AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Rebelle



Sacha ##### - NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer
Message Sujet: NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer    Sam 24 Mai - 16:21

La nuit.

Seule de ses amies. Les lampadaires au loin qui s'effacent, les lueurs qui s'abaissent pour laisser place à un calme qu'elle ne connait que trop. A un silence qu'elle redoute. A une solitude qu'elle appréhende. Elle a peur. Peur de cette nuit, de ces nuits. De ses seules amies.

Oh dame, si vous saviez, dame...
Si vous saviez seulement à quel point elle a peur.

Abandonnée des lueurs du second secteur, des hommes qui la poursuivaient et dont la vie transpirait de leurs visages en sueur, de toutes formes d'êtres et d'admirateurs, elle a peur. Parfois, elle ose remuer les lèvres et demande, question sans sens, à un dieu qu'elle ne connaît que trop et trop peu: « Être seule, c'est mourir ? »

Mais ne lui répond alors que la brise fraîche sur sa peau de lune, soulevant sa cape et ses mèches d'argent, pétales doux qui lui frôlent le visage comme ils frôleraient la tige d'épines d'une rose blanche. Solitude lui répond ; Solitude, elle qui, inconsciemment, se fait maman de bien des gens ; des Orphelins de la Purge. Tous seuls. Toute seule.

Seule.

Seule.

Mais au loin danse une silhouette, comme la flamme d'une allumette. Fine, fluette, tout à fait maigrelette. Une tresse balance comme une clochette, et ses pas font office de sonnette. Elle danse, ma dame. Elle danse dans ses pas qui l'approchent, qui s'approchent. Discrète, des pas de danse d'une fillette.

Comme un nuage, loin de cette caverne, comme une tâche, tout à fait externe.

Combien de fois faudra-t-il répéter qu'ils ne sont tous que des enfants qui jouaient ?

La lumière de sa lampe s'allume avec mal dans la pénombre trop épaisse. Celle dont ils ont toujours rêvé, peut-être. Une lueur, à peine ! Oh, dame. Ils songeaient à la toucher, mais jamais ils n'ont réussi qu'à la frôler. A peine, dame. A peine. Elle éclaire à peine son visage trop blafard, contraste avec celle qui lui semble bien belle à ses côtés. Peut-être l'est-elle vraiment.

La lanterne est déposée sur l'un des bidons qui l'encercle, dévoilant un peu mieux la forme inquiétante que prend Fleur d'Argent sous sa cape. Dans l'ombre de son vêtement, ses yeux rongés par le sang examine la femme qui se dessine, belle, charmante. Un miroir de ce qu'elle avait rêvé d'être. Une banalité toute particulière qu'elle envie à ces dames du centre-ville.

Mais tombe la capuche pour révéler ses cheveux salis de la crasse de toute sa vie, de toute la ville, et ses traits tirés qui s'étirent en un sourire mesquin. Jeu d'ombres et de lumières sur son visage, elle remue de nouveau les lèvres pour à peine souffler quelques mots, qui sifflent comme de sordides courtisaneries ; hypocrisie dont elle aime se vêtir.

« Tu es Natasha, c'est bien cela ? Je ne pensais pas avoir telle femme dans mes rangs. C'est pour l'entraînement ? »

Oh dame, si vous saviez, dame...
Si vous saviez seulement à quel point elle est seule.


٭ FICHE
٭ RELATIONS
٭ T.E.L

٭ and she walks
٭ (c) .1019

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 181
Date d'inscription : 18/05/2014
Fiche : Par ici !



Infos
Points de vie:
0/10  (0/10)

Natasha Alinovitch - NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer
Message Sujet: Re: NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer    Sam 24 Mai - 17:44

La nuit.

Elle l'avait crainte. Tellement, tellement longtemps... Toute son enfance, la nuit avait envahi ses cauchemars de petite fille. Comme tous le gens biens du second et du premier secteurs, ses parents lui avaient appris à craindre la noirceur.

Puis elle avait grandi. La nuit était devenue sa protection, son alliée, son amie. Elle n'en avait plus peur, bien au contraire. Elle l'attendait, l'espérait comme on attend son sauveur.
C'est au profit des ténèbres qu'elle évoluait d'ailleurs ce soir, paisible en leur sein comme elle se serait dans des jupons maternels.

Elle n'était jamais seule la nuit. Elle se savait à l'abri de tous et de tout...
Mais quand le jour revenait, par tous les Archanges... Quand le jour artificiel naissait à nouveau, repoussant Mère Nocte dans ses retranchements, l'envahissant de sa lumière blafarde et désagréable, alors...
Alors l'orpheline redevenait orpheline. La femme redevenait enfant peureuse, cachée sous sa capuche, dans laquelle elle dissimulait de son mieux un peu de ténèbres comme un reliquat maternel.

Mais ce soir, il fait noir. Un noir brute et silencieux, un noir qu'elle dérange tout juste de quelques froissements de tissu, alors qu'elle avance lentement, se faufilant entre les quelques déchets qu'une lointaine et diffuse lueur dessine à peine.

Elle n'a pas vraiment peur, pourtant, elle se fait prudente, hésite, ralentit. Ce soir, on doit l'entraîner, pour la première fois depuis qu'elle a rejoint la rébellion. Elle qui ne s'est jamais bagarré que contre des Récupérateurs et des hommes ivres.
Son imagination s'envole, lui offre la vision d'une Armoire à Glace couverte de cicatrices, au regard noir et à la parole rare. Un homme qui en a déjà vu, peut-être même qui a perdu quelques bouts d'humanité dans une quelconque esclandre avec la Garde Royale.

Sans un bruit, elle franchit les bidons, s'approchant instinctivement de la silhouette qu'elle devine plus loin, et qui soudain s'éclaire d'une faible lumière.
Pas d'Armoire à glace. Pas d'homme.

Elle s'immobilise, visage à nu sous sa capuche, dont s'échappe sa natte blonde. Ses mains dont seuls les doigts maigres sont visibles, sous les mitaines, se joignent rapidement, presque par habitude, tandis que ses yeux clairs détaillent son hôte.
Cette hôte blafarde, dégingandée, usée. Cette face de Lune qui se fond dans la nuit, l'éclaire tout juste assez pour ne pas la faire fuir. Cette femme sale aux yeux de sang dont Natasha ne détache plus le regard. Comme elle est belle. Belle comme la nuit. Belle comme les ténèbres.

Son visage de poupée crasseuse se dévoile un peu mieux lorsqu'elle repousse sa capuche à son tour, inclinant légèrement la tête en entendant la rebelle.

- C'est moi. ... Vous êtes Sasha ?

Sa voix sort bien moins assurée qu'elle ne l'aurait voulu. Il faut dire qu'elle réalise, à l'instant-même, que c'est Sasha, LA Sasha, qui l'attend. On ne l'en avait pas prévenue, évidemment, et la voilà plus muette encore qu'à l'ordinaire, stupide et plantée sur place comme une vierge effarouchée devant celui qui la déflorera.

Quelques mouvements de lèvres silencieux plus tard, sa voix s'élève à nouveau, se perdant paresseusement dans le vide.

- Par quoi.. on commence ?



Dernière édition par Natasha Alinovitch le Lun 14 Juil - 23:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rebelle



Sacha ##### - NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer
Message Sujet: Re: NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer    Dim 25 Mai - 19:30

Oh dame, si vous saviez...
Si vous saviez quelle graine a commencé à germer.

Dans son esprit, quelque chose fait clic, comme le bruit du briquet qu'elle sort. Clic, clic, clic. La flamme s'échappe, dans le bruit léger du gaz. Elle danse à peine, virevolte, provocatrice, tourne et s'enroule, enlace, lèche le tube de poison qu'elle sort en même temps et qui s'enflamme sans peine, comme deux amants dans un tango érotique.

Entre ses lèvres sèches et teintes d'une couleur douteuse, la cigarette rougit et s'embrase un peu plus, comme excitée par sa lippe et ses dents et, dans un soupir long qu'elle ne se gêne pas à cacher, elle relâche la fumée blanche, comme un orgasme fait de vapeur et de brume.

« Tutoies-moi, la belle. » Les mécanismes embourbés de son esprit, pataugeant encore dans le sang du massacre dernier, se mettent doucement en marche. Longtemps qu'elle n'a plus réfléchi autant. Longtemps qu'elle veut arrêter. Mais, comme une addiction, elle y revient chaque jour, chaque heure, chaque seconde. Une obstination pour les machinations et les manipulations de l'être. « On n'a pas besoin de "vous" pour... placer quelconque distance entre nous. » Les muscles de son visage s'activent en même temps que son esprit et, en quelques secondes, un sourire chaleureux et rassurant s'installe sous ses yeux de sang. « Et surtout pas lorsque le Roi tente de nous séparer un peu plus de la population. Nous sommes comme une grande famille... et je te souhaite la bienvenue. »

Une inclination de la tête, soumise aux bonnes manières que la société tente de lui imposer. Mais ce n'est pas la politesse qui la motive à agir aujourd'hui, dame. Oh, si vous saviez quelle conspiration elle monte là, vous ne direz pas d'elle qu'elle est une bonne femme. Fleur d'Argent jamais ne renonce à ses ronces.

Mais aussi vite, elle se tourne, lui montre le dos, la cape qui tourbillonne. Son bâton est attrapé, tendu en avant, en arrière, puis à l'horizontale. Un objet de combat, de mort parfois, usé, sali, dont elle s'est pris d'affection, à défaut d'avoir un véritable ami. Elle le garde contre elle la nuit, comme un doudou glauque, comme un chien de garde immobile. Et aujourd'hui, elle le donne, elle le prête. Mais ne vous y trompez pas, dame: tout cela n'est qu'une partie du plan.

« On va commencer l'entraînement au bâton. Si tu sais manier un bâton, tu sais manier une arme, c'est simple. » Elle lui refait face. Un autre sourire, doux, gentil. Celui avec lequel elle a embobiné bien trop de personnes. « Je veux voir comment tu te débrouilles avec. A défaut d'avoir une cible, je vais être la tienne. Tu ne frapperas que sur le bras cybernétique. Ça me permettra en même temps de mieux manier ce dernier. »

Un visage qu'elle ne connaît pas. Ses pupilles se baladent d'un coin à un autre de ses globes, détaillant silencieusement la Dame Tresse, profitant des quelques secondes offertes lorsqu'elle lui tend l'arme. Un visage qu'elle enviait silencieusement, une couleur dont elle a toujours rêvé. Des yeux bleus qu'elle aurait revêtu, si elle n'avait pas pris racine dans des origines déjà corrompues, dans des gênes déjà moisis par la maladie. Des lèvres rosées, et c'est tout ce qu'elle aurait voulu. Des vêtements dont elle ne s'était jamais encombré. Une vie banale peut-être. Un esprit pas très original.

Personne ne la soupçonnerait. Et si, par malheur, quelqu'un remonterait jusqu'à elle, alors elle ne sera qu'un visage de plus, un visage anonyme qu'on oubliera. Pas de personnage important. Pas quelqu'un d'influent. Natasha.

« Dis-moi quand tu es prête. »

Elle, elle l'était déjà.


٭ FICHE
٭ RELATIONS
٭ T.E.L

٭ and she walks
٭ (c) .1019

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 181
Date d'inscription : 18/05/2014
Fiche : Par ici !



Infos
Points de vie:
0/10  (0/10)

Natasha Alinovitch - NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer
Message Sujet: Re: NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer    Mar 27 Mai - 15:22

" Méfie-toi d'elle, elle est le Mal en personne."
" Admire-la... Elle t'apprendra beaucoup."
"Elle n'est qu'une usurpatrice... Elle trahira, vous verrez."
" Elle est tout ce dont la rébellion a besoin. Respecte-la".


Dans la tête de la blondinette, les souvenirs, les pensées, les réflexions se mêlent, s'emmêlent, se démènent, se démêlent.
Elle a tellement entendu à propos de la femme qui lui fait face. Tout lui a déjà été relaté, cent fois, mille fois, le faux comme le vrai, les peut-être comme les certitudes.
Elle a ressenti leur peur, leur haine, leur admiration, leur respect et leur crainte.  Jamais d'amour, jamais de tendresse à l'égard de la Blanche-Reine. Que des sentiments brutes et taillés dans la pierre, sans appel ni demi-mesure.

La craintive et réservée Natasha a toujours répété les mêmes mots en les entendant. Des mots vides de sens, des mots pour apaiser, pour calmer le jeu comme on dit.
"Compris." "Je m'en souviendrai." "Bien sur, je suis d'accord."

En vérité, elle n'en pense pas grand chose. Du moins, jusqu'à ce soir, elle n'en pensait pas grand chose.
Sasha était la Reine, souveraine de son peuple déprécié face au Roi des Nobles. Elle était la Reine et au même titre que pour le Roi, miss-tresse en était parfois venue à douter de son existence, la considérant comme une ombre déplaçant ses pions sans jamais dévoiler son visage.
La face cachée de la Lune, celle que personne ne voyait jamais, du temps où le ciel replaçait le plafond de pierre au-dessus de leurs têtes.

Et puis la voici face à elle, dépourvue et hésitante, perdant le peu d'assurance qu'elle s'était forgé devant ses gestes surs et nets, sous ses paroles douces et apaisantes, étranges dans le contexte.
La naïve libellule ne cherche même pas à se débattre, percutant la toile de l'Araignée albinos sans même s'en rendre compte, s'endormant sous ses paroles pareilles à un poison et qui endorment sa méfiance.

- Merci, ... Sasha.

Toujours avare de mots, peut-être aussi intimidée cette fois. Touchée au cœur par cette promesse de famille à laquelle rien ne la préparait.
Elle détaille la dame blanche, sa laideur hypnotique, sa beauté brutale et hurlante.
Difficile de reconnecter avec le présent et pourtant elle l'y force, tourbillonnant pour attraper un bâton de combat. Quelques mouvements précis et elle le tend à la poupée-crasse, qui s'empresse d'ôter sa trop grande et encombrante parka avant de l'agripper d'une main plus ferme qu'il n'y paraîtrait.

Elle fait un pas en arrière, l'arme serrée entre les doigts, le corps fin tendu par avance, presque trop crispé par l'inquiétude. Le bras tendu, elle soupèse le bâton usé, le balance machinalement pour le comprendre et l'apprendre, acquiesçant aux mots de la Cheffe.

- Compris. Je.. ne me suis jamais battu au bâton. Je préfère... mes poings.
Je vais essayer.


Pourquoi ce désir de ne pas la décevoir ? Un instant, sans s'en apercevoir, elle oublie son but, elle oublie qu'elle veut retrouver la trace de ses parents, qu'elle n'est pas là que par conviction mais aussi par intérêt.
Elle n'est plus que l'élève de Dame Lune, levant un regard vers elle, avant de hocher doucement la tête.

- Prête.

Mise en position, un pied en arrière pour s'équilibrer et le bâton s'élève avant de s'abattre sur le bras cybernétique une première fois. Le coup n'est pas extraordinaire, mais il touche, vite et bien, assez pour ralentir sinon arrêter un adversaire.
C'est l'instinct de survie qui s'exprime au travers de ses coups, L'instinct plutôt que la technique, assez pour se défendre, trop peu pour attaquer.

Quelques coups s'enchaînent, de la même manière qu'elle s'entraînait contre ce foutu sac de sable dans son enfance.
Enfin, elle recule, reprend sa place sagement, attendant le verdict sans grande conviction, les yeux fixés sur le bâton.



-Merci à Nero pour l'avatar et au Doc' pour la signature !!-
~Fiche / T.E.L. / Relations~



Dernière édition par Natasha Alinovitch le Lun 14 Juil - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rebelle



Sacha ##### - NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer
Message Sujet: Re: NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer    Mar 27 Mai - 19:16

Oh dame, si vous saviez...
Si vous saviez quelle vengeance a commencé.

« Tu engages. »

La réalité est qu'elle a déjà engagé. Dans sa tête, tout est déjà prêt, fait, commencé. Tout a déjà été entamé. Sa vengeance, douce symphonie de gémissements et de cris, est maintenant à la fois si proche et si lointaine. Parce que l'Enfant de la Lune est le plus impatient des enfants. Et le plus impatient des enfants est aussi le plus capricieux.

Oh dame, si vous saviez...
Si vous saviez quel enfant elle fait.

Une seule cigarette.

Une seule cigarette fume dans l'air, une unique, simple, solitaire lueur qui virevolte dans l'espace. Les vapeurs l'accompagnent, suivant chacun de ses mouvements, s'enroulant comme un voile dans sa chevelure grasse qui vole au vent de ses agissements. La lumière suit, au coin de la bouche, crépitant parfois lorsque la Dame de Fer reprend une bouffée toxique, comme un météore, comme une étoile.

Des mouvements agiles, résultant d'heures d'entraînement intensif, de rééducation en surface pour pouvoir se défendre et attaquer, au minimum. Rien d'extraordinaire. Rien d'original. Rien qui n'attire l'oeil. Rien qui ne convient à Sacha et elle le sait déjà bien. Une vitesse molle pour une prothèse, une force trop humaine pour un cyborg. Les autres pourraient se moquer d'elle.

Et rien qu'à l'idée, elle recommence. Reprend. S'y remet. Plus fort, encore, toujours, plus vite, plus habilement, plus agilement, plus agressive, encore, encore, encore, toujours. Elle enchaîne les tours, les temps, crée des notes sur la partition, plus de bruit dans l'Arène. Le fer qui croise le fer, les iris qui croisent les iris, les mains qui s'emmêlent, les pieds qui se ramènent. Elle mène la danse. Elle mène l'orchestre. Elle est la leader qui dirigent les leaders. Sacha. Arrête-toi.

Elle est une furie qui danse, valse sur le terrain, revivant chaque combat, revivant chaque fuite, défaite, réussite. Elle est la flamme de son briquet qui tente d'embraser l'Arène, elle est celle qui brille d'une peau qui pourtant ne se teint pas. Elle est une vie folle qui tente d'atteindre chaque objectif de chaque autre être, de voler la vedette, de vivre le maximum de choses jusqu'à imploser d'avoir trop vécu. Elle est le feu qui brûle sa clope, qui la consume et l'épuise, jusqu'à qu'il ne reste plus que des cendres.

Oh, Sacha. Es-tu vraiment comme ça ?

Et elle l'agrippe. Bâton de mort, de combat, de défense pour Natasha. Le seul bouclier que Dame Tresse se trouve obligée de lever pour empêcher d'être consumée. Le sourire mesquin reprend place sur son visage des plus malsains, des plus provocateurs - provocatrice, pour sûr, oui, elle l'est. Horriblement charismatique. Effrayante dans son attirance. Celle d'un serpent qui susurre à sa demoiselle des centaines d'obscénités sur un fruit à croquer.

Mais elle rompt le contact du fer. Elle se redresse.

La cigarette s'est consumée.

« Si tu dois fuir, ta technique est bonne. Mais ce n'est pas ce à quoi je suis censée t'entraîner. » Un sourire s'étire, plus doux, calme. Elle attend. « Tu devrais prendre le bâton de cette façon... » Sa main de chair glisse sur les siennes, les sépare, les étire, les écarte. Une tendresse infinie dans ses gestes. Une horreur sans limite dans sa tête. Elle attend. « Ainsi, tu pourras les assommer. Ou t'en débarrasser, s'ils sont encombrants. Un coup dans la nuque et ils tombent. » Ses mots coulent comme le flot d'un fleuve calme, rassurant, gentillet. Une tristesse transparaît lorsqu'elle parle de mort. Un masque pour cacher la garce qu'elle est. Elle attend. « Et si tu sais bien te battre... alors, peut-être que tu pourras m'aider à coincer un garde. » C'est le bon moment.

« Un garde qui a participé à la Purge. »


٭ FICHE
٭ RELATIONS
٭ T.E.L

٭ and she walks
٭ (c) .1019

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 181
Date d'inscription : 18/05/2014
Fiche : Par ici !



Infos
Points de vie:
0/10  (0/10)

Natasha Alinovitch - NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer
Message Sujet: Re: NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer    Jeu 29 Mai - 16:08

*Très léger flashback*

-Prête.
-Tu engages.

Oui, enfin.. Prête. Faut le dire vite. Le corps se tend vers l'avant et le bâton s'abat, maladroit, dans un bruit de métal contre métal. La Dame de Lune pare, se replace, et Natasha tente un second coup, à peine plus sec et assuré.
Quelques passes encore et elle commence à en comprendre le maniement, même si l'intention manque toujours. Difficile de savoir si elle craint de faire du mal à Sasha -même si elle doute d'en être capable-, ou si elle est simplement incapable de frapper pour Attaquer et non se défendre.
Peut-être même un peu des deux, qui sait.

Petit à petit, la cheffe s'active, répondant aux coups hésitants de son élève. Elle tournoie, frappe le bâton qui vibre entre les mains crispées de la blonde, entre dans une transe mortelle et hypnotique.
Miss-tresse peine de plus en plus à lui répondre, effectuant quelques mouvements vite interceptés et contrés sans le moindre mal par Sasha.
Lentement, elle se replie, suivant les gestes habiles et rapides de la Dame Blanche de son mieux pour les parer, le bâton vibrant sous les chocs consécutifs entre ses mains fines d'adolescente.

Elle recule, se recroqueville à demi avec une grimace quand son épaule se rappelle à elle dans une douleur aiguë. Elle se mord la lèvre, se souvenant de cette bagarre quelques semaines auparavant. Un mauvais coup dans l'articulation, passé quasi-inaperçu sous l'afflux d'adrénaline mais qui l'avait emmerdé un bon moment par la suite. Et voilà que ça se réveillait, pile au mauvais moment, bien entendu.

La poupée-crasse tient le choc pourtant, encaisse comme elle a toujours encaissé, les dents serrées pour ne pas décevoir celle qui accepte de l'accueillir dans sa famille.
Soudain le bâton s'arrête dans la main de Dame Lune, dans un nouvel élancement douloureux de son épaule.
Elle reprend sa place, le souffle court, les muscles encore crispés. Son esprit en alerte sous le coup de l'adrénaline est pourtant déjà tout concentré sur les conseils de la Cheffe Rebelle. Écarter les mains pour avoir plus de force en frappant.
Un acquiescement pour indiquer qu'elle a compris, remontant les yeux vers l'autre visage blafard.

-... Un garde qui a participé à la Purge.

Coup de massue entre les deux yeux, Natasha s'immobilise, respiration coupée en pleine inspiration. La Purge ? Sa Purge ?
Son trouble est clairement lisible sur son visage, qu'elle ne tente d'ailleurs même pas de dissimuler, trop occupée à essayer de respirer à nouveau. Une rapide quinte de toux fait l'affaire, qu'elle étouffe dans sa mitaine trouée avant tourner ses grands yeux un peu interloqués vers Sasha.

- La semaine silencieuse..? Mes parents... ont été tués pendant la Purge. Je crois.

Pas une seule seconde, il lui vient à l'esprit que Sasha le sait déjà. Pas une fraction de seconde même, elle ne s'imagine qu'elle puisse le lui dire sciemment et tenter de la manipuler. Pourquoi le ferait-elle ? Elle n'est rien ni personne.
Un visage anonyme qu'on oubliera. Pas de personnage important. Pas quelqu'un d'influent. Natasha.

- On... On reprend, d'accord ? Je veux y arriver.

Elle se remet en garde, lâchant un glapissement en sentant son épaule la lancer à nouveau lorsqu'elle lève le bras. Elle le laisse retomber mollement, le bâton toujours entre les doigts, et porte la main opposée pour se masser l'articulation douloureuse.

- Une seconde. ça va passer...

... Peut-être.

- Comment tu sais qu'il... y a participé ?



-Merci à Nero pour l'avatar et au Doc' pour la signature !!-
~Fiche / T.E.L. / Relations~



Dernière édition par Natasha Alinovitch le Lun 14 Juil - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rebelle



Sacha ##### - NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer
Message Sujet: Re: NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer    Lun 16 Juin - 6:03

Oh dame, si vous saviez...
Si vous saviez quelle garce elle fait.

C'est le bon moment.

Fleur d'Argent boit à ses yeux bleus. Elle boit la réaction de son aveu. Elle boit ce qui transpire de son jeu. Elle boit jusqu'à qu'il n'y ait plus rien ; elle consume ce qu'elle a sous les mains comme un grand feu. Elle en redemande, toujours, de nouveau, encore plus. Elle s'installe comme un hôte que l'on n'a pas invité, dépose et prend racines sur le visage de sa poupée.

Et elle boit.

La peur de souvenirs passés, oubliés, enterrés. La tristesse de pertes inconnues, qu'elle n'a pas connu, qu'elle ne veut pas connaître. La curiosité malsaine, morbide, qu'elle provoque. Et elle boit, tout ça. Et elle boit l'innocence de la petite Natasha. Et elle boit jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien, encore une fois.

Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de Natasha.

Et elle boit.

Elle boit à ses lèvres, ses mots, pendue à sa lippe, les avalant un-à-un, les répétant tout bas. Elle se remémore, se délecte de la sensation d'hésitation, de l'ébranlement de la belle. Elle revit à travers chacune des fissures du masque de la poupée de porcelaine. Elle les remplit une-à-une de chacun de ses rires, de chacun de ses sourires.

Malsaine petite Fleur d'Argent,
Qui pourtant, jamais ne ment.


Et pourtant...

Elle reste levée, comme un roseau, ne se brise jamais. Seuls ses traits se tirent comme pour pleurer, dont les hostilités ne semblent pas avoir retiré toute la sensibilité. Comme si la mort lui importait encore. Comme si.

« Oh... » Si vous la connaissiez dame, si seulement vous la connaissiez, vous sauriez. « Je suis désolée... » Elle ne s'abaisse que pour mieux se redresser, frôle à peine le visage de la Poupée de Crasse. « Tu sais... mes parents aussi sont partis dans la Purge. Dis-toi qu'au moins, ils n'ont plus à subir tout cela. »

Une seconde.

Une seconde suffit pour que ses pupilles se vident. Son regard devient vitreux comme ceux des cadavres qu'elle a allongé. Son esprit s'éloigne au plus loin pour en revenir, plus violent encore, plus désireux de vengeance. Une seconde suffit pour qu'elle ait, à peine, une de ces véritables envie de pleurer.

Hey, Sacha ? Depuis combien de temps n'as-tu plus versé de larmes ?

« Mais nous sommes une famille, tous ensembles, toutes deux. Les Orphelins de la Purge... Nous pouvons les venger, nous venger, à présent. »

Et comme le roseau, Fleur d'Argent se redresse. Son ombre s'étend, vicieuse, dévorant Dame Tresse de toute son ampleur, de toute son ardeur. Elle est compacte sur Poupée de Crasse ; elle est bien noire et elle ne sert de purgatoire que pour mieux lui rappeler ce qu'elle est: faîtes de vices, les orphelines ; la vengeance dans les iris, les gamines.

« Tu enga- »

Et, au plus vite, elle est déjà à genoux face à la Dame Tresse.

« Ça va ? » L'habitude qui transparaît de ses mots semble aussi crédible que quotidienne. Fausse question conne qu'elle pose sans attendre de réponse, car elle n'est là que pour parfaire son jeu. « Qu'est-ce que tu as, à l'épaule ? » Elle y appose la main comme une marionnettiste, agite doucement les doigts sous les fils qui s'enroulent à son squelette de fer. « Évitons l'entraînement pour le moment, Natasha. Cela pourrait aggraver la chose et je préfère ne pas te voir blessée. » Et sa paume maintenant relevée, comme signe de son innocence, se retrouve bien emmêlée par ses filets.

L'Enfant de la Lune ne fait qu'un tour, juste assez pour faire face à la rue, vide, effrayante. Remplie de cette même solitude que celle du début de sa nuit, celle qui la guette dans les recoins à chaque heure de chaque jour, car elle sait, Elle, Solitude, que Sacha est toujours seule et qu'elle le sera toujours.

Et pourtant, elle fait comme si.

« Viens... » Comme le murmure d'une sirène, un ordre qui s'insinue dans l'esprit et le rend plaisant à l'écoute. « Allons nous asseoir... juste le temps que je puisse t'expliquer. » Contre le baril, tel un garde de nuit, où elle s'assoit, elle tend presque les bras à la belle, ses yeux de feu et de glace ne se relevant sur son visage que pour appuyer ses ordres qui se veulent doux dans le ton, mais fermes dans le fond.

« Il avait seize ans. » La cruauté sans limite qu'elle invente à travers les traits fermes d'un homme qui se voulait trop parfait. « Pistonné, il est rapidement monté en grades et a participé à la Purge. » Les amitiés qu'elle invente à travers les cicatrices d'un homme avec qui le social n'a jamais fonctionné. « Il a toujours été un homme de bonne famille, apprécié, à qui la vie n'a jamais fait de tort. » Les bonnes nouvelles qu'elle invente à travers les cernes d'un homme que la vie a trop accablé. « Cet homme... sans connaître nos vies... sans se poser de question... a pris les nôtres. Et, même après tant de douleur, il a voulu me prendre, moi. » La réalité qu'elle ajoute à travers un mensonge qui dénonce trop de vérités.

Ah, si vous saviez, dame !
Si vous saviez seulement à quel point tout ce qu'elle dit est vrai.

Car Fleur d'Argent
Jamais ne ment.


٭ FICHE
٭ RELATIONS
٭ T.E.L

٭ and she walks
٭ (c) .1019

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 181
Date d'inscription : 18/05/2014
Fiche : Par ici !



Infos
Points de vie:
0/10  (0/10)

Natasha Alinovitch - NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer
Message Sujet: Re: NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer    Mar 15 Juil - 23:46

Où est-elle réellement, la douleur de la gamine aux cheveux tressés ? Dans son épaule, là où elle masse instinctivement, ou dans son esprit, là où les mots de Sasha s'acharnent en travaux d'aménagement imprévus, à grands coups de marteau-piqueur psychiques ?

D'où vient-elle, la larme qui coule sur sa joue ? Celle qu'elle donne en offrande à Face de Lune, la terrible, la menteuse, la manipulatrice, celle qui en une seconde se trouve devant elle avec sa mine inquiète.
Celle à qui Nat' ne peut s'empêcher d'offrir également un léger sourire, pour la rassurer.
Celle à laquelle elle veut plaire à tout prix, oubliant ses idées de vengeance et d'enquête, simplement pour lui offrir ce foutu sourire. Simplement pour la rassurer et se faire apprivoiser par la Trop blanche pour être honnête.

- Je me suis un peu.. battue. Avec un vieux con qui voulait me piquer mon coin de fouille, à la décharge. Un mauvais coup à l'épaule, rien de... grave. Je crois.

Elle frémit au contact étrange de la Dame Blanche, bref, comme une décharge électrique malgré la douceur du geste.
Une drôle de tension que voilà, qui la fige un instant. Est-ce bien, est-ce mal ? C'est en tout cas étrange, ça secoue, ça lui vide le regard un instant, avant qu'elle ne se reprenne.

A l'injonction de Sasha, la miss-tresse se redresse, l'entendant comme une invitation plus que comme un ordre, auquel elle obéit pourtant docilement.
Un pas, deux pas, ses genoux se plient, l'un moins bien que l'autre, pour qu'elle s'adosse au bidon, les yeux rivés sur la chef.

C'est tellement... tellement. Trop. La voilà à peine enrôlée dans les rebelles qu'elle se trouve face à leur Grande Dame, maladroite comme l'enfant qu'elle devrait encore être, à entendre parler de ses parents fauchés par la Semaine Silencieuse.
C'est tellement trop, et pourtant, tout vient tellement naturellement. Le paquet est tellement bien ficelé qu'elle ne voit rien d'autre que ce que Dame-Lune veut bien lui montrer.

Et elle écoute.
Il avait seize ans. Elle en avait neuf. Neuf ans quand sa vie a basculé...
Il a été pistonné. Elle a été délaissée, mise au rebut comme les objets qu'elle récolte pour survivre.
Il était apprécié. Elle n'avait pas d'amis. Pas... de famille ?

Il avait été de ceux qui avaient tué ses parents... Ou les avaient enlevé. Elle ne savait pas, ne savait plus. N'avait jamais su.

Elle inspire longuement, le souffle difficile, et laisse passer quelques secondes à se masser l'épaule en reprenant d'une voix basse et fluette :

-Il a voulu... Te prendre ? Parce que tu es à la tête de la rébellion ? Tu crois qu'on pourra se... se venger ?

Il pourrait savoir. Il pourrait avoir des infos. Il pourrait éclairer toute son enfance et apaiser le reste de sa vie. ça fait un peu grandiloquent, même si elle ne fait que le penser.
De son bras "valide", elle remonte ses lunettes, toujours perdue dans ses idées confuses, et s'accroche machinalement à la main de la Dame toute proche.

- On est réellement une famille, dis..?



-Merci à Nero pour l'avatar et au Doc' pour la signature !!-
~Fiche / T.E.L. / Relations~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé - NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer
Message Sujet: Re: NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer    


Revenir en haut Aller en bas
 

NATASHA×SACHA ٭ entre ciel et fer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Thalassa : la Polynésie française.
» Petits suicides entre amis. Arto Paasolina.
» Quel est le point commun entre Neil Young et Rod Stewart?
» [Événement] Le Noël du forum 2010 - soirées entre membre pour Noël !
» Albert Raisner... Une étoile de plus dans le ciel...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-