AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Now, Kiss!    Ven 23 Mai - 14:54



 



Ereinté, fatigué par cette journée de consultation inutile et agaçante. A écouter se plaindre madame Linceul et autres gardes enrhumés. Pourquoi n’y avait-il pas d’action depuis tant de temps dans cette garde civile ? Heureusement qu’il y avait sa femme pour l’éloigner un peu de cet ennui quotidien qui lui rongeait l’os et lui minait la face. Car il n’y avait pas d’autres mots : Les traits tirés par la fatigue, les cheveux légèrement ébouriffés à force d’y passer la main –la faute au mal de crâne- et le costume imperceptiblement de travers en disait long sur l’état du médecin. Il passa devant une vitrine et observa son visage et sa tenue avant de souffler de dépit puis de poser son attaché-case au sol pour arranger ce qu’il appelait être "débraillé". Mais ce soir il ne rentrait pas à la maison. Enfin pas tout de suite. Ce soir il allait au restaurant en tête à tête avec sa chère et presque tendre femme. Les enfants étaient soit chez des amis, soit étaient capables de se garder pour la soirée afin qu’ils puissent rester tranquille tous les deux.

Et c’est donc dans cette optique que Ludwig se dirigea vers le centre-ville afin de passer une agréable soirée. Les talons de ses chaussures sombres frappaient au sol tout aussi ténébreux alors que son pantalon violet chutait élégamment sur ses chevilles couvertes par des chaussettes noires et les cachaient donc. Ludwig avait le sens des détails, depuis toujours. Il avait toujours su faire attention à la chose la plus insignifiante de son code vestimentaire si strict. Méthodique, pour ne pas dire méticuleux dans son travail jusque dans sa vie privée. Il arriva enfin au restaurant ou il put voir son élégante femme l’attendre. Pas de sourire, pas de retrouvailles chaleureuses ni d’étreintes éternelles. Simplement les vastes mains du docteur qui passait autour des épaules de sa femme et un baiser sur son front. « Bonsoir ma douce. » Puis il s’effaça en montrant la porte de la main. « Après toi… »


 


 
Codage par Narja pour Never Utopia



Dernière édition par Ludwig Hammerstein le Jeu 12 Juin - 1:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 11
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : Plusieurs morceaux de tissus

Katarine Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Dim 1 Juin - 23:26


Elle attendait, là, devant le restaurant. Ses mains jointes devant sa jupe, elle tenait fermement son sac à main, droite, son regard bleu se portant dans la direction vers laquelle était supposée arriver son époux. Elle portait une tenue sobre mais surtout, sombre. Un tailleur bine coupé et élégant, digne de sa personnalité froide et professionnelle. Pas comme son fils qui s’habillait n’importe comment depuis quelques années. Il fallait dire qu’elle s’inquiétait davantage de ces guenilles que de la situation de leurs enfants ce soir. Ils étaient grands, ils étaient indépendants et, depuis bien longtemps déjà, Ludwig et elle les avait poussé bien loin du nid. Ils n’étaient pas des parents très communicatifs, même s’ils n’étaient pas dépourvus d’amour à l’égard de leurs progénitures.

Elle inclina légèrement la tête, quelques boucles blondes vinrent glisser sur ses épaules alors que les lèvres de son cher et tendre venaient se poser contre son front. Katarine esquissa un petit sourire, un plissement de bouche indétectable par l’extraverti moyen. Heureusement, l’extraverti moyen ne l’intéressait pas, il n’y avait que Ludwig et elle. Lui savait qu’il n’y avait pas besoin d’une pelleté de mots et de grandes expressions faciales pour être heureux.

« Bonsoir, Ludwig. »

Katarine s’écarta et alla pousser la porte pour entrer. À l’homme qui les servit, elle lui murmura le nom de Hammerstein et il s’empressa de les amener à une table vers le fond du restaurant, une petite table encerclée de deux chaises. Elle s’assied et acquiesça lorsque le serveur leur proposa un verre d’eau et leur tendit des menus. De ses longs doigts fins, elle écarta les pages de celui-ci et y baissa les yeux pour regarder ce qui se présentait à eux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Lun 2 Juin - 0:00



 


Ludwig observa sa femme. Il l’observait avec ces yeux qui pour tout un chacun semblaient empreint d’une froideur incroyable mais pour elle… Ah pour elle, elle savait qu’ils contenaient de l’amour. De l’amour et du désir. Peu habitué aux grands élans lacrymatoires, leurs vingt-deux années de mariage avait laissé derrière eux une trace indélébile dans leur âme. Une trace qui facilitait leur compréhension. Et alors qu’il observait avec la discrétion du trente-cinq tonnes la démarche chaloupée de sa délicieuse épouse, alors qu’il suivait le serveur afin de gagner leur table, Ludwig se souvint de quelques souvenirs de mariage qu’on évoque peu ou pas en société.

De ses mains pâles, il attrapa la carte avec un signe de tête amplement suffisant pour un remerciement avant de se mettre à la lire avec intérêt. « Comment s’est passé ta journée,  Katarine ? Ce fameux chantier s’annonce difficile, il me semble. » Une conversation lambda, sans un regard ni un mot plus haut que l’autre. Un haussement de sourcil discret qui, pourtant, dénota un intérêt véritable pour l’affaire dont l’avait entretenu sa femme quelques jours plus tôt. Il continua de lire, passant son doigt sur le menu plastifié avec une concentration de tous les diables. Puis sans consulter sa femme, il leva simplement la main lors du passage d’un serveur. « Nous allons prendre le rôti de porc nappé d’une sauce framboise et de champignons. » Puis il posa la carte sur le rebord de la table, très précisément sur le rebord, avant de lever la tête vers sa femme. « Autre chose ? Du vin peut-être ?

 


 
Codage par Narja pour Never Utopia



Dernière édition par Dr. Ludwig Hammerstein le Ven 6 Juin - 4:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 11
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : Plusieurs morceaux de tissus

Katarine Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Mar 3 Juin - 5:46


Un semblant de conversation.  Autant lui qu’elle parlait peu voire n’aimait pas s’étendre sur des mots quelconque, vides de sens.  Mais il fallait bien communiquer, il fallait parler.  Briser le silence, échanger.  Ludwig malencontreusement lié par le secret médical, c’était à elle de parler de son travail, de ses soucis.

« La journée s’est bien passée.  Difficile mais pas impossible.  Un stagiaire qui avait rempli une commande de travers, le problème sera vite réglé. »

Clair, net et concis.  Contrairement à leur relation qui se prolongeait, à leurs enfants qui ne cessaient de pousser.  Le regard, yeux dans les yeux, comme s’ils voyaient jusque dans le fond de l’âme, que s’échangeaient Ludwig et Katarine.  Puis elle laissa à son époux le soin de commander pour deux.  En vingt cinq ans de fréquentation, ils connaissaient par cœur leurs gouts, surtout en matière de nourriture.  Ses yeux bleus se levèrent pour se poser sur le serveur.  

« Du vin rouge, je vous prie. »

Ses paupières battirent une fois et, après avoir griffonné quelques notes sur son calepin, le jeune serveur s’enfuit en cuisine.  Katarine posa sur la table ses mains blanches, attrapant au passage une serviette de table dont elle tritura le coin, distraite.  

« Garance voulait nous accompagner. »

Garance, petite Garance, petite tête blonde aux grands yeux foncés.  Son ton, neutre, sonnait comme le début d’une conversation.  Katarine était à mille lieues d’éprouver un sentiment de culpabilité vis-à-vis de son enfant laissée au foyer familial avec ses frères.  Elle reposa, en aplat, la serviette de table qu’elle tenta, regardant son époux dans les yeux, de défroisser maintenant qu’elle l’avait pliée aléatoirement.  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Mar 3 Juin - 13:59



 


Du bruit. Le restaurant était plein de bruits. Des bruits de couverts, de verres et de dialogues tous plus inutiles les uns que les autres. Ludwig avait du mal à comprendre cet entrain à parler de choses inutiles. User sa salive pour raconter comment, dans un sursaut, monsieur tout-le-monde s’était réveillé à cause des éboueurs ce matin. Ou encore avec quelle hargne les enfants se sont mis à plusieurs pour réclamer une boite de céréales bon marché lors des courses hebdomadaires. Que de mystère aux yeux du médecin, dépassé par ses semblables. Face à lui pourtant, une personne qui lui ressemblait. Sa femme lui avait répondu avec précision, sans aller au-delà de l’essentiel. C’était toujours aussi rafraichissant, aussi agréable, malgré leurs vingt-cinq années de fréquentation. Leurs commandes passée –du vin rouge, grande idée- le serveur s’éloigna à grandes enjambées.

« Garance voulait nous accompagner. » Ludwig eut un frémissement de lèvres. Un sourire en somme. « Brave petite. Elle comprendra en grandissant. » Et il craignait qu’elle le comprenne plus tard. Elle était sa seule fille, de par le fait il s’en occupait avec bien plus de soin qu’il ne faisait attention à William dont les hobbies le dépassaient au moins autant que cette propension aux emportements dont il semblait si fier. Non, sa petite Garance, il la maniait avec attention et délicatesse comme on porte une tasse de thé bien remplie pour ne pas en renverser. Lorsqu’elle serait assez grande pour ramener –mon dieu- un garçon à la maison, le pauvre docteur en serait réduit à l’accueillir avec politesse sans avoir à rechigner. Il en serait incapable, cela allait sans dire. Il préféra changer de sujet, afin de cesser d’y penser. « Ce restaurant est une bonne idée. Avec les enfants et nos emplois, nous ne nous voyons pas assez en tête-à-tête. »

 


 
Codage par Narja pour Never Utopia



Dernière édition par Ludwig Hammerstein le Jeu 5 Juin - 10:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 11
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : Plusieurs morceaux de tissus

Katarine Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Jeu 5 Juin - 5:08


Ce fut ce qu’avait dit Katarine à Garance ; qu’elle comprendrait en grandissant. L’enfant, cependant, n’était pas l’être le plus patient et conciliant de la maison. Elle voulait comrpendre tout de suite mais, malheureusement, elle n’eut le droit qu’à des explications compliquées que son jeune esprit ne put tout à fait comprendre. Ludwig devenait un autre homme, avec elle. Il se montrait plus… exubérant, plus souriant. Adorable à regarder.

Il souleva un point juste. Leurs fréquentations en tête à tête avaient diminuées. Trois enfants demandant leur couraient sans cesse dans les pattes, hurlant et renversant tout sur leur passage. Oh, rien d’insupportable ni d’insurmontable. Rien qui n’entache l’amour que Katarine leur portait, malgré son manque flagrant de geste maternel à leur égard. Les journées étaient longues au travail et les soirées, bien remplies également.

« En effet. »

Le serveur revint, plateau tendu dans les airs sur sa main et posa devant le couple une coupe chacun, puis la longue bouteille de vin. Il s’apprêta à annoncer que leur commande se préparait en cuisine mais, remarquant l’échange visuel dans lequel s’étaient lancés ses clients, il préféra demeurer muet et continuer son travail. Bonne idée.

La main de Katarine glissa sur la table, la traversant pour s’approcher de celle de son époux. Ses longs doigts pâles s’arrêtèrent lorsque ses ongles vinrent effleurer la peau de Ludwig, discrets. S’ils n’avaient pas pour habitude de montrer leur affection l’un pour l’autre en public –et même en privé, alors que les enfants vagabondaient autour d’eux, quelques millimètres de peau entrées en contact n’avait jamais tué personne. Encore moins Ludwig.

« Crois-tu que nous devrions remédier à la situation ? J’ai entendu dire qu’une nouvelle pâtisserie allait bientôt ouvrir. »

Et Katarine était rarement contre une pâtisserie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Jeu 5 Juin - 10:29



 


De sa main gauche, Ludwig servit une lichette de vin à sa femme afin qu’elle puisse gouter elle-même au breuvage qu’elle avait réclamé quelques instants plus tôt et que le serveur leur avait… servit. Durant le processus, il sentit les ongles fin et doux de sa bien-aimée effleurer ses propres doigts de la main droite. Il eut un frémissement de lèvres, qui s’étira presque en un sourire discret. Le contact de sa femme le mettait toujours en joie. Il se servit lui-même, après que sa femme lui eut dit que le vin était correct, afin de s’en assurer par ses propres papilles. Son regard se plongea dans celui de sa femme alors qu’elle lui parlait, la couvant de ses pupilles trop froides pour les pensées chaleureuses qui l’occupaient.

« Crois-tu que nous devrions remédier à la situation ? J’ai entendu dire qu’une nouvelle pâtisserie allait bientôt ouvrir. » Il eut un sourire, bien plus prononcé que d’ordinaire. « Voilà une bonne idée. Peut-être pourrions-nous même nous promener par la suite. » Il observa les iris marqués de bleu de sa tendre épouse avec une attention toute particulière. Il connaissait le péché mignon de sa belle blonde et savait, de par le fait, qu’elle ne proposait pas cela au hasard. Elle devait être très heureuse que son mari lui offre ainsi une occasion de se régaler d’une douce pâtisserie.

Bientôt on leurs servit leurs plats, dans un silence qui n’avait rien à envier à des prières silencieuses. Le serveur –qui était le même depuis le début, comme s’il avait été assigné à cette table- repartit sans demander son reste, comme effrayer qu’il était par l’intensité des regards échangés entre les deux époux. « J’ai entendu parler d’une exposition au musée du centre-ville. Peut-être pourrions-nous aller voir ? Je doute que l’un des enfants le souhaite de toute manière. » Et par les enfants, il pensait surtout à William et son affreux skateboard.

 


 
Codage par Narja pour Never Utopia



Dernière édition par Ludwig Hammerstein le Jeu 12 Juin - 1:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 11
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : Plusieurs morceaux de tissus

Katarine Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Ven 6 Juin - 5:01


De sa main inoccupée elle vint attraper la coupe de vin et la porta lentement à ses lèvres, ses yeux toujours rivés sur son tendre époux.  Ils étaient de ces personnes qui n’aimaient pas parler, qui communiquaient par le simple regard.  Ce qu’ils avaient à se dire, leur journée de travail, leurs problèmes, leur amour, tout passait par leurs yeux bleus et bruns.  C’était une complicité qui durait et continuerait à durer.  À bien y penser, c’était très niais, mais ce n’était ni Katarine ni Ludwig qui l’admettraient, incapables de démontrer en public de l’affection l’un pour l’autre.  Et en privé… Il y avait des moments.  Lorsque l’homme acquiesça à son idée, son sourire s’élargit légèrement, enjouée.  

« Nous le pourrions, en effet.  Nous avons toute notre soirée devant nous. »

Puis elle retira sa main à l’arrivée du serveur.  Katarine attrapa habilement sa fourchette ainsi que son couteau et découpa doucement sa viande.  Ses yeux, un instant, dévièrent vers le serveur qui s’en alla aussi rapidement qu’il était arrivé.  Mal à l’aise, il avait l’impression de déranger le couple dans un moment très intense.  Elle porta, à ses lèvres, une bouchée de son repas qu’elle apprécia et reprit une gorgée de vin.  

« Nous prendrons donc le dessert à la pâtisserie et ensuite prendrons la route jusqu’au musée. »

Une question sous-entendue, grandement rhétorique.  Une affirmation, à tous les coups.  Ludwig ne refuserait pas.  Il ne l’aurait pas lancée sur cette voie, s’il ne l’avait pas désiré.  La suite du repas se fit dans le silence, les deux époux ne désirant pas gâcher leur nourriture dans de vaines paroles.  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Ven 6 Juin - 14:31



 


Ludwig acquiesça en silence. A quoi bon parler si la réponse est un accord que l'on peut exprimer en hochant la tête? Ainsi il se contenta d'un simple « Mh » qui resta en suspens. A quoi bon parler lorsqu'on se trouvait avec notre âme sœur, capable de comprendre jusqu'à nos battements de cils? Ainsi Ludwig découpa sa viande avec attention, prenant soin de bien prendre un peu de framboise avec chaque bouchée. Le silence s'installa avec tranquillité entre les deux époux qui ne s'en inquiétèrent pas le moins du monde. D'aucun aurait sans doute pensé qu'un malaise se serait immiscer entre eux durant le repas, mais vous aurez bien compris que ce n'était nullement le cas. Le repas était succulent et la viande extrêmement bien cuite, saignante donc.

Lorsqu'ils en eurent terminé, le docteur se leva avec souplesse afin d'appeler un serveur qui s'activa rapidement jusqu'à la caisse pour calculer l'addition. Tout cela dans un laps de temps assez court pour qu'il aide sa femme à mettre son manteau et sorte sa carte. Le prix lui importait peu, il ne fit donc pas attention aux chiffres sur la machine et composa simplement son code personnel avec rapidité et habitude.

Puis ils sortirent du restaurant qui commençait à peine à se remplir de manière que le médecin aurait sans doute appelé outrancière.  Il est vrai qu'il était finalement encore tôt. Ludwig se tourna calmement vers sa femme afin de lui dire d'une voix douce: « Je te suis, Katarine. » Ce qu'il fit sans attendre. Ils ne se tenaient pas la main, se contentant d'une proximité agréable leurs permettant de se froler de temps à autres. Personne n'aurait pu douter qu'ils étaient ensemble justement à cause de cette proximité, mais il était évident qu'ils n'étaient pas un couple ordinaire.


 


 
Codage par Narja pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 11
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : Plusieurs morceaux de tissus

Katarine Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Mer 11 Juin - 4:11


Un temps de qualité n’était pas nécessairement un temps passé à échanger des mots.  Katarine savoura lentement sa nourriture, sans se presser mais sans laisser celle-ci se refroidir.  Le repas fut délicieux, mais ses papilles sentaient qu’il manquait quelque chose.  La femme, en silence, se dit que Ludwig préparerait ce plat beaucoup mieux.  Oh !  Pas énormément mieux, juste… mieux.  La viande qui se glissait sous sa dent goutait l’impersonnel et le mécanique.  Il n’y avait aucun sentiment.  

Ceci achevé, elle se leva avec son époux et le laissa glisser sur ses épaules son manteau.  Ils avaient développés, depuis longtemps déjà, une synchronisation quasiment parfaite, chronométrée de manière aussi rigide que leur personnalité.  Ils quittèrent l’endroit et se regardèrent dans les yeux.  Katarine acquiesça et ouvrit donc la marche auprès du médecin.  Leurs pas étaient longs et rapides, ils ne perdaient pas de temps sur la route du point A au point B.  Un moment, la technicienne leva une main sur ses sourcils, se créant une visière de chair pour observer un certain brouhaha sur le trottoir adjacent.  Des jeunes, sans doute.  Des jeunes et cons.  

« Pour une fois, William ne s’y trouve pas. »

Elle se tourna ensuite vers Ludwig avec un mince sourire, rassurée de ne pas avoir son fils se bagarrer comme un enfant.  Il le faisait déjà suffisamment avec son jeune frère.  





Dernière édition par Katarine Hammerstein le Mar 15 Juil - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 05/06/2014
Fiche : Le digne fils à ses parents

William Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Jeu 12 Juin - 3:40



Le regard illuminé du jeune garçon balaya rapidement la foule à la recherche de deux personnes précises, soit ses deux parents antisociaux et renfermés. Avec un caractère complètement opposé, William a plutôt tendance à décrire ses parents de façon négative. De toute façon, ceux-ci le rendaient bien en faisant de même lorsqu’ils décrivaient leur enfant aîné. Il pouvait être difficile à croire qu’ils s’aimaient réellement.

Glissant sur sa planche à roulette, il tourna au coin d’un restaurant, le jeune adulte repéra à quelques pas à peine un groupe de jeunes en train de se distraire sans se rendre compte qu’ils faisaient suffisamment de bruit pour irriter les personnes non loin. Plissant les yeux pour mieux les détailler, il n’en reconnaissait aucun. N’étant pas d’humeur à les emmerder, il les contourna tout simplement lorsqu’il repéra les deux êtres qu’il recherchait. Ses lèvres s’étirèrent en un large sourire alors qu’il donna un autre coup de pied au sol pour les rattraper.

Il arriva suffisamment proche pour réaliser que sa mère venait de mentionner son nom, sans pour autant entendre la phrase complète. Il s’arrêta une fois rendu à leur hauteur, en passant un bras par-dessus les épaules de son très cher père.

-Alors, on parle de moi? En bien j’espère!

Replaçant nonchalamment son bonnet, il donna un coup sur le bord de sa planche, la faisant sauter tandis qu’il la rattrapait avec sa main, puis la passa sous son bras. William avait un peu ce sixième sens pour retrouver ses parents, où qu’ils soient.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Ven 27 Juin - 18:20



 


Instinctivement, Ludwig avait porté ses deux mains dans son dos dans une posture bien plus menaçante que celle qu’il arborait lorsqu’il se promenait avec sa femme. Sur le chemin du musée, le couple avait croisé une bande de jeunes gens apparemment occupés à trainer dans les rues en vociférant un large panel de mots plus obscènes les uns que les autres. Tout à fait le genre de William s’il en est, celui-ci ne semblait en effet pas s’y trouvé. Ce que sa femme s’empressa de lui faire remarquer avec une pointe d’ironie et de soulagement à peine dissimulé. Le visage fermé, Ludwig hocha la tête. Il vivait sans doute moins bien encore que Katarine le fait que son propre fils, l’ainé qui plus est, soit ce qu’on pourrait appeler un jeune délinquant. Tout du moins c’est ainsi que le père voyait les fréquentations de celui-ci. Il n’avait qu’entrevue une fois cette petite tête blonde nommé Maxime et ne s’en était pas remis. Ce garçon semblait être une foire à lui seul.

Mais le docteur n’eut pas l’occasion de se laisser s’abimer dans ses pensées moribonde qu’une voix un peu trop familière l’apostropha lui et sa femme. « Alors, on parle de moi? En bien j’espère! » Comme dans une scène de film, Ludwig lâcha un soupire avant de se retourner lentement les yeux fermés. Pour une fois qu’ils étaient seuls, pour une fois qu’ils avaient une soirée en tête à tête non perturbées par le travail de l’un ou de l’autre, pour une fois qu’ils étaient tranquilles et loin de la maison… « Qu’est-ce que tu fais là, fils ? » La question était sorti toute seule, avant même qu’il n’ouvre ses paupières pour plonger son regard un peu moins glacé qu’à l’accoutumé dans celui de son fils ainé.



 


 
Codage par Narja pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 11
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : Plusieurs morceaux de tissus

Katarine Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Mar 15 Juil - 16:45


On disait qu’un chien pouvait entendre la voix de son maitre dans la foule et qu’un enfant reconnaissait sa mère à son sourire.  William n’étant pas un chien et Katarine souriant rarement, on continuait de se demander comment l’ainé des Hammerstein arrivait à traquer ses parents.  Il suivait la piste de l’antisociabilité, peut être ?

La mère, froide mais rassurée, contempla distraitement les jeunes bruyants avant de s’écarter de son époux et laisser son fils l’agripper.  L’enfant, semblait-il, embêtait toujours plus son père qu’elle.  Sans doute parce qu’elle montrait davantage d’ouverture et d’affection ?  Aussi minime la différence fut-elle.  Ce que Ludwig, les paupières fermées, ne vit pas, c’est le sourire de Katarine en voyant sa réaction.  Oui, ils avaient besoin d’un peu de temps tous les deux, en privé, en tête à tête, seul à seul, mais de voir son fils dans son champ de vision avait quelque chose de rassurant.  Ainsi, elle savait pertinemment que s’il était devant elle, il n’était ailleurs à s’adonner à la délinquance, buvant et fumant tout ce qui lui passait sous la main.  

« Quelque chose s’est-il passé, William ?  Je t’ai laissé de quoi manger, il ne devrait pas y avoir de soucis. »

Qu’elle soupçonne le pire dès le début n’était pas un manque de confiance en son fils.  Ludwig et elle savaient que l’adolescent était autonome.  Lui et ces cadets.  Ils avaient été élevés ainsi, indépendants et laissés à eux-mêmes.  Alors si William venait à pointer le bout de son nez alors qu’ils avaient spécifiquement dit à leurs enfants qu’ils voulaient sortir seuls…  C’est qu’il y avait un truc.  Forcément.  




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 05/06/2014
Fiche : Le digne fils à ses parents

William Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Ven 18 Juil - 3:15



Soutenant le regard typiquement froid de son père, William lui répondit d'un large sourire qui dévoilant une ligne de dents blanches. Décidément, la relation père fils n'allait pas en s'améliorant. Néanmoins, il faut aussi souligner qu'elle n'empire pas pour autant. William a toujours eu un caractère complètement différent de ses parents, ce qui en résulte que certaines tensions sont parfois présentes. Encore là, ce jour-ci était une journée où ils étaient dans de bons termes, du moins pour l'instant.

Ce fut la voix de sa mère qui fini par le convaincre de répondre, mais seulement après avoir relâché son père et se passer une main sur la nuque, signe d'une certaine gêne. Venant de lui, c'en était presque étonnant. Le nombre de fois où William a été gêné, ou du moins a éprouvé un certaine embarras, se compte sur les doigts des mains.

-Disons que... j'ai un peu oublié mes clés dans la maison.

Il y avait de quoi être gêné pour quelqu'un d'aussi dépendant que notre cher William. Depuis qu'il est tout jeune il s'occupe de lui-même, et voilà qu'il oublie bêtement ses clés chez lui... Ses parents ayant été les derniers à sortir de la maison, ils avaient évidemment tout verrouillé.

-Je me suis dit que mes gentils parents pourraient peut-être me dépanner, et que par la même occasion je pourrais passer du bon temps avec vous.

Le jeune adulte savait pertinemment que ses parents désiraient être en tête à tête, mais il ne pouvait s'empêcher d'imaginer le type de souper au restaurant entre amoureux que ses parents pouvaient avoir... Ennuyant et même très ennuyant, il ne faisait aucun doute. Autant rajouter un petit amuse-gueule dans ce repas qui se nomme William.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Ven 18 Juil - 7:48



 


Le docteur amena lentement sa main droite jusqu'à son front, comme pour se masser les tempes en prévision d'un mal de tête infâme qui le prendrait de court. William n'était pas ce qu'on pourrait appeler l'indépendance même. A son age, vivre toujours à la maison était presque une honte pour ses deux parents -c'est tout du moins ce que pensait le docteur. Mais loin de lui l'idée de se sentir humilier par l'incapacité de son fils à trouver du travail, il était simplement inquiet. Ce qui ne se voyait pas au demeurant. L'inquiétude n'est pas quelque chose de facile à déceler chez le couple Hammerstein.

Cependant l'inquiétude n'était pas non plus la chose qui occupait l'esprit du médecin. Il n'aspirait qu'à une soirée sympathique et posée avec sa douce femme et rien d'autre et voilà que son propre fils jouait les troubles fête. Une soirée qui avait si bien commencé. Mais il tenait à faire plaisir à sa femme. Passant sa main dans ses cheveux, pour aller dans la continuité de son geste premier, il finit par fouiller dans ses poches pour en sortir une petite clef plate et blanche, à la forme d'un triangle allongé.

« Voilà les clefs. » Dit-il, le ton un peu pincé. Il se demandait si Katarine voudrait que William reste avec eux, il n'avait que peu de doutes là-dessus. Elle était une mère aimante certes, mais savait dire non à ses enfants. Le choix lui revenait de droit puisque c'était elle qui s'occupait le plus de leur progéniture. L'incapacité sociale du praticien le rendant imperméable à l'éducation de ses propres enfants.

 


 
Codage par Narja pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 11
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : Plusieurs morceaux de tissus

Katarine Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Ven 25 Juil - 13:56


Katarine observa attentivement l’échange de la clé. William pouvait bien perdre celle de son père, elle avait le double. Elle se demandait comment l’enfant pouvait être aussi extraverti et agité, alors qu’eux étaient complètement l’inverse, froids et distants même avec leur propre époux, leur propre moitié. Mais cette question, elle se la posait chaque jour où elle se réveillait et voyait William, en sous-vêtements, se trainant jusqu’à la salle à manger, au petit matin. Bien que cela l’intrigue, elle n’en était nullement gênée et se dit que ce type de comportement devait lui apporter un avantage certain dans sa vie.

« La prochaine fois peut-être, mais cette soirée nous aimerions la passer que ton père et moi. »

Et puis il trouverait ça diablement ennuyeux, comme soirée. Silencieuse, lente, des trucs de vieux quoi. Toutes mères auraient ensuite poser un baiser sur la joue de la chair de sa chair, pour le saluer et continuer sa route, mais Katarine garda ses habituelles distances. Si William désirait un signe d’affection, il viendrait le chercher et elle lui rendrait. L’inverse était rarement le cas. Et dire qu’elle était la plus affectueuse des deux parents.

Puis elle esquissa un mince sourire, joignant ses mains devant elle, patientant le temps que William retourne vers leur maison. Elle n’allait pas tourner le dos à son fils comme ça, bien que Ludwig, lui, serait capable de partir comme ça, sans mot ni considération.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 05/06/2014
Fiche : Le digne fils à ses parents

William Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Ven 1 Aoû - 17:21



Voyant les clés qui son père lui tendait, William les prit puis les glissèrent dans sa poche. Il ne bougea pas pour autant, bien décidé à passer un peu de temps avec ses parents comme il venait de l’affirmer. Par contre, ces derniers ne semblaient pas du même avis. Cela se confirma par la phrase que sa mère prononça par la suite. C’était bien eux, ça! Pour une fois que leur fils veut passer du temps avec ses parents, voilà qu’ils le rejettent. Le jeune adulte se passa la main sur la nuque en leur adressant un large sourire.

-Oh vous savez, moi je disais ça pour vous hein… Mais vous avez raison, il voudrait peut-être mieux que je rentre.

Je prononçai ces mots tout en faisait mine de me préparer à partir, soit en déposant ma planche à roulette sur le sol et posant un pied dessus.

-En plus j’avais promis à Laurent de lui montrer ce que ça fait de mettre son T.E.L. dans un micro-ondes. Je crois qu’il va adorer l’explosion de lumière. Oh et je vais aussi veiller sur Garance comme un grand frère le ferait. Je suis certain qu’elle va adorer passer un peu de temps dans le placard.

Il fallait l’avouer, la petite sœur et le petit frère de William était pour lui des souffres douleurs ou encore des divertissements. Vraiment, à quoi ils serviraient sinon? Autant leur donner une utilité, même si ses parents n’approuvent pas tout le temps… pour ne pas dire jamais. William se retourna comme pour partir mais, juste avant de quitter, se tourna vers ses parents avant de leur adresser une dernière question.

-Ah oui, vous préférez rose ou mauve…? C’est pour la teinture que je compte faire à Laurent! J'hésite entre les deux couleurs...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Noble


Messages : 218
Date d'inscription : 22/05/2014
Fiche : NE MORDS PAS LA MAIN

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Ludwig Hammerstein - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    Lun 1 Sep - 21:46



 


Le praticien observa son fils mettre ses clefs dans sa poche sans bouger. Un sourcil se redressa naturellement sur son front légèrement marqué par le temps alors que celui-ci ouvrit le bouche pour parler, encore. Déjà qu’il ne voyait pas l’utilité de parler à cet instant, il fut presque choqué par l’invraisemblable façon de son fils d’essayer de rester avec eux. Une provocation incroyable, pleine de menaces absolument pas voilées. La mâchoire de Ludwig se crispa légèrement alors qu’il observait la tête rousse engoncée dans son bonnet. Le petit impétueux n’était pas à sa première provocation, déclenchant dans l’esprit de son paternel une foule de questions sans réponses. « C’est bien mon fils ? » est la question qui les résument toutes d’ailleurs. Avoir autant l’esprit de contradiction et être aussi bavard ne venait sans le moindre doute pas du docteur ni de sa femme. Avait-il appris à agir de la sorte à l’école ? Sans aucun doute.

« Je ne négocie pas avec les terroristes. » Dit Ludwig, sans appel. Il était hors de question de vivre dans la crainte des bêtises de son enfant. La terreur froide du petit dictateur roux. Ces pensées lui tirèrent un semblant de sourire intérieur. Finalement, il n’y avait pas beaucoup de doute à avoir. William était bel et bien son fils.

Pour clore la discussion –de son côté tout du moins- il croisa les bras en observant son fils avec sévérité.


 


 
Codage par Narja pour Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé - Now, Kiss!
Message Sujet: Re: Now, Kiss!    


Revenir en haut Aller en bas
 

Now, Kiss!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Could I have this kiss forever
» Report [17/06/2008] KISS - Paris Bercy
» Les Enfoirés ...chantent...KISS !
» [Scan]Kiss me! magasine Italien
» Kiss, LE topic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-