AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Magistrat



Fraus Néri - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Jeu 1 Mai - 21:07

Il est bien connu à Érèbe qu'une fois la journée terminée, quand la luminosité de la ville souterraine décline et que les braves citoyens rentrent sagement chez eux, toutes sortes de lieux de perdition s'animent, et parmi eux la Maison. Un certain nombre de rumeurs courent sur l'endroit, généralement infondées et tout à fait exagérées. Mais il en est une que l'on répète à voix basse au cas où une patrouille soit dans les parages, une qui concerne les mystérieuses silhouettes encapuchonnées que l'on voit parfois se glisser dans les ruelles à la faveur de la pénombre.

"Vous avez entendu ? Ne répétez pas que c'est moi qui vous l'ai dit, mais il paraît que la nuit, les gardes royaux..."

Bon, comme il a été dit tout à l'heure, les rumeurs sont exagérées, et malgré ce qui se chuchote, la garde royale n'organise pas de partouzes tous les soirs à la Maison. Et que ceux qui seraient tentés d'offrir un scoop au Daily News remballent leur appareil photo : un... accident est vite arrivé. Mais toutes les bonnes rumeurs ont un fond de vérité, et il est vrai que certains gardes aiment venir s'y détendre. Après tout, ce sont des hommes et des femmes comme les autres, avec des envies et des besoins pas toujours faciles à concilier avec leur métier.

Du moins, c'était ce que Fraus Néri se répétait en ce moment même, alors qu'il marchait en direction de l'endroit nommé précédemment. Il aurait pu faire le trajet les yeux fermés depuis le temps qu'il le parcourait, et même si la petite voix culpabilisante qui l'avait harcelé les premières fois qu'il s'y était rendu s'était calmée, elle n'avais jamais vraiment disparu. Que diraient tes parents s'ils savaient, sussurait-elle, ce que leur cache leur fils si droit, si intègre ? Mais il se contenta de secouer la tête, chassant ces pensées. Il avait l'habitude. Et il savait de toute façon que sa libido ne le laisserait pas dormir tant qu'elle ne serait pas apaisée.

Le bâtiment était tout proche maintenant, et avec lui la promesse d'une étreinte qui lui apporterai un peu de paix, temporairement du moins. Il se demandait bien qui serait disponible aujourd'hui... le manque perpétuel de personnel masculin dont se plaignait régulièrement la patronne ne permettait pas vraiment d'avoir des favoris. Non pas qu'il ait un problème avec ça, ce n'était pas comme s'il venait dans l'intention de se trouver un petit ami...

Son allure ralentit progressivement, jusqu'à ce qu'il s'arrête devant la porte. L'endroit avait l'air animé ce soir, et un sourire éclaira son visage : il y trouverait sans doute son bonheur.


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Invité - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Ven 2 Mai - 1:33

La « nuit » venait de tomber. L'heure du racolage, des préliminaires et de luxure aussi. Pour elle, nous nous préparons. Nous enfilons nos tenues aguicheuses, nous nous coiffons, les filles se maquillaient. En supériorité numérique, elles piaillaient, se lançaient des vacheries et des encouragements entre elles, des œillades et des sous-entendus pleins de promesses à leurs collègues masculins. Dommage pour moi, j'étais gay. Mais j'aimais bien cette ambiance survoltée, avec sa tension sous-jacente.
Pour les préparations, me concernant, c'était du rapide. J'devais juste laisser mes bonnes vieilles goggles et leurs copains les gants aux vestiaires, et troquer mon haut difforme pour une chemise noire. Beaucoup plus classe la chemise d'après la maquerelle. Et si vous ne vouliez pas finir étriper par cette harpie, ce qui fait assez tâche dans une oraison funèbre, vous vous rangiez à ses avis. Car bon, on est dans un établissement respectable quoi. Tant pis si des types trop impatients font sauter tout tes boutons, ça se recoud.

Accoudé au bar, une clope à la main, je recrachai nonchalamment la fumée en direction de l'entrée. C'était animé, okay, mais qu'est-ce que je m'emmerdai. Pas une seule personne en vue, enfin intéressante du moins. Je laissai volontiers à mes collègues tout ce menu fretin. Y avait des jours comme çà, sans magistrats pour me raconter les derniers potins, sans gardes pour me donner les dernières infos. Enfin, partageant mon amour pour la gente masculine s'entend. D'après les autres, je faisais un sérieux fantasme sur l'uniforme. Mouais, je sais, c'est pas très glorieux comme réputation.
J'étais en train d'observer amusé deux haut-placés faisant genre « On ne se connaît pas. » alors qu'ils avaient tout deux une jolie cocotte pendue à leur bras quand ENFIN, mon salut arriva en la personne de Fraus Néri. Ce type ? Jamais parlé de ma vie. Toujours occupé avec quelqu'un d'autre lorsqu'il se pointait ici et sinon j'évite ce genre de mauvaises fréquentations. Mais on m'avait pas mal parlé de lui. On ? Les résistants bien sûr. C'est triste d'avoir son propre frère comme délateur n'est-ce pas ?
Ecrasant ma cigarette dans le cendrier, je m'avançais vers lui, attrapant au passage le bras de Marcus qui semblait avoir la même proie dans le viseur.

Celui-ci, il est à moi, alors pas touche mon chou.

Les travailleurs de la Maison savaient que j'avais fait un tour par l'Arène avant de tomber ici, autant en profiter. Ce petit détail de concurrence réglé, je continuai ma route, déboutonnant les deux premiers boutons de ma chemise.
Ce fut avec un petit sourire en coin que je me présentai devant lui. Plutôt pas mal, l'air claqué mais pas mal ce qui ne gâterait rien. Je me hissai sur la pointe des pieds, une main sur l'épaule, sans le coller cependant. Je lui murmurai à l'oreille alors que l'autre main lui effleurait le torse :

On monte ?

Moi, direct ? Si peu.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Magistrat



Fraus Néri - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Ven 2 Mai - 13:53

L'habituelle chaleur qui régnait à l'intérieur l'accueillit dès qu'il entra, et Fraus s'empressa d'ouvrir son manteau avant de mourir de chaud. Quel contraste avec le froid qui régnait dehors... allez, maintenant qu'il était là, il ne lui restait plus qu'à faire son choix parmi les travailleurs disponibles ce soir. Un rapide coup d'oeil l'informa qu'un petit groupe d'employés de sexe masculin trainaient près du bar, ainsi que, oh tiens, un collègue dont le choix s'était porté sur une jolie blonde. Zut, et lui qui avait envie de rester un minimum discret... au pire il ferait comme s'il n'avait aucune idée de son identité. C'était pas comme s'ils se croisaient tous les jours au Sommet, hein.

Il s'avança vers les jeunes hommes, mais avait à peine fait quelques pas que l'un d'eux, qui l'avait visiblement repéré, commença à se lever avant d'être immédiatement stoppé par son voisin, un roux qui était jusque là en train de fumer. Le garde observa la scène, intrigué. Est-ce qu'ils s'emmerdaient tellement ce soir qu'ils en venaient à se battre pour lui ?
Le roux sortit vainqueur de la dispute, et vint se planter devant lui pendant que l'autre se rasseyait. Bon, s'ils venaient d'eux mêmes tomber dans ses bras, Fraus n'allait pas se plaindre. Surtout que le jeune homme était plutôt mignon, et audacieux, vu qu'il était déjà en train de lui proposer d'aller s'amuser un peu à l'étage, joignant le geste à la parole. En voilà un qui ne tournait pas autour du pot... et il n'allait pas nier qu'il aimait ça. Beaucoup. Glissant une main dans le dos du jeune homme pour l'attirer contre lui, il lui décocha un sourire entendu.

"C'est si gentiment proposé... Allons-y, alors" dit-il, entraînant son compagnon d'une soirée vers les escaliers. Pas besoin qu'on le guide, il connaissait le chemin.


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Invité - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Sam 3 Mai - 0:01

Lorsque je sentis sa main contre mon dos, mon sourire s'agrandit. Yes, je ne m'étais pas fait jeter. J'crois que mon ego ne s'en serait jamais remis sinon. Je me laissai emmener à l'étage, me serrant contre Fraus. Pour ce soir, je lui appartenais. On sentait l'habitué de la maison. Les nouveaux, il fallait limite les prendre par la main.
Tandis que l'on grimpait les marches, je réfléchissais à comment m'y prendre. D'après ce qu'on m'avait de lui, je suppose qu'il n'est pas du genre à déballer sa vie au premier venu. Contrairement à d'autres. J'vous jure, il y en a à les écouter, tu te demandes comment le royaume tenait debout avant qu'ils bossent pour lui. Et bien sûr, j'devais montrer à quel point j'étais impressionné et flatté qu'ils s'intéressent à ma modeste personne. Le jour où je me tirerai d'ici, je pourrai toujours tenter ma chance comme comédien. Enfin bref, j'suis HS là. Bon alors, commençons par son prénom, ça éviterai les gaffes.

Dis, c'est quoi ton nom ? Moi on m'appelle Birdie. 

J'ouvris la porte de la chambre qui m'était attitrée. La refermant d'un coup de hanche, je débarrassai mon client de son manteau que je jetai négligemment sur la chaise. Puis je me pendis à son cou, passant mes mains dans ses cheveux courts avant de les glisser sur sa nuque. Il avait eu l'air d'apprécier que je prenne l'initiative tout à l'heure, autant continuer ! Ma bouche se posa sur l'angle de sa mâchoire, son cou, descendit à la limite de l'encolure, déposant son lot de baisers brûlants.
Il buta contre le lit, atterrit les fesses sur le matelas. Je m'assieds sur ses cuisses, un genoux posé de chaque côté. Mes mains glissèrent sous son haut, l'emportant avec elles alors qu'elles remontaient langoureusement le long des côtes. Elles le retirèrent et l'envoyèrent valdinguer hors du lit, dévoilant une peau marquée par les combats.

T'es un garde hein ? Ses cicatrices... Laisse-moi te faire oublier tout ces problèmes, l'espace d'une nuit. Ça te dit un petit massage ? Avant de passer aux choses sérieuses... 

Je lui déposai un léger baiser au coin des lèvres, plein de promesses.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Magistrat



Fraus Néri - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Lun 5 Mai - 5:07

Le jeune homme ne perdait décidément pas de temps. C’était un bien joli surnom, même s’il n’avait pourtant rien d’un oisillon si Fraus devait en croire les muscles qu’il sentait sous ses mains.

"Birdie ? Sympa comme nom. Moi c’est Fraus"

Il lui était arrivé de mentir sur pas mal de choses, ou carrément de refuser de répondre à certaines questions qu’on lui avait posées lors de ses visites, mais il n’avait jamais pu se résoudre à donner un faux nom. Ça l’aurait mit mal à l’aise de faire ça, comme s’il était une tout autre personne. Et puis bon, les employés de la maison close savaient que bavarder sur l’identité de leurs clients n’était pas la chose la plus sage à faire s’ils souhaitaient les garder.

Birdie l’entraîna dans sa chambre, et tout à coup son manteau avait disparu et on couvrait son cou de baisers. Soupirant doucement, il ferma les yeux et se laissa faire, profitant du moment et du plaisir qu’on lui procurait. Ah, pouvoir  s’abandonner ainsi, sans devoir rien contrôler… putain, il en avait bien besoin. Reculant sous ces délicieux assauts, il se retrouva acculé contre le lit et y tomba assis. Son compagnon de soirée l’y rejoignit immédiatement, à cheval sur ses cuisses, et Fraus le serra contre lui pendant qu’il commençait à le déshabiller.

"T’es bien curieux, dis donc. Si j’en suis un ? Peut-être, peut-être pas." Sur ce sujet là, par contre, il se confiait moins facilement…

Il ne s’attendait pas à ce dernier baiser,  et ne put s’empêcher d’effleurer le coin de sa bouche du bout des doigts, l’air surpris. C’était presque un geste… intime ? La plupart des prostitué(e)s refusaient d’ailleurs d’embrasser leurs clients dans cette zone pour cette raison.

Il sourit, avant de poser ses deux mains à plat sur le torse de Birdie, le repoussant très légèrement (il ne voulait pas non plus le jeter à terre, hein) pour qu’il n’aille pas plus loin.

"Je ne suis pas contre un massage, mais tu veux bien me laisser prendre une douche d’abord, avant que tu me montres tes talents ? Je suis sûr que ça n’en sera que plus agréable pour nous deux"

Les chambres comportant toutes une salle de bain adjacente, chaque employé pouvait donc exiger de ses clients qu’ils y fassent un tour (sans trop y traîner, restrictions d’eau oblige, à moins de vouloir se faire botter le cul par la patronne). Fraus préférait toujours le faire, de toute façon, par égards pour ceux dont il partageait le lit.

Spoiler:
 


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Invité - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Mer 7 Mai - 23:42

Fraus réussit l'incroyable exploit de me décontenancer. Pendant un court instant certes mais quand même. On ne m'avait encore jamais repoussé une fois cette porte passée. Rah, si mon charme légendaire ne faisait plus effet au lit, j'étais bon pour la retraite. A dix-neuf ans. Au moins, j'aurai établi un nouveau record.
Sentant ses mains faire barrière, je lui lançai un regard dérouté. Avais-je encore une fois dépassé les bornes ? Sa surprise à mon baiser ne m'avait pas échappé. Apparemment, les gens trouvaient ce geste était intime. Pas plus que de sucer quelqu'un à mon humble avis mais je comprendrai qu'il ne désire pas ce genre de familiarités avec un prostitué, même un aussi canon que moi.

Il me rassura bien vite. Une douche, okay. Rien que pour voir sa tête, j'aurai bien répondu non. Ce qui n'aurait pas été très pro. Déjà qu'il me trouvait curieux alors que ça faisait à peine cinq minute que je l'avais abordé. J'allai m'éclater pour la suite. Allez, faut que je trouve une solution sinon les résistant n'auraient rien à se mettre sous la dent ce soir.
Dégager mes fesses de sur Fraus me semblait être un bon début. Me levant, je lui fis un petit sourire contrit de gamin en faute. Des années d'entraînements ce sourire.

« Oui bien sûr, désolé j'aurai dû te le proposer avant. Mais tarde pas sinon la harp... euh la patronne va nous sonner les cloches. Et puis j'risque de m'ennuyer tout seul moi ! » terminai-je avec un clin d’œil. Ce n'était même pas la peine de lui proposer de l'accompagner, on ne rentrait pas à deux. Elle avait tout prévu.

En l'attendant, je me préparai pour la suite. J'enlevai les bottes et la chemise. Pour le bas, je laissai ce plaisir au client. Farfouillant dans la petite commode, je cherchai l'huile de massage. Si j'arrivai à le détendre assez, il serait peut-être plus ouvert. Je ne la trouvai pas de suite, il y avait un peu de tout dans ce meuble. Des liens et menottes, des baillons, une cravache,... Non, je ne versai pas dans le SM mais certains hommes appréciaient pouvoir assouvir leurs pulsions dominatrices afin de se défouler. Quand ils ne ramenaient pas leurs propres jouets et costumes. Honnêtement, je n'aimerai pas être dans la tête de certains.
Avec Fraus, ça semblait être l'inverse pour l'instant il n'avait rien fait pour diriger. J'eus un léger rire. Pour changer, ce ne serait peut-être pas moi qui finirait attaché aux barreaux du lit ce soir.
Je finis par retrouver cette satané crème. La sortant, je gardai le tiroir ouvert. On ne sait jamais, cela pourrait donner des idées au blond... Je la posai sur le matelas, avant de sortir mon paquet de clopes de mon lit et de m'en griller une à la fenêtre.

HJ:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Magistrat



Fraus Néri - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Ven 9 Mai - 1:03

Birdie quitta son perchoir pour lui permettre de se relever, affichant un petit sourire gêné absolument adorable, et il ne put s’empêcher de lui sourire en retour.

"T’en fais pas, je ne serais pas long... le rassura-t-il, avant de filer à la salle de bains maintenant que la voie était libre. Une fois la porte refermée, il se débarrassa rapidement de ses vêtements  qu’il abandonna sur une chaise sans doute placée là à cet effet. Inutile de traîner, il n’était pas vraiment venu pour ça.

La cabine était exiguë, sans doute pour dissuader les clients d’y passer trop de temps ou d’y ramener l’employé qu’ils avaient choisi (mais honnêtement, qui pouvait bien vouloir faire ça sous la douche ? C’était un coup à se casser quelque chose, on était bien mieux dans une baignoire), et sa taille n’arrangeait rien mais bon, ce n’était qu’un inconfort passager. Ouvrant le robinet, il savoura  pendant quelques secondes la sensation agréable de l’eau chaude sur sa peau, passant les mains dans ses cheveux, avant d’ouvrir la dosette individuelle de gel douche qu’on avait laissée à sa disposition et de se savonner vigoureusement sur tout le corps. Ce faisant, il se sentit un peu plus alerte et récupérer un regain d’énergie. Il ne s’était pas rendu compte qu’il était aussi vanné… pourvu qu’il puisse enfin avoir une bonne nuit de sommeil après ça. Étouffant un bâillement, il laissa le jet d’eau le rincer, puis coupa la douche et sortit de la cabine. Une serviette l’attendait sur le bord du lavabo, soigneusement pliée, et il se sécha rapidement (inutile de s’attarder sur ses cheveux, ils sècheraient bien assez vite vu leur longueur) avant de la nouer autour de sa taille. Récupérant ses vêtements et ses bottes, il quitta la pièce aussi vite qu’il y était entré.

L'autre homme, qui s’était partiellement dénudé pendant ce temps, l’attendait en fumant une cigarette par la fenêtre (dommage, il aurait bien aimé lui enlever cette chemise). Pendant qu’il la terminait, Fraus déposa ses affaires sur la chaise où se trouvait déjà son manteau, puis revint vers le lit, remarquant au passage que le tiroir de la petite commode était resté ouvert. Un coup d’œil rapide lui révéla qu’elle contenait toutes sortes de jouets, dont plusieurs baillons, liens et paires de menottes qui lui auraient sans doute fait très envie en temps normal. Mais ce soir, il se sentait trop fatigué pour verser dans la fantaisie.

Il s’assit sur le bord du matelas et examina avec curiosité le pot qui s’y trouvait. Une crème de massage, hein ? Voilà qui s’annonçait sympathique.

"Alors, prêt à me montrer ce que tu sais faire ?


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Invité - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Dim 11 Mai - 0:45

Le mégot finit dans le cendrier posé sur le rebord. Il m'était très utile celui-là, j'avais l'habitude d'en fumer une entre chaque client ou quand ceux-ci me faussaient compagnie pour la douche. Ça déstressait bien.
Je me retournai avec un sourire vers Fraus, détaillant sans gêne ce que montrait la serviette et essayant de deviner ce qu'elle cachait, c'est-à-dire pas grand chose. Mon regard se fit appréciateur. Je ne m'étais pas trompé, il était bien foutu. Dans notre écosystème, les gardes avait beau être mes ennemis naturels, je ne pouvais pas leur retirer qu'ils savaient s'occuper de leur corps. Normal, un petit bedonnant, ça présentait moins bien lors des patrouilles.

Yes sir !

En quelques pas, je rejoins le lit. Me penchant, je posais mes mains sur ses épaules pour le repousser doucement contre le matelas. Je m’assieds à côté de lui et je versai le la crème froide entre mes mains. Je les frottai l’une contre l’autre pour la réchauffer le temps que le blond se mette dans la bonne position.

Sur le ventre s’il te plaît.

Une fois fait, je positionnai de nouveau mes genoux de chaque côté de sa personne, au niveau du bas du dos, soulevant les fesses juste assez pour ne pas être assis sur lui. Dans un premier temps, je faisais toujours un massage ‘normal’. Après… C’était selon le bon vouloir du client.

Je débutai par la nuque, mes doigts glissant et remontant délicatement le long du cou. Je pouvais sentir les muscles se relâchait un par un. Puis mes mains descendirent, effleurant le dos jusqu’à la limite de la serviette. Elles remontèrent, en appuyant un tout petit peu plus fortement, mes pouces longeant la colonne vertébrale, recommençant plusieurs fois avant de venir pétrir les épaules. Je laissai glisser mes ongles sur la peau en de languissantes arabesques, alternant avec le reste. Je ne sais pas combien de temps cela dura, peut-être dix minutes, peut-être moins ou plus mais à la fin, Fraus m’avait l’air parfaitement détendu.
Mon torse alla s’appuyer contre son dos, alors que ma bouche lui susurra dans le creux de l’oreille pour ensuite la mordiller gentiment :

Je continue ? Ou tu préfères quelque chose de plus… sensuel ?

Joignant le geste à la parole, une de mes mains se glissa sous son ventre. Elle franchit la frontière du tissu et caressa l’intérieur de la cuisse, ignorant délibérément ce qui se trouvait à côté.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Magistrat



Fraus Néri - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Sam 17 Mai - 0:24

Fraus obéit à la pression des mains de Birdie, se laissant retomber en arrière sur le matelas, puis se retourna, offrant son dos à la vue du jeune homme. Une fois correctement allongé, il croisa ses bras devant lui et baissa la tête, y appuyant le front. Le matelas bougea légèrement tandis que l’autre s’installait, et il sentit ses jambes appuyer légèrement de part et d’autre de sa taille, puis quelque chose de chaud et humide effleura sa nuque et il soupira. Les doigts habiles montèrent caresser son cou, avant de redescendre lentement jusqu’au bas de son dos, dénouant les muscles sur leur passage. Sentant son corps se relaxer, Fraus soupira de nouveau et ferma à moitié les yeux, laissant son esprit se vider pendant que les mains douces remontaient jusqu’à ses épaules. Cette pause dans son quotidien d’habitude rempli de stress et de doute, il en avait vraiment besoin.

Ses paupières s’alourdissaient de plus en plus, le lit était confortable et le massage le réchauffait, aussi laissa-t-il ses yeux se fermer complètement et son esprit vagabonder. Un certain temps passa (et il devait admettre qu’il s’était carrément endormi une ou deux fois), seulement rythmé par les caresses le parcourant, jusqu’à ce qu’une sensation différente le tire de sa rêverie. Celle d’un corps sur le sien.

Les mots de Birdie le réveillèrent tout à fait, et il frissonna lorsqu’il ponctua sa phrase en lui mordillant l’oreille. Avant même qu’il n’ait pu répondre, une des mains du  jeune homme passa entre lui et le matelas, puis sous sa serviette,  et vint frôler l’intérieur de sa cuisse. Ce faisant, ses doigts effleurèrent une des cicatrices dont un rebelle lui avait fait cadeau l’année précédente, et qui n’avait pas encore perdu toute sa sensibilité. Les fourmillements étaient inattendus, et il se mordit la lèvre, mais combinés à la caresse, ils n’étaient pas trop désagréables.

Il se retourna partiellement, s’appuyant sur un coude et lui sourit.

"Je ne suis pas contre la deuxième option… surtout vu comment tu es doué de tes mains"

A ces mots, il laissa ses doigts glisser le long du bras de Birdie, dont la main n’avait pas bougé, ne s’arrêtant que lorsqu’ils butèrent sur le tissu de la serviette.


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.



Dernière édition par Fraus Néri le Lun 19 Mai - 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Invité - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Dim 18 Mai - 23:21

Je lui rendis son sourire. Je savais que j'étais quelqu'un de trèèès doué mais c'était toujours agréable de se l'entendre dire. Bon, vu que j'avais son autorisation, je pouvais commencer un autre type de massage. Du genre que l'on ne propose que dans cet établissement.

Merci du compliment. Mais...


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Magistrat



Fraus Néri - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    Mar 27 Mai - 0:19



HRP2:
 


Citation :
[18:21:04 20/04/14] @ Sacha ##### : moi je dis
[18:21:10 20/04/14] @ Sacha ##### : Fraus = soumis. Avec Nero. Voilà.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé - Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]
Message Sujet: Re: Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]    


Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le célibat devient trop pesant... [PV Tori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» quand un homme devient fou
» Quand une musique devient-elle insupportable?
» Votre PC chauffe trop et rame énormément. Réfléchissez avant de le mettre à la poubelle.
» Le site Web est trop occupé...
» Quel luthier pour Weiss tout koa pas trop cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-