, tu n'as pas choisi, le premier ferait l'affaire, des collègues à toi était déjà là bas et n'ayant aucune envie de les croiser tu es allé t'asseoir dos au bar un peu plus loin. Etant légèrement alcolisés ils parlaient fort et leurs voix parvenaient jusqu'à tes oreilles. "Le nouveau là... Parait qu'il est pas du premier quartier mais qu'en fait il vient d'en bas." "Sérieux ? Ben... Comment il a peu vivre en haut maintenant ? Un salaire de garde civil seul ça suffit pas... 'fin j'pense." "Adopté... Le bol quoi." Ils n'avaient pas tort, tu as eu de la chance, énormément de chance, surement plus que certains en une vie. "Il est bizarre... parfois on dirait qu'il ressent rien t'sais... on raconte même qu'après avoir tabassé un de ses camarades il a exécuté un rebelle sans défenses sans même ciller. Il lui à pointé son arme sur la tronche et beng..." "Ouais j'ai entendu cette histoire, il aurait fait des siennes lors d'un procès aussi, pareil il aurait collé une raclée à l'accusé devant l'assemblée." "Enfin l'important c'est qu'il écrase des rebelles. Faut qu'on gagne c'te conflit. On laisse reposer tout ça sur les épaules des gars comme lui et les chefs.  Après on ramasse toute la gloire et basta."

Encore une fois tu ne tiens plus en les écoutant. Tu te lève et tu te dirige vers eux et tu shoote dans le tabouret du dernier qui à parlé, il se retrouve à terre en te regardant d'un air hébété. "Il n'y a aucune gloire à faire la guerre. Seulement des morts. Et pas seulement des ennemis. Vos collègues, peut-être même vos amis la font aussi cette guerre." Oui, parce que pour toi c'est une guerre et tu ne dois pas être le seul à penser ainsi. "Mais nous on pense pas à ça ! Tu sais à quel point c'est dur de perdre quelqu'un qu'on aime ?" Tu le toise d'un regard dur et perçant. "N'arrête pas d'avancer, laisse les s'écraser face contre terre, les adieux sont moins difficiles ainsi. Charge et attaque, c'est ça la guerre. Et en tant que garde, tu te dois de ne rien laisser t'entraver dans l'accomplissement de ton devoir. Une personne morte ne reviendras jamais. La pleurer c'est s'encombrer d'émotions inutiles qui ne feront que vous nuire et vous rendre plus faible." Puis tu tournes les talons et tu t'en va avant que l'envie de les frapper ne devienne trop importante. En marchant tu repense à comment ils te voient, tu es fort, c'est vrai mais si tu es dur, c'est pour le bien de tous, tu ne l'es pas, tu cache tes émotions qui t'encombrerais en service tu porte ton masque, ton masque de soldat.


Les mordre à mort.

Quatre années ont passées, soldat de la garde royale, sans pitié, tant pour les ennemis que pour les alliés. Sans hésitation tu cherche à atteindre le but qui t'as été fixé par tes supérieurs. Tu y arrive mais la plupart du temps, tu es poussé par ton côté indépendant et sauvage qui t'amène à faire parfois les choses à ta manière. Par exemple pourquoi s’encombrer de prisonniers qui ne savent rien et dont les rebelles ne se préoccuperais pas même en cas de négociations. Et ce n'est pas toujours très propre, surtout si tu décide de les faire parler avant.

"Marston ! Tu vas le tuer ! Pas comme ça !" On t'attrape par derrière on tente de te faire une clef de bras, tu balance ta tête en arrière percutant le nez de celui qui a essayé de t'arrêter le forçant à lâcher prise. Tu reste imperturbable en t’avançant encore vers le corps qui gis sur le sol, tu l'attrape par les cheveux tu le relève et tu envoie ton poing percuter sa mâchoire que tu a déjà bien entamée, avant de lui envoyer un coup de pied chassé dans le torse. "Tu ferais mieux de me dire ce que vous faisiez toi et les autres." Il pousse un râle de douleur et crache un peu de sang au sol en se recroquevillant quelque peu sur lui même et du pied tu lui écrase la main, éclatant quelques os de ses doigts, lui arrachant un cri. "J'te dirais rien ! Chien du roi !" Ton autre pied part et lui percute la tête avec force. "Ici le chien est à mes pieds. Qu'est-ce que vous faisiez aussi près du premier secteur, ordure ?" "Va chier, plutôt... crever que de... te dire quoi que ce soit..." Tu hausse légèrement les sourcils, voilà une requête bien inconsciente. "Si tu as une famille, j’espère que tu leur à dit au revoir." "Qu..." Ton pied le percute à nouveau, encore, encore tu cogne, ne retenant aucun de tes coups, tu lui défonce littéralement le crâne jusqu'à te trouver à frapper un corps sans vie accompagné d'une purée sanglante, puis te te retourne vers tes collègues qui n'osent même pas te regarder, tu les toise tous en gardant le silence un moment. "Marston putain..." "Hm ? Vous comprendrez jamais ?" "Comprendre quoi !? Pour l'instant la seule chose qui me saute aux yeux c'est que t'aime buter des rebelles, rien de plus !" Tu empoigne l'impudent par le col de son manteau. "Et ça te pose un problème ?" "On les avait Marston ! Ils pouvaient plus rien faire !" "C'est de l'animal blessé qu'il faut se méfier le plus." "Ta gueule, on est pas des bêtes !" "Pourtant lui si il avait pu il t'aurais descendu tout pareil." Ce discours tu l'avais déjà tenu. Tu le pousse de manière à ce qu'il se ramasse à tes pieds. "Il faut être plus rapide qu'eux, tout ce qu'ils attendent c'est de nous sauter à la gorge, il faut le faire avant eux. Les déchirer, les détruire, les abattre. Il faut leur faire vivre la peur. Et ce n'est pas avec vos manières de fillettes qu'ils vont être intimidés. En faisant preuve de pitié, en vous retenant, vous leur montrez qu'ils n'ont pas à vous craindre. Nous sommes les gardes royaux, laissez l'homme de côté et devenez la bête. Mordez les à mort."


Passation de pouvoir.

Vingt-six ans, vous êtes tous rassemblés pour une annonce importante, tes collègues portent leurs uniformes de manière impécable, mais toi comme d'habitude tu as juste jeté ton manteau sur tes épaules sans te donner la peine de l'enfiler. Comme les autres tu attends votre supérieur qui devrait arriver d'un instant à l'autre. Le voici qui entre, votre chef d'unité, l'un des second de la garde royale, un homme dur et strict, juste et respectable. Il monte sur l'estrade dressé sur la place d'arme, il vous observe tous pendant un long moment avant de prendre la parole. "Soldats de la garde royale, vous avez été convoqué ici au sujet d'une annonce officielle que je me chargerais de vous transmettre car elle me concerne directement. Et par conséquent toute l'unité. Je m'en vais soldats, j'ai fait mon temps en tant que garde et l'âge commence à prendre le dessus. Il est grand temps pour moi de déposer les armes." Il se tait un instant, laissant le silence s'installer sur la place, pas un murmure, pas un mouvement. Voir un homme tel que lui devoir se retirer était impensable pour beaucoup. Et pourtant le temps à fait son oeuvre. "Avec honneur, j'ai protégé le peuple et servit sous la bannière de nôtre roi, d'abord en tant que garde civil comme beaucoup d'entre vous, puis en tant que garde royal ou je me suis hissé à force de lutte et de travail jusqu'au poste de second. Maintenant il est temps pour moi de passer la main." Cette fois un léger brouhaha envahit la salle, tous n'ayant qu'un seul petit mot aux lèvres. "Qui ?" D'un geste de la main et d'un regard le second de la garde impose le silence à tout les hommes captivant à nouveau leurs regards et leurs pensées. Un véritable meneur d'hommes. "Après de longues discutions avec mon homonymes et les deux chefs de notre corps armé, nous en sommes venu à désigner celui qui me succéderait en tant que second de la garde royale. Pour cela, nous avons étudié vos parcours à tous depuis votre intégration, votre état d'esprit, vos forces, vos faiblesses mais le facteur qui a déterminé qui prendras ma place, c'est votre résolution, l'ardeur que chacun d'entre vous à pu mettre au service du roi et du peuple. Il est inutile de vous faire attendre plus longtemps. Soldat Marston, venez." Tu hausse les sourcils et reste immobile un instant avant de te détacher du rang et de te diriger vers l'estrade, tu sens les regards de tes collègues sur toi alors que tu monte les marches mais tes yeux à toi son toujours posés sur cet homme qui t'observe également t'avancer vers lui. Tu t’arrêtes à distance respectable et tu le salue avant de te tenir au garde à vous. "Repos soldat." Il s'avance vers toi alors que tu écarte légèrement les jambes et place tes mains dans ton dos, position de repos. "Voici, soldats, le nouveau second de la garde royale, qui à su faire face à l'adversité à mainte reprise et s'acquitter de son devoir sans avoir peur de se salir les mains ou d'effectuer des sacrifices. En effet pour arriver ou vous en êtes vous avez tous dû renoncer à beaucoup de choses, mais lui n'hésite pas soldats, il n'a pas cédé. Je sais ce que vous vous dites, je connais sa réputation et les autres supérieurs également. Cependant au sein de cette unité, il reste le plus apte à prendre ma place." Il retire sur ton manteau tes galons de garde et y appose ceux de second, te reste immobile et droit, le visage impassible. "Ceci fait, je vous confie la suite Marston. Dîtes quelques mots à vos hommes, montrez leur ce que vous valez, que vous n'êtes pas qu'un monstre sans cœur comme trop le pensent." Tu acquiesce en silence et tu le regarde saluer une dernière fois l'unité avant de se retirer.

Tu vas te placer à l'endroit ou il se tenait et tu observe ceux qui sont maintenant sous ta responsabilité et tu prend une légère inspiration. "Soldats, je suis comme vous, quand j'ai accepté de devenir garde royal, c'était pour moi en quelque sorte la cérémonie d'au revoir à la maison, à ma famille. J'y ai laissé une vie, car à cet instant, c'est une nouvelle vie qui a commencée. Soldat, ce mot ne signifie pas seulement guerrier ou garde, non. Un soldat est avant tout un homme qui est prêt à offrir sa vie pour protéger. Le métier de soldat, c'est faire d'immenses sacrifices, notamment sur le plan personnel. On se retrouve forcement avec du sang sur les mains, et même un peu, c'est déjà trop. Mais c'est aussi le plus beau métier du monde, être soldat c'est protéger et défendre ceux qui en on besoin, ceux qui vous sont chers. Être soldat c'est faire partie d'une immense famille, c'est se soutenir les un les autres dans les moments les plus difficiles, rester unis sous une même bannière, celle de notre roi. Nous sommes bon à jeter, c'est un destin que nous avons choisi. Ici, nous avons tous un cœur, que nous sommes prêts à offrir percé d'une balle pour le salut d'autres que nous. Nous sommes tous des hommes, c'est vrai cependant nous ne pouvons rien laisser nous entraver dans notre démarche qui est de protéger, il est parfois bon d'en revenir aux instincts primaires. Montrez moi votre résolution, montrez moi que vous êtes forts. Face aux ennemis, résistez et mordez !" Tu observes tes hommes un instant, ils ont tous le regard rivés sur toi, après un instant, un sourire se dessine sur certains visages, une légères grimace sur d'autres. Ils te saluent à l'unisson et tu fait de même avant de tourner les talons. Un léger sourire éclaire ton visage alors que tu leurs tourne le dos pour aller prendre tes premières directives en tant que second. Et tu pense à la tête de ton père quand il apprendra la nouvelle ainsi qu'au sourire de ta mère.

La résolution du loup.

Le massacre, une boucherie. Un moment horrible, beaucoup on perdu la vie. Tu préfère ne pas imaginer ce qui se serait passé si l'attaque n'avait pas été anticipée. Tu regardes autour de toi, ton visage reste fermé mais ton esprit hurle. C'était passé à si peu, et si parmi les cadavres des gardes on t'annonçais avoir retrouvé ton père, ou ta mère. Tu n'y est pour rien et pourtant cette fois tu as l'impression d'avoir faillis à ta tâche, même si tu sais qu'il aurait été impossible de protéger tout le monde. Tu vas aider ceux qui en ont besoin, tu tâche de ne plus penser à cette désolation, te contentant juste d'apporter ton aide. Tu ne t'approche pas du cortège de prisonniers, tu ferais un malheur en cet instant. Tant de vies brisées, de cœurs déchirés par une bande de chiens idéalistes.

Au retour de cet événement qui laissera dans l'esprit de chacun une marque indélébile, tu as encore des choses à faire. Les effectifs doivent être renforcés, les soldats de ton unité doivent être passés en revue. Alors tu ordonne le rassemblement sur la place d'arme et tu appelle, le groupe n'est pas diminué de beaucoup mais assez pour qu'on remarque que certains ne sont plus là. Tu lève ensuite les yeux vers eux et tu t'efforce de leur dire quelque mots. Tu es fort et tu dois leur transmettre cette force. Ils auront le temps de pleurer leurs amis plus tard, il reste encore beaucoup à faire. Ils te saluent et tu va t'occuper de la suite.

Tu attrape les dossiers des candidats potentiels qui t'ont été transmis, tu les lis avec attention, les épluches sous tout les angles, tu les transmettras ensuite à ton homonyme qui se chargera de contacter les élus. Un dossier retiens quelque peu ton attention, un homme blond à l'air sérieux. Son regard te plait. Neuf ans de service, engagé dans la garde civile alors qu'il était âgé de dix-sept ans et selon les rapports il prenait son devoir de garde très au sérieux et avait également participé à des affrontements. Et il s'en tirais plutôt bien au niveau des évaluations qui avaient été faites. Port de l'armure réglementaire, apte à l'utilisation de l'arma G. Tu place son dossier sur le dessus de la pile des candidats, la garde royale à besoin d'hommes tels que lui.

Après avoir achevé ta journée de travail, tu rentre chez toi, à peine arrivé tu te laisse tomber sur une chaise, tu n'as même pas le courage de te rendre jusqu'à ton imposant fauteuil. Tu fronce les sourcils et tu frappe du poing sur la table. Tu a été ébranlé par ce qui s'est passé aujourd'hui, comme n'importe qui, mais tu en est sorti encore plus fort. Ton désir de protéger n'en est que plus grand, plus ardent, plus puissant. Et c'est avec les flammes de cette résolution que tu feras vivre l'enfer à ceux qui voudront nuire au peuple et au roi, à ta famille. Tu leur sautera à la gorge comme un loup, pour les mordres à mort.


ET IRL?
PSEUDO: Rex/Lexou
ÂGE: 21.
A PROPOS DE VOUS ?: Je mords.
SPONSORISE PAR: Fraus. (Buvons ensemble camarade.)
FEATURING: Xanxus-KHR
CODE:



Dernière édition par Alex Marston le Ven 6 Juin - 0:52, édité 29 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)
Message Sujet: Re: Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)    Dim 1 Juin - 7:59

Nous allons bien nous entendre, mon lapin. Bienvenue à toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Magistrat


Messages : 53
Date d'inscription : 31/05/2014
Fiche : Prez : Un loup dans un terrier à lapins.


Infos
Points de vie:
7/10  (7/10)

Alex Marston - Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)
Message Sujet: Re: Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)    Dim 1 Juin - 13:43

Ludwig :: Merci beaucoup. J'ai lu ta fiche et je pense que nous pourrions bien nous entendre, "mon lapin."



"Save and protect."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Magistrat



Fraus Néri - Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)
Message Sujet: Re: Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)    Dim 1 Juin - 13:55

HIIIIIIIII

Bienvenue /o/


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Magistrat


Messages : 53
Date d'inscription : 31/05/2014
Fiche : Prez : Un loup dans un terrier à lapins.


Infos
Points de vie:
7/10  (7/10)

Alex Marston - Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)
Message Sujet: Re: Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)    Dim 1 Juin - 13:58

Fraus :: MERCI ! o/



"Save and protect."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 181
Date d'inscription : 18/05/2014
Fiche : Par ici !



Infos
Points de vie:
0/10  (0/10)

Natasha Alinovitch - Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)
Message Sujet: Re: Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)    Dim 1 Juin - 16:48

Bienvenue ! ... Même si j'aurais préféré un rebelle, on va se retrouver en sous-nombre a la longue !!



-Merci à Nero pour l'avatar et au Doc' pour la signature !!-
~Fiche / T.E.L. / Relations~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rebelle



Sacha ##### - Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)
Message Sujet: Re: Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)    Dim 1 Juin - 17:01

Bienvenue !

Mais Natasha, voyons, regarde le bon côté des choses: on aura une cible de plus sur laquelle frapper !


٭ FICHE
٭ RELATIONS
٭ T.E.L

٭ and she walks
٭ (c) .1019

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Magistrat


Messages : 57
Date d'inscription : 28/05/2012
Fiche : OBEY

Infos
Points de vie:
7/10  (7/10)

Jonah E. O'Leary - Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)
Message Sujet: Re: Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)    Mar 3 Juin - 12:47

Welcome ! - sort de nul part - . Sous chef hein... Intéressant  


Citation :
[07/08/2014 23:12:45] Nagaan: Owi... j'veux être prise par Jonah. En levrette de préférence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Magistrat



Fraus Néri - Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)
Message Sujet: Re: Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)    Ven 6 Juin - 19:16

BIENVENUE SUR UNDERGROUND (officiellement) !

Notes du sous-fifre : Hiiiii bienvenue mon dragon préféré !

Tu dois maintenant: Parce qu'il y a quelques obligations, quand même. Enfin, pas beaucoup pour le moment.

  • Faire ta fiche de relations. (www)

Tu peux maintenant: Parce que... parce que c'est très bien, voilà !

  • Faire ton TEL. (www)
  • Faire ton journal ou d'autres trucs cools dans le passé. (www)
  • Et si jamais t'as envie de RP maintenant, tu peux aller: sur la Chatbox (www), sur les demandes de RP (www) ou encore aller faire une nouvelle demande ! (mais on aime pas ça, ewww. c'est caca.)

Et on a ajouté à ton inventaire:

  • Ton arme... surtout, vise la tête, c'est plus efficace. Ou les services trois pièces...
  • Ta maison !
  • Une fiole de santé +3HP si jamais tu te prends le petit doigt de pied contre la commode de ta chambre.

Et bonne chance !


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé - Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)
Message Sujet: Re: Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)    


Revenir en haut Aller en bas
 

Un loup dans un terrier à lapins. [Alex] (Terminée.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Johnny Hallyday : vers une rupture contrat avec Optic 2000
» Ode(s).... au loup!!!
» SOIREE 'FUNK CONNECTION' AVEC DJ ALEX MORGAN
» Alex Penda
» Coup de gueule : Hautes-Alpes...Après de nouvelles attaques du loup, le tir de défense autorisé dans quatre communes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-