AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar



Invité - Viens voir le docteur non n'ai pas peur
Message Sujet: Viens voir le docteur non n'ai pas peur    Mar 27 Mai - 15:18

Le visage et les vêtements sales, le maquereau traversait bille en tête ce secteur où tout le monde le dévisageait. Il avait l'air très préoccupé mais non pas à cause du regard de la noblesse sur lui, mais plutôt par le fait d'être perdu. Malgré l'abondance de lumière et l'organisation sociétale qui régnait en ce lieu riche, il ne parvenait pas à suivre les indications qui lui étaient indiqués sur ce petit morceau de papier vaguement griffonné à la main tremblante par un noble apeuré et en proie à la panique.

Bordel de connard de cul doré. Cet abruti n'a pas su me faire des lignes droites  tant il se pissait dessus quand je l’exhortait à me donner l'adresse de son médecin. Qu'est ce qu'il à bien pu refiler à ma poule sérieux? Si son doc est un blaireau, aux deux je leur enlève la petite cuillère qu'ils ont dans la bouche pour la leur fourrer dans le fion ! ... avec des gants, j'ai pas envie de chopper cette saloperie.

Son style détonnait et bientôt les regards convergeaient vers lui, se demandant comment il avait pu entrer. Pourtant, certains mimaient l'étonnement devant leurs femmes mais savaient très bien de qui il s'agissait. Ainsi peu osaient faire une remarque à voix haute où alerter la garde.

Ouais! Baissez les yeux bande d'infidèles. Si vos femmes savaient où est-ce que vous traînez le soir vous perdriez vite de votre superbe. Au moindre esclandre je dévoile le pot au rose. Rien à foutre de perdre cette clientèle vérolée!
Oh ! Mais qui vois-je, même certaines de ces mesdames sont déjà passés me voir. Alors coquines, papa à une trop petite bite propre pour vous faire jouir?


Il ne réprimait nullement ses pensées acerbes envers cette frange de la population qui, pour lui, ne méritait pas, pour la plupart, un tel rang social. D'autant qu'ils étaient tous tellement corruptibles, a commencer par les gardes qui l'avaient laissés entrer ainsi que les témoins passifs cherchant à calmer les ardeurs de leurs pintades aveugles.

Il déambulait dans les rues avec son dessin comme fait par un enfant de 3 ans en cherchant à se repérer quand tout d'un coup le miracle se produisit : il arriva devant le cabinet du fameux docteur conseillé.
Ni une ni deux il entra dans la salle d'attente avec grand fracas en hurlant.

"Salut doc Hammerstein ! C'est le fisc ! On vient saisir ton cul pour la liquidation! "

La patientèle qui attendait sagement fût choquée d'une telle intervention et s'offusqua rapidement, alimentant le brouhaha ambiant avant que la secrétaire ne daigne se lever pour tenter de gérer la situation. mais avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit, Dante enchaîna sur un ton un poil plus sérieux.

"Non j'deconne. C'est pour une urgence! Un de vos patient m'envoie pour s’acquitter d'une dette dont vous seul avez le secret. Donc votre présence est largement requise disons ... bah dans la seconde qui suit."

Il ne s'encombrait pas de tout le protocole de politesse ni des us de cette oligarchie à peine mieux organisée que la plèbe dont il venait. Il savait bien que le paraître de ces gens leur tenait trop à coeur pour qu'ils osent s'élever devant cette demande de passage prioritaire.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Viens voir le docteur non n'ai pas peur
Message Sujet: Re: Viens voir le docteur non n'ai pas peur    Mar 27 Mai - 23:08





La salle d’attente était pleine, comme toujours si l’on puis dire. Car tout le monde avait ses petits bobos et ses petites baisses de tensions. Pas un seul n’était venu –malheureusement- se faire opérer du foie ou ouvrir en deux dans le sens de la largeur afin que l’on puisse juger si une femme et un homme pouvait avoir des organes de tailles et de positions différentes. La secrétaire, comme d’ordinaire, vaquait à ses occupations –à base de téléphone, vous vous en doutez- et la musique tournait dans la salle d’attente avec une routine qui aurait sans doute rendu fou le pauvre docteur si il avait été forcé de la subir durant la journée entière.

Ludwig observa d’ailleurs son horloge murale. Déjà six grandes heures qu’il était enfermé dans ce bureau. Six heures qu’il écoutait les jérémiades de ces bourgeois engrossés qui se pensaient meilleurs les uns que les autres. Il aurait presque voulut les tuer. Cela aurait sans aucun doute égayé sa journée monotone et cette mélodie monocorde qu’était les voix de ses patients.

Il s’apprêtait à prendre un nouveau patient lorsque son assistante le contacta par messagerie sur son T.E.L personnel. « Client difficile » Haussement de sourcil, petit frémissement de lèvres et le docteur était debout, prêt à en découdre. Il remonta les manches de sa chemise blanche, réajusta son gilet marine et approcha de la porte afin de voir quel était le souci.

Quelques instants avant l’envoi de cet appel à l’aide, la pauvre assistante essayait de calmer le bougre d’impoli qui avait fait irruption dans le hall d’accueil. Il avait, manifestement, crut qu’il tomberait immédiatement sur le docteur mais il ne faisait face qu’au secrétariat. « Je suis navré monsieur, mais le docteur ne reçoit plus de visite pour aujourd’hui. » Parole sereine qui fut, bien entendu, ignorées par l’hurluberlu hurlant qui lui faisait face. Il vociférait si fort qu’il ne remarqua pas qu’elle ne tapait plus sur son clavier, mais sur son T.E.L couleur bonbon.

« Monsieur Vindish, je présume. » Dit le docteur avec un soupir. Comment se tromper sur la marchandise ? L’homme semblait tout droit sortir de la périphérie tant il était mal habillé et son langage n’était malheureusement guère mieux entretenu. Hammerstein se dirigea vers le bureau de sa secrétaire afin d’en tirer l’écran avec douceur. « Monsieur Vindish a rendez-vous avec moi à la place de monsieur Comura, qu’il attende dans la salle d’attente » Puis il entra dans la salle d’attente afin de prendre un autre patient avec lui. Problème résolut. Le fameux monsieur Comura avait téléphoné plus tôt afin de prévenir le médecin de l’arrivée dans la journée d’un drôle de spécimen. Et il n’avait pas mentit. Ludwig fit entrer son nouveau patient avec patience. Patience feinte car il lui tardait de voir ce fameux spécimen de plus près.



Codage par Narja pour Never Utopia



Dernière édition par Dr. Ludwig Hammerstein le Jeu 5 Juin - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Invité - Viens voir le docteur non n'ai pas peur
Message Sujet: Re: Viens voir le docteur non n'ai pas peur    Mer 28 Mai - 3:01

Le doc entra dans la pièce avec un aplomb est une assurance plutôt désarmante malgré de bordel que Dante avait fait régner. D'une main de maître il prît la situation à bras le corps.
Premièrement il indiqua connaitre l'identité du trouble fête afin de le canaliser un peu. Enfin il clarifia la situation en organisant à voix haute son agenda avec assurance et autorité avant de très vite reprendre le cours normal des choses en embrayant avec le patient suivant. Tout les spectateurs restèrent stupéfaits par l'action brillantissime ... et même le proxénète resta le cul par terre que sa tentative désespérée d'instaurer le chaos finisse aussi vite en eau de boudin. Tel un étalon voulant asseoir son statut mais éjaculant en même pas 2 minutes, le badboy se retrouva vide et penaud de n'avoir su égayer plus intensément la vie de cet homme.

Mais merde ... C'est qu'il a de belles couilles le véto. Moi qui cherchait un doc qui les aient bien attachées, je suis servit. Voir une chatte dégueuler du pus devrait pas le faire défaillir. Faut croire que ce connard de Comura ne m'a pas menti ... en même temps, après s'être chier dans les brailles, il n'avait plus aucun intérêt à mentir.

L'espace d'un instant le roux eût l'impensable idée d'aller poser son séant dans la salle d'attente et d'attendre son tour avant de finalement se reprendre grâce aux têtes de cons déjà présentes qui le renvoyait à son civisme perdu.

Opla ! Mais depuis quand je fais la queue au milieu de ces mange merdes qui tortillent du cul pour chier droit? J'ai une poule qui arrive plus à pondre ses œufs moi. J'ai une perte sèche d'argent moi. j'ai pas les moyens d'attendre.

Harangué par ses propres soins et l'ego un peu meurtri de s'être vu inférioriser dans son désir d'anarchie, il reprit le mouvement et se dirigea droit vers la salle d'auscultation sans que les petites jérémiades de la secrétaire, semblables à celles d'une nippone subissant les affres de l'amour avec un poulpe dans un hentaï, ne parviennent à l’arrêter.
Il entra dans la pièce et chercha à rejoindre le doc et son nouveau patient avant que la crieuse ne revienne se coller à ses basques comme un vieux chewing gum.

Une petite minute doc ! Il me semble qu'on s'est pas très bien compris.

Brûlant volontiers la mèche par les 2 bouts, cette tête dure ne pouvait se contenter d'entrer dans le rang pour plusieurs raison: La première était qu'il ne supportait pas ce "protocole" de bienséance noble et ses dérives qui permettait à des hypocondriaques de piquer la place de véritables malades. La seconde était qu'il ne supportait pas l'immobilisme alors qu'une de ses protégée avait besoin de lui. Quitte a risquer de se faire virer à coup de pompe dans le cul, il allait tenter encore un coup d'éclat.
S'approchant rapidement du futur patient, un homme grisonnant, il lui posa une main sur l'épaule, comme compatissante, avant de lui asséner une petite phrase dont il avait le secret.

Dis moi mec, tu souffres de quoi? T'as un peu mal au bide? tu fais caca mou? Non parce que je peux te mettre un bon coup de barre à mine pour que tu aies réellement besoin d'une reconstruction faciale et de soins dentaires pour accepter que tu passes pour une urgence plus prioritaire à la mienne. Alors met toi un bouchon dans le derche en attendant qu'on trouve un moyen de rendre vivable l'intimité d'une demoiselle car, contrairement à elle, personne n'a envie de te fourrer.
Et toi doc, va falloir que tu me suive car j'ai pas ramener d'échantillon de cette merde pour illustrer mon propos.


Certes la menace semblait assez absurde et assez gratuite pour ne pas pouvoir être mise à exécution. Par contre le crâne rasé comptait beaucoup sur le fait d'avoir suffisamment piquer la curiosité du praticien pour qu'il daigne sortir de sa monotonie en se servant du prétexte qu'il lui offrait.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Viens voir le docteur non n'ai pas peur
Message Sujet: Re: Viens voir le docteur non n'ai pas peur    Mer 28 Mai - 22:47





Et c’est après pareil brouhaha incommensurable que débuta la nouvelle consultation du Docteur Hammerstein. Il était difficile pour lui de rester concentrer sur son patient et de ne pas penser à l’hurluberlu au crâne rasé qui venait de faire irruption dans son cabinet, mais l’effort restait invisible sur son visage impassible. Son patient en était bluffé. Tant de professionnalisme en un seul homme, c’est toujours bluffant. Passant une main blanche dans ses cheveux blonds, le médecin observait son patient retirer sa veste tout en racontant les symptômes de sa maladies et tout un tas de choses dont un médecin n’a absolument pas besoin de savoir –comme la santé de ses enfants, les difficultés à dresser son nouveau chien… C’est fou ce que les gens peuvent être volubiles.

C’est alors que le fameux client difficile fit à nouveau son entrée –décidément, il savait les soigner- en refermant la porte derrière lui. Sans doute avait-il peur que l’assistante ne lui fasse trop de remontrances. Il lança une tirade infinie à monsieur son patient, tirade qui lui tira un petit sourire amusé. « Dis moi mec, tu souffres de quoi? T'as un peu mal au bide? tu fais caca mou? Non parce que je peux te mettre un bon coup de barre à mine pour que tu aies réellement besoin d'une reconstruction faciale et de soins dentaires pour accepter que tu passes pour une urgence plus prioritaire à la mienne. Alors met toi un bouchon dans le derche en attendant qu'on trouve un moyen de rendre vivable l'intimité d'une demoiselle car, contrairement à elle, personne n'a envie de te fourrer.
Et toi doc, va falloir que tu me suive car j'ai pas ramener d'échantillon de cette merde pour illustrer mon propos. »
Ludwig se leva de son siège et se dirigea simplement jusqu’à la porte afin de l’ouvrir.

« Je ne suis pas gynécologue, je n’aurais nul besoin de faire le déplacement. Si vous préférez je peux vous conseiller un autre spécialiste mais en attendant je vous prierais de retourner à la salle d’attente. Vous n’avez rendez-vous que dans une demi-heure, je suis sûr que vous pouvez vous montrer patient. » Et avec un petit geste, il congédia l’importun avant de refermer la porte derrière lui. Un petit soupir et il se tourna vers l’homme qui était resté vissé à son siège. « A nous deux. »

***


Après une demi-heure et en avoir terminé avec le mal de ventre et la fièvre de monsieur Steinfield, le docteur sortit de son cabinet afin d’aller jusqu’à sa salle d’attente. Avant de pousser la porte, il détendit ses épaules et défroissa machinalement son gilet, puis il poussa la porte avec douceur. « Monsieur Vindish ? C’est à vous. » Et il retourna dans la pièce précédente, mais sous bonne escorte cette fois-ci. Toujours avec ce petit frémissement de lèvres.




Codage par Narja pour Never Utopia



Dernière édition par Dr. Ludwig Hammerstein le Jeu 5 Juin - 19:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Invité - Viens voir le docteur non n'ai pas peur
Message Sujet: Re: Viens voir le docteur non n'ai pas peur    Lun 2 Juin - 16:09

Le vieux patient était tétanisé et cherchait du regard le médecin afin de lui venir en aide, ce qu'il fît à nouveau avec sobriété en éconduisant l’importun et le sommant de repartir dans la salle d'attente. D'aucun aurait pu penser qu'en le faisant il se risquait à se faire démolir copieusement le portrait. Pourtant, Dante se contenta de marmoner dans sa barbe et de repartir vers la salle d'attente. Cette réaction stupéfia le pauvre petit vieux ainsi que le reste de la patientèle qui le vît revenir d'un oeil mauvais, s'attendant à le voir expulser sa frustration sur le mobilier. Mais la encore il surprît tout le monde en prenant une chaise et en s’asseyant sagement, les bras croisés, le visage fermé, tenant cette position durant les longues minutes d'attente. Personne n'osait croiser son oeil terriblement mauvais qui trahissait une colère qui augmentait à chaque seconde.

*********

Enfin le docteur se pointa à nouveau et appela le trublion qui affichait à présent un calme olympien. Son visage était pris de tressaillements et son épiderme se déformait sous la contrainte des nerfs et des veines qui ressortaient. Il était clair qu'il réprimait sa colère et son irrépressible envie d'exploser. La bombe a retardement consumait sa mêche dont personne ne connaissait la longueur. Lentement, il prît place en face du bureau du praticien, entrelaça ses doigts, appuya ses avants bras sur l'arrête du meuble et s’exprima avec calme.

T'sais quoi doc? Un des trucs dont j'ai horreur c'est la passivité et l'inaction. Sauf que j'ai besoin de toi, que c'est pour une de mes filles, et que je respecte ta profession et l’énergie que tu met à aider tous ces gens. Tout cela a fait en sorte que je ferme ma gueule et que je démonte pas tout autour de moi malgré l'attente forcée. Mais à présent va falloir mettre les bouchées double mon pote.
Après ce petit laïus, le désamorçage s'effectua et tout son corps se relâcha enfin. Cependant, son visage restait relativement fermé et grave. Il poursuivît alors avec une voix claire et intelligible.

Une de mes filles se plaignait de douleurs dans le bas ventre depuis deux jours. Je l'ai donc mise au repos. Et ce matin j'ai constaté un écoulement purulent de couleur blanchâtre assez épais qui lui sortait du vagin. Les douleurs sont épisodiques mais d'assez forte intensité pendant une dizaine de secondes toutes les demi heures environ. Elle ressent le besoin d'aller uriner pour bénéficier d' un soulagement temporaire.
Il n'hésitait nullement à donner des détails et des repères temporels pour être le plus précis possible. Usant d'un vocabulaire plus épuré qu'à l'accoutumé. Cependant, lorsque Dante évoqua la spécificité de sa visite, il reprit tout son lexique fleuri pour offrir un magnifique bouquet champêtre, parfaitement adapter à la décoration du lieu.

Son dernier rapport à été avec ce gros dégueulasse de Comura qui, non content de son forfait, se savait atteint d'une saloperie du genre. Il m'a été assez facile de le faire avouer après lui avoir raboter le nez à grand coups de crâne, mais beaucoup plus difficile de l'obliger à me montrer son tic-tac pourri avec le cap au vif, pleins de picots et de plaques rouges. Ce demeuré m'a aussi expliqué qu'il avait aussi des écoulements purulents par moments mais qu'il se lavait toujours avant de venir.
Maintenant qu'il ressemble à un Picasso, il m'a donnée votre adresse en m'indiquant que vous étiez au courant de sa merde. Il me faut savoir comment ça se traite et par quel biais c'est contagieux. Sanguin? Auquel cas il est pas impossible que je sois également contaminé par la peau de mes phalanges ou de mon front.


Dante profita de cet instant pour examiner ses larges paluches cornées pour se rendre compte que le cuir de ces dernières était trop épais pour avoir pu être entaillé jusqu'au sang.

Mais assez parlé de moi, je vous l'ai dis la situation est urgente. Chaque heure d'infection de sa chatte me fait perdre au bas mot 50 Crédits pour une gagneuse comme elle. Alors on fait quoi Doc?

Sa clôture de discours pouvait le faire passer pour un infâme rentier sans scrupule mais son regard suppliant renseignait sur une réelle inquiétude pour l'une de ses protégée.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Viens voir le docteur non n'ai pas peur
Message Sujet: Re: Viens voir le docteur non n'ai pas peur    Jeu 5 Juin - 19:32





Mais qu’est-ce qu’il parlait. Pourquoi autant de paroles inutiles si ce n’est pour faire perdre du temps à lui comme au pauvre docteur qui commençais à être excédé par sa conduite. Il le regardait, joignant les mains sur le bord de son bureau en l’écoutant avec attention, nullement choqué par sa manière de parler –du moins pas de manière visuelle. Il était vulgaire, dans ses propos comme dans sa manière d’être et Ludwig commençait à avoir hâte qu’un pareil énergumène quitte son cabinet. Mais en bon professionnel, il ne le montra pas. Pas qu’il ait jamais eu l’habitude de montrer ses sentiments, mais la situation lui demandait encore plus de self-control que d’ordinaire.

« Une de mes filles se plaignait de douleurs dans le bas ventre depuis deux jours. Je l'ai donc mise au repos. Et ce matin j'ai constaté un écoulement purulent de couleur blanchâtre assez épais qui lui sortait du vagin. Les douleurs sont épisodiques mais d'assez forte intensité pendant une dizaine de secondes toutes les demi-heures environ. Elle ressent le besoin d'aller uriner pour bénéficier d’un soulagement temporaire. Son dernier rapport à été avec ce gros dégueulasse de Comura qui, non content de son forfait, se savait atteint d'une saloperie du genre. Il m'a été assez facile de le faire avouer après lui avoir raboter le nez à grand coups de crâne, mais beaucoup plus difficile de l'obliger à me montrer son tic-tac pourri avec le cap au vif, pleins de picots et de plaques rouges. Ce demeuré m'a aussi expliqué qu'il avait aussi des écoulements purulents par moments mais qu'il se lavait toujours avant de venir.
Maintenant qu'il ressemble à un Picasso, il m'a donnée votre adresse en m'indiquant que vous étiez au courant de sa merde. Il me faut savoir comment ça se traite et par quel biais c'est contagieux. Sanguin? Auquel cas il est pas impossible que je sois également contaminé par la peau de mes phalanges ou de mon front. »


Effaré. Le docteur était tout bonnement effaré de l’inutilité de ses propos. Il avait, certes, donné suffisamment de détails importants lié à la maladie de la demoiselle, mais il l’avait enrobé d’un nappage de vulgarité et d’insanité qui aurait rendu palot le plus rustre des habitants du second district. Il répondit, toujours avec son ton le plus professionnel : « Bien, je crains que votre client –et mon patient- ne soit un peu idiot et ne se soigne pas correctement. Je ne peux que vous conseiller de ne plus le laisser entrer dans votre établissement. C’est d’ailleurs ce que je ferais, pour ma part. Je vais vous faire une ordonnance avec les mêmes médicaments que je lui ai prescris ainsi que la posologie à suivre. Je vous conseille de veiller à ce que les produits soient prient scrupuleusement afin que votre protégée puisse retourner au travail au plus vite. Ainsi je conseillerais des rapports protégés pendant au moins sept jours. Et alors qu’il écrivait, le nez dirigé vers sa feuille, il reprit. « Oh et non, vous ne risquez rien. C’est uniquement transmissible par voie sexuelle. » Il finit en lui faisant glisser l’ordonnance de son côté du bureau, l’air froid et décontracté.




Codage par Narja pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Invité - Viens voir le docteur non n'ai pas peur
Message Sujet: Re: Viens voir le docteur non n'ai pas peur    Mar 10 Juin - 16:55

Dante observait le praticien un peu circonspect. Il était un assez bon analyste mais ne parvenait pas à déterminer si ce flegme était du à un devoir de réserve de la profession ou si le bonhomme était simplement aussi mou du genou que ne l'était les anglais et leur pouding. Bras croisés, regard inquisiteur, jambes prises de tremblements nerveux, il affichait une moue qui parlait pour lui.

Putain mais t'es quoi au juste? une sorte de robot ou un cyborg? Pour être doc tu dois en avoir dans le ciboulot mais c'est pas la joie qui t'étouffe. Tu t'auto prescris du Prozac non?

Malgré une quasi irrépressible envie de le secouer comme un prunier, le maquereau se contenta de l'écouter. Une fois la demi heure ... les quelques secondes passées pour que Ludwig aligne sa petite tirade, le plébéien fût prit d'une irrépressible envie de vitesse et lui rétorqua avec rapidité sa propre conclusion.

Pour ce qui est de mon ex-client et futur patient à toi, puisque il va revenir se faire soigner après mon retour au bercail pour de multiples contusions et accessoirement te payer l'addition, j'en fais mon affaire. Par contre ça serait pas du luxe que tu puisses me donner son le nom de cette merde ainsi que d'autres éléments pour que je puisse rassurer mes poules.
Et si t'était pas si rat en terme d'info je pourrais même te demander le mode de transmission pour savoir les prestations qui restent possibles sans avoir à mettre la viande dans le torchon.


Il trépignait sur place, mue par l'envie de retourner dans son poulailler pour prendre soin de sa pondeuse malade. Pourtant, il voulait être certain de ne rien oublier dans la précipitation. C'est pourquoi il s'infligea un éventuel nouveau discours chiant du Doc prout-prout.
Mais avant de lui laisser à nouveau le champ libre, il se permit un nouvel avertissement.

Au passage Mister Bobo. C'est uniquement parce que t'as l'air de prendre des plombes avant de réagir et que j'aurai plus vite fait de repartir la soigner et qu'elle se rétablisse avant que tu puisse atteindre mon bordel que je pars du principe que ton hypothèse est la bonne. Mais sinon, garde à l'esprit ce différentiel de réactivité dans ton esprit. Car un mec qui ne prend pas même la peine d'aller voir un patient à intérêt à être une putain de tronche qui sait ce qu'il fait.

Récupérant l'ordonnance d'un geste sec qu'il eût pu en laisser des marques de griffures sur le bureau, il sonda le médecin du regard pour l’exhorter à donner ces informations avant de repartir aussi vite qu'il était venu.

Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé - Viens voir le docteur non n'ai pas peur
Message Sujet: Re: Viens voir le docteur non n'ai pas peur    


Revenir en haut Aller en bas
 

Viens voir le docteur non n'ai pas peur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» un truc de fou !!! A VoIR !!!
» Docteur Banza et le Vaudeville Vaudou
» [Création] Bill en poupée par Sheryldesigns, A VOIR !
» Les oeuvres que vous rêvez de voir dans votre maison d'Opéra
» BOITE EN BELGIQUE PRES D'ANVERS !! A VOIR ABSOLUMENT !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-