AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Rebelle


Messages : 181
Date d'inscription : 18/05/2014
Fiche : Par ici !



Infos
Points de vie:
0/10  (0/10)

Natasha Alinovitch - N'y a-t-il que la vengeance ?
Message Sujet: N'y a-t-il que la vengeance ?     Dim 18 Mai - 19:59

«...»

MIROIR
Nue devant son miroir, elle se détaille longuement.

Sa longue silhouette se tend un peu, la silhouette de celle qui a grandit trop vite, fine, un peu maladroite, un peu dérangée et dérangeante. Une silhouette assez peu formée au final, celle d'une enfant devenue adulte malgré elle.

Elle frôle sa petite poitrine des doigts, son galbe tout juste dessiné, et descend sur ses côtes saillantes, visibles sous sa peau fine et intacte. Sa caresse circonspecte se poursuit sur son ventre creux, s'arrêtant pour tournicoter autour de son nombril, avant de se perdre sur l'os de sa hanche.

Son regard ne s'attarde pas sur son pubis, temple d'une sexualité qui lui est totalement inconnue, et glisse directement sur ses jambes fines et musclées, ignorant également sa paire de fesses tout juste rebondies.
Elle se fixe un instant la longue cicatrice qui lui traverse la cuisse, souvenir d'un coup de couteau, puis sur ses genoux griffés et abîmés par les entraînements, les fouilles dans la déchetterie, et quelques combats d'intimidation avec d'autres récupérateurs.

Ses mains aux ongles courts et rongés, couvertes de fines blessures elles aussi, viennent en fin de compte souligner les traits fins de son visage, qu'elle détaille presque avec curiosité, remontant la courbe de son cou, rehaussé d'un bijou qu'elle ne quitte jamais.

Certains disaient dans son enfance, qu'elle avait les yeux de sa mère.
De grands yeux bleus, de la couleur de l'océan, cette grande étendue d'eau des livres d'avant.
Ces deux puits clairs illuminent aujourd'hui un visage au teint pâle, au nez court et droit et aux lèvres sèches, rarement éclairées d'un sourire.

Lentement, elle attrape sa brosse, et entreprend de démêler ses longs cheveux blonds, les laissant tomber en cascade sur ses épaules avant de les attacher en une tresse serrée, bien plus pratique au quotidien.
Enfin, elle enfile ses vêtements, un pantalon étroit et un pull élimé, un paire de rangers griffées et usées.
Une veste trop large et à la haute capuche, une écharpe qui lui sert de cache-nez, et enfin, des mitaines de laine qui achèvent l'ensemble.

Un dernier coup d’œil au miroir, elle renifle en regardant la silhouette floue qui la regarde d'un air dur, avant de se détourner. Le boulot l'attend.

MENTAL

Orphelinat ####, secteur 2.

Rapport comportemental de N. Alinovitch,
Rédigé par Mme. De Galberg, directrice.

Natasha Alinovitch, 16ans.
Départ effectué ce matin à 10h34.


Natasha est arrivée dans sa neuvième année, suite à la disparition brutale et la mort supposée de ses deux parents.
Elle s'est toujours montrée taciturne et réservée, tant envers les accompagnants que les autres enfants. On la voit rarement sourire, plus rarement encore rire. On m'a d'ailleurs rapporté qu'elle s'en cachait parfois derrière son écharpe, geste analysé par la psychologue de l'orphelinat comme un geste de honte, sans doute lié à une culpabilité d'être en vie vis-à-vis de ses parents.

Malgré les tentatives répétées des professeurs et de la psychologue, elle a toujours refusé de se confier d'une part, et de participer aux cours de l'autre.
Son refus s'est affiché par une absence de communication au quotidien, allant au bout de quelques semaines jusqu'à ne plus aller en cours.

L'enfant ne sait donc à notre connaissance ni lire ni écrire, et ne semble vouloir parler qu'en cas de nécessité. Malgré son silence quasi-permanent et son refus de s'intégrer au groupe, elle se montre polie et respectueuse envers les autres, dans la plupart des cas.

Elle semble avoir une addiction aux confiseries, et une tendance prononcée à les voler à ses camarades, bien qu'elle préfère le faire en leur absence et éviter les confrontations.
Malgré tout, elle n'hésite pas à se bagarrer pour garder son "butin", ou lorsqu'un des enfants vient à se moquer d'elle.

Natasha semblait par ailleurs avoir une peur prononcée du noir à son arrivée, qui s'est peu à peu estompée jusqu'à disparaître entièrement.
En revanche, elle panique aujourd'hui encore sitôt que retentit une détonation ressemblant de près ou de loin à celle d'une arme.

*****

Rapport psychologique complémentaire.
Rédigé par Melle. Lucatti, psychologue.


Natasha a été très atteinte et choquée par la mort de ses parents. Ses camarades ont même rapporté de nombreux cauchemars à son arrivée, qui se sont espacé au fil des années jusqu'à disparaître.
Elle a toujours refusé de m'en parler, préférant se cloîtrer dans le silence, et s'est finalement enfermée dans une solide carapace.

Par ailleurs, il m'a semblé entrevoir, au fur et à mesure de mes observations, deux faits qu'il me semble important de relater.
Tout d'abord, Natasha semble avoir trouvé un moyen d'extérioriser ses sentiments les plus sombres en frappant contre un sac de sable, sur lequel elle passe des heures à s'épuiser. Elle ne s'est parallèlement jamais montrée gratuitement violente, mais je serais à ce jour incapable de dire ce qu'il en sera une fois hors de l'établissement.

Ensuite et paradoxalement, j'ai pu constater un léger trouble comportemental chez Natasha. En effet, lors d'une brève entrevue très récente, il m'a semblé me retrouver un instant face à une enfant d'une dizaine d'années, et non à la jeune femme de quinze ans  que j'avais convoquée. Cette modification a d'une certaine manière libéré sa parole, et j'ai pu, pour la première fois, échanger quelques phrases avec elle.
Ses attitudes et son élocution infantiles n'ont que brièvement duré, et la Natasha taciturne et renfermée a très rapidement repris le dessus. Malheureusement, je n'ai par conséquent pas pu définir si elle se souvenait de l'épisode précédent, ni si elle en avait même eu conscience.

En conclusion, je pense pouvoir affirmer que Natasha est une jeune femme peu équilibrée, mais non dangereuse en l'état actuelle des choses.
NOM: Alinovitch
PRÉNOM: Natasha
ÂGE: 19 ans
SEXE: Féminin
SEXUALITE: Indéfinie pour le moment
SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
PROFESSION: Récupératrice
CATÉGORIE D'ARMES: Corps-à-corps
QUARTIER: 3ème
GROUPE: Rebelle
NOTES: RAS


HISTOIRE

1ère journée.
Il est encore tôt quand Natasha se réveille en sursaut. Dehors, des cris, des bruits de combats, des coups de feu. Rapidement un sanglot naît dans sa gorge, et très vite, la voilà qui pleure, courant en chemise de nuit dans la chambre de ses parents.
Bien sur, sa mère la serre dans ses bras, bien sur son père fait quelques blagues pour la rassurer. Mais ni l'un, ni l'autre ne sait lui dire ce qu'il se passe, dans la rue, ni à qui sont les hurlements d'agonie qu'ils entendent dans la rue.
Toute la journée, la fillette restera cachée sous les draps parentaux. Toute la nuit aussi.

2onde journée.
On ne peut pas dire qu'elle ait réellement dormi. Disons plutôt que son petit âge a fini par avoir raison de son inquiétude, et qu'une inconscience lourde et agitée l'a emportée sur le matin.
Lorsqu'elle en sort en début d'après-midi, l'anxiété revient, portée par la mélodie sourde des combats, encore, toujours. Dans le salon, ses parents tournent en rond, multipliant les suppositions quant à leurs origines.
Toute la journée, la fillette restera cachée sous les draps parentaux. Toute la nuit aussi.

3ème journée.
C'est en milieu de journée qu'une explication tombe enfin, via un message sur le T.E.L. du père de Natasha, venu d'un ami bien placé.
Du haut de ses neuf années, elle comprend simplement que seul les vilains rebelles sont visés, qu'on les arrête pour la sécurité des habitants. Largement de quoi rassurer la Naïve... Elle et ses parents n'ont rien à craindre, après tout. Ils sont d'honnêtes citoyens.
Toute la journée, la fillette jouera et dormira paisiblement. Toute la nuit aussi.

4ème journée.
Les combats font toujours rage, mais qu'importe ! Elle ne craint rien. Bien sur, elle préférerait sortir, jouer, courir avec ses amis, mais elle prend son mal en patience : Elle et ses parents ne craignent rien.
Bien sur, les hurlements l'effraient, lorsqu'ils s'insinuent dans ses jeux... Mais elle se met à chanter, les fait taire en les ignorant.
Toute la journée, la fillette chantera et dormira paisiblement. Toute la nuit aussi.

5ème journée.
La matinée se termine quand des coups se font entendre, tapés contre la lourde porte de la maison. La mère de Natasha entre en

trombe dans le salon, fauchant au vol la gamine qui danse, sa chemise de nuit blanche virevoltant autour d'elle. En quelques secondes, elle est cachée sous le lit parental. Un baiser qui lui frôle le front, les mots de sa mère qui s'effacent à peine et la voilà seule.
Dans l'entrée, la porte vole en éclat. Quelques cris, un bibelot qui se brise, deux coups de feu. Le silence. Le silence assourdissant que ne couvrent pas les sanglots de Natasha.
"Ne bouge pas d'ici... Je t'aime, ma fille."
Toute la journée, la fillette pleurera en silence. Toute la nuit aussi.

6ème journée.
Les mains sur les oreilles, elle pleure encore, sans un mots, sans un bruit ni un mouvement. Dehors les hurlements de détresse, dedans le silence. Autour d'elle le silence, en elle les hurlements de détresse.
"Ne bouge pas d'ici... Je t'aime, ma fille. "
Toute la journée, la fillette obéira. Toute la nuit aussi.

7ème journée.
C'est la faim qui la tire de sa cachette, alors que la soirée s'annonce paresseusement. Elle avance lentement, peureuse, jusqu'à l'entrée. Elle ne s'arrête pas devant les deux éclaboussures sanglantes au sol, ne les voit peut-être pas. Ou ne préfère pas les voir.
Un moment plus tard, elle est assise par terre, devant la porte d'entrée, des vivres éparses autour d'elle, dans lesquelles elle pioche machinalement, sans appétit, les yeux rivés sur la porte entrouverte.
Toute la journée, la fillette attendra le retour de ses parents. Toute la nuit aussi.

Et le 8ème jour...
Le silence est revenu, enfin. Le Silence après la Semaine Silencieuse.
Qu'importe, elle attend. Ses parents ne sont pas de vilains rebelles. Ils n'ont rien à craindre. Ils vont revenir.

*****

-De toute manière, je les ai toujours trouvé bizarres.
La voix de l'homme est dure, colérique, bourrue.

-Roger, quand même... C'est ton frère !
Celle de la femme est guindée, hautaine, moralisatrice.

-"Etait" mon frère. Tsss. Toujours été la honte de la famille. Un rebelle... Un rebelle, t'imagine ?
-Peut-être que c'est une erreur, Roger, voyons...

La porte s'ouvre à la volée, suivie d'un cri sur-aigu.
-Hiiii ! Qu'est-ce que cette souillon fait dans la maison !!
-Carla. C'est Natasha. Apparemment les soldats l'ont pas vu.
-Nata-... Hooo, mais oui. Alors elle est en vie... Ah.

La petite chose encombrante est soulevée du bout des bras, assise là depuis deux, peut-être trois jours. Lavée, nourrie. Sans plus de mots, sans plus d'affection. Après tout, elle est l'engeance de deux rebelles.

-Elle est dégoûtante. Et n'dit pas un mot, ha ! Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir faire d'elle ?!
-'nous fallait bien ça, tiens. Une gosse débile sur les bras.
-Roger, on va pas...
-La garder ? ça va pas non ?? On n'a aucune obligation envers elle, elle n'fait plus partie d'la famille !
-Roger, quand même... On va pas la laisser là. ... L'orphelinat ?
-Parfait. Fais sa valise, on l'y emmène demain matin.

*****

Comment qualifier les années qui suivirent ?
On présenta la jeune fille à la directrice de l'orphelinat comme une enfant attardée. Elle parlait peu, ne jouait pas, ne pleurait pas.
Elle mangeait peu, recherchait la solitude, et finit même par élire domicile dans un grenier, loin des autres enfants. Personne n'essaya de lui apprendre à lire, ni à écrire. A quoi bon ?
Une gamine perdue d'avance, de toute manière.

Pourtant, ce que tous ignoraient, c'est que ses journées de solitude ne se résumaient pas à une longue attente silencieuse. Et si elle ne parlait pas, ses pensées, elles, couraient, s'envolaient, toutes vers une même idée.
On avait tué ses parents. Etait-ce une erreur ? Elle aurait voulu en être persuadée, mais toujours une petite voix soufflait à son oreille...
Et s'ils avaient été rebelles ? S'ils avaient été de ceux qui reniaient le Roi ?

Elle en devenait folle de ne pas comprendre, de ne pas savoir. Dans sa petite tête d'enfant, les choses se transformaient, allaient et venaient, jusqu'à ce que naisse une décision.
Elle entrerait dans la rébellion. Pour comprendre. Pour se venger, d'une manière ou d'une autre. Pour avoir un but dans la vie, peut-être aussi.

Jour après jour, elle se mit à s'entrainer, seule contre un sac de sable. A coups de poings et de pieds d'abord maladroits, mais qui devinrent plus précis au fil du temps.
Mois après mois, elle persévera.
Année après année, elle devint plus forte.

Et le jour de son 16ème anniversaire, elle partit de l'orphelinat, sans un regard en arrière ni l'ombre d'un regret.
Trois années fades et crasseuses s'en suivirent, le nez dans les ordures des autres pour survivre. Mais ça lui importait peu. A croire que les humiliations, les coups des autres récupérateurs, les regards des passants, glissaient sur elle sans l'atteindre.

*****

-Salut gamine. T'as l'air d'en vouloir.

Natasha lève les yeux sur l'inconnu, méfiante, le poing encore couvert de sang, et le col de son agresseur devenue victime dans la seconde main.

-Je suis occupée.
-J'vois ça. Tu t'laisses pas marcher sur les pieds.
-Pas le choix.
-La rébellion a b'soin d'gens comme toi.

Un infime sourire se dessine sur le visage fin de la jeune femme, qui lâche l'homme aussitôt pour se redresser.
Enfin. Sa vengeance est en marche.


ET IRL?
PSEUDO: Natasha Alinovitch..?
ÂGE: 25.
A PROPOS DE VOUS ?: J'm'appelle pas Natasha en vrai. Hinhinhin.
SPONSORISE PAR: Dieu lui-même !
FEATURING: Integra Hellsing
CODE:



Dernière édition par Natasha Alinovitch le Lun 26 Mai - 4:34, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Citoyen


Messages : 298
Date d'inscription : 14/01/2014
Fiche : NERO — boisson, amour et chocolat

Infos
Points de vie:
8/10  (8/10)

Nerone Jelkins - N'y a-t-il que la vengeance ?
Message Sujet: Re: N'y a-t-il que la vengeance ?     Dim 18 Mai - 20:02

HIIIII. BIENVENUE.

PLEIN D'AMOUR SUR TOI ON T'AIME DÉJÀ


[23:45:27] Fraus Néri : Voyons Nero tu n'as pas besoin de ça pour me séduire <3
[23:18:20] @ Sacha ##### : NERONE JTM
[22:42:55] Ludwig Hammerstein : T'es un na mour

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rebelle



Sacha ##### - N'y a-t-il que la vengeance ?
Message Sujet: Re: N'y a-t-il que la vengeance ?     Dim 18 Mai - 20:04

JE T'AIME NATASHA TU LE SAIS DEJA AHHHH. :cry:


٭ FICHE
٭ RELATIONS
٭ T.E.L

٭ and she walks
٭ (c) .1019

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magistrat



Fraus Néri - N'y a-t-il que la vengeance ?
Message Sujet: Re: N'y a-t-il que la vengeance ?     Dim 18 Mai - 20:06

*lance des confettis rose bonbon partout*

BIENVENUUUUUUE ET JE KIFFE TON HISTOIRE /o/


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rebelle


Messages : 181
Date d'inscription : 18/05/2014
Fiche : Par ici !



Infos
Points de vie:
0/10  (0/10)

Natasha Alinovitch - N'y a-t-il que la vengeance ?
Message Sujet: Re: N'y a-t-il que la vengeance ?     Dim 18 Mai - 20:13

Merci vous ! J'suis sure qu'un certain vous a briefé pour que vous soyez gentils avec moi mais.. Merci !! ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Citoyen


Messages : 15
Date d'inscription : 05/12/2013
Fiche : Dans les profndeurs personne ne vous entendra crier...

Infos
Points de vie:
10/10  (10/10)

Tyr Osborn - N'y a-t-il que la vengeance ?
Message Sujet: Re: N'y a-t-il que la vengeance ?     Dim 18 Mai - 21:01

Moi, je t'aime pas.

*Plombe l'ambiance A MORT.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rebelle


Messages : 181
Date d'inscription : 18/05/2014
Fiche : Par ici !



Infos
Points de vie:
0/10  (0/10)

Natasha Alinovitch - N'y a-t-il que la vengeance ?
Message Sujet: Re: N'y a-t-il que la vengeance ?     Mer 21 Mai - 2:01

Pom pom pom... *fout une raclée à Tyr en passant.  *

Voilà, toutes les "rubriques" remplies... j'attends vos retours pour reprendre ce qui ne va pas !



-Merci à Nero pour l'avatar et au Doc' pour la signature !!-
~Fiche / T.E.L. / Relations~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magistrat



Fraus Néri - N'y a-t-il que la vengeance ?
Message Sujet: Re: N'y a-t-il que la vengeance ?     Mer 21 Mai - 18:43

BIENVENUE SUR UNDERGROUND (officiellement) !

Notes du sous-fiffre: Bienvenuuue, chère nouvelle validée /o/ j'ai hâte que tu martyrises ce pauvre Fraus

Tu dois maintenant: Parce qu'il y a quelques obligations, quand même. Enfin, pas beaucoup pour le moment.

  • Faire ta fiche de relations. (www)

Tu peux maintenant: Parce que... parce que c'est très bien, voilà !

  • Faire ton TEL. (www)
  • Faire ton journal ou d'autres trucs cools dans le passé. (www)
  • Et si jamais t'as envie de RP maintenant, tu peux aller: sur la Chatbox (www), sur les demandes de RP (www) ou encore aller faire une nouvelle demande ! (mais on aime pas ça, ewww. c'est caca.)

Et on a ajouté à ton inventaire:

  • Ton arme... surtout, vise la tête, c'est plus efficace. Ou les services trois pièces...
  • Ta maison !
  • Une fiole de santé +3HP si jamais tu te prends le petit doigt de pied contre la commode de ta chambre.

Et bonne chance !


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé - N'y a-t-il que la vengeance ?
Message Sujet: Re: N'y a-t-il que la vengeance ?     


Revenir en haut Aller en bas
 

N'y a-t-il que la vengeance ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-