AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Citoyen


Messages : 298
Date d'inscription : 14/01/2014
Fiche : NERO — boisson, amour et chocolat

Infos
Points de vie:
8/10  (8/10)

Nerone Jelkins - NERO — boisson, amour et chocolat
Message Sujet: NERO — boisson, amour et chocolat    Sam 18 Jan - 19:08

« allez, j'en reprend un dernier pour la route. »

PHYSIQUE
La beauté est une chose éphémère et subjective. Personne n'est vraiment beau ou vraiment laid, on exprime simplement le fait que, cette personne correspond à nos critères de magnificence.

Nerone, c'est ce corps d'homme classique, qu'on voit à chaque coin de vue. Une carrure simple, ni trop fine pour qu'on le confond avec une femme, mais ni trop musclée, c'est pas une armoire à glace non plus. Disons qu'il en est au stade, « juste ce qu'il faut ».  Nerone, pas de petit bidon mais pas non plus de tablettes de chocolat.  « Juste ce qu'il faut. » Nerone, c'est ces longues jambes, solides, qui maintiennent ce corps, ces longs bras, imposants, puissants, sans pour autant perdre leur longitude et briser la finesse que cet homme dégage. Nerone, c'est ce teint mat qui peut vous faire penser au soleil. Ou simplement à un mec bronzé.

Nerone, c'est ce visage qui peut paraître dur, mais qui pourtant, sourit régulièrement. Cette barbe, finement taillée, peut facilement faire comprendre aux gens qu'il prend soin de ce que la nature lui a offert. Ce nez droit trône au centre de sa face, et ses fins yeux fatigués,  sont souvent cachés par ses mèches de cheveux.

D'un style vestimentaire sobre et simple, les bretelles sont toujours présentes par dessus sa chemise blanche usée, qui est plutôt grise que blanche, en fait. Un pantalon droit, rien de plus normal que Nerone.  

MENTAL
Nerone a un grain.  Nerone n'est pas bien. Nerone ne se sent pas bien.

Nerone se sent seul. Nerone passe son temps affalé au comptoir de ce bar, à vider ses verres de bière comme un gosse mangerait du chocolat. Nerone a besoin de noyer ses souvenirs.
Il en a besoin.

Nerone est un être rattaché au passé par les souvenirs qu'à gardé sa boîte crânienne. Nerone a peur. Peur du futur, de ce futur qu'il ne connait pas. Pas assez.

Nerone n'est pas vraiment dépressif. Il l'est, si il est seul. En la compagnie de n'importe qui, — même d'un inconnu —, Nerone aura toujours bonne mine. Parce que Nerone n'est pas un associable, loin de là. Peut-être que c'est la solitude qui le rend malade. Oui. Sûrement.

Nerone aime la compagnie. Pour boire un verre, pour discuter, pour peut-être même un peu plus. La compagnie humaine il aime, mais l'alcool, ça colle bien entre eux aussi.

Nerone est calme. Patient. Attentif. Protecteur.  Très. Trop.  Renfermé peut-être, ou plutôt mystérieux... Serein ? Enfin, ça, c'est quand il est sobre. Bourré, il n'hésitera pas à tenter — je dis bien tenter — de péter la gueule a quelqu'un qui vous a bousculé. Inconnu,  ou non ; les gens, ils les aiment, directement. C'est viscéral : « je t'aime, ou pas » , point barre. Il voit ça en blanc, ou en noir.

Mais le rouge, et si il voyait ça en rouge ?
Nerone cherche l'affection. Nerone cherche quelqu'un. Quelqu'un à aimer. Nerone rêve d'une vie simple et sans soucis.


Mais ne trouve pas. Alors Nerone reprend un verre.

NOM: Jelkins.
PRÉNOM: Nerone, mais c'est plutôt Nero.
ÂGE: 34 ans.
SEXE: Un mâle, un pur, un dur.
SEXUALITE: Bisexuel
SITUATION AMOUREUSE: Veuf.
PROFESSION: Propriétaire d'un petit bazar
CATÉGORIE D'ARMES: Armes lourdes. Parce que c'est plus rigolo.
Il a un déo pour vous en mettre dans les yeux parce qu'il est trop pauvre pour acheter une bombe lacrymo.
QUARTIER: Modeste, y  a pire, comme y a mieux.
GROUPE: Citoyens, parce que nous le vallons bien.
NOTES: Il passe son temps dans un bar.


HISTOIRE

Tu joues dehors, dans les ruelles étroites de la ville. Ta mine souriante est omniprésente. Tu cours partout, avec tes amis. T'es jeune. C'est normal, après tout. Le soir, tu rentres chez toi, voir tes parents qui t'attendent, et qui, parfois, te réprimandent parce que tu rentre trop  tard. Mais ce n'est pas grave. Ce n'est pas si grave. Et le lendemain, tu retournes jouer.
Tu n'as jamais fréquenté l'école de façon très assidue. Dès ton adolescence, la première occasion de sécher les cours est la bonne. Tu glandes, allongé, à ne rien faire. Une fois, tu es rentré dans un antiquaire, et tu as trouvé une bricole qui t'as tapé dans l’œil : le rubik's cube. Ça t'occupes, tout le temps.
T'as quand même eu ton diplôme, le premier. Les suivants ? Ah non, études, ça ira. Tu préfère faire la fiesta, sortir le soir et rentrer le matin avec la gueule de bois. Tu vis, enfin, t'as l'impression de vivre, alors dans le fond, c'est tout ce qui compte.

Tu as bien grandis, Nerone.

29 piges, un petit boulot et un appart, quoi demander de plus ? Tu as finalement la preuve que les études n'étaient pas nécessaires pour ramasser les poubelles et livrer le courrier. Bon, d'accord, amasser deux jobs c'était pas le paradis, mais c'était ce qu'il fallait. Tu ne t'en plaignais pas. Tu vivais. Encore.

Et tu l'as rencontrée.

Tu es repassé dans chez cet antiquaire. Ouais, le même, celui où t'avais eu ton rubik's cube. Que tu as toujours, d'ailleurs. Tu ne te demandes pas pourquoi il est ouvert, parce que t'y rentre, instinctivement. Et tu l'as vue. Elle, ses longs cheveux blonds emmêlés, son pantalon troué, son tee-shirt trop grand pour elle.
« Je peux vous aider ? »

Tu l'as draguée, longtemps. Tu y allais tous les jours. Dieu ne sait combien de vinyles t'as acheté, de CDs de jazz qui trainnent désormais dans ta piaule et le nombre de rubik's cube qui s'empilent a vue d’œil. T'étais fou d'elle. T'as même arrêté les fêtes entre potes pour rester avec elle au magasin.
« Tu veux boire un verre, Nero ? »

Finalement, vous avez terminé dans le lit et à deux, et tout était bien. Tu vivais. Encore.

Plus tard.

Elle est tombée enceinte une année après. Et elle a accouché neuf mois plus tard, d'une chose de sexe féminin qu'on pouvait nommer « enfant ». Vous étiez enfin une « famille ». Vous avez vécu comme ça, à trois, pendant un long moment.
Mais conduire bourrée, avec son gosse dans son siège derrière la bécane n'as jamais été une bonne idée.

Il y a une tache sur ton costard noir.  Tu prend un chiffon et l'essuie. Il reste une trace. Tant pis. Tu sors de chez toi après avoir attaché ta cravate.
Tu n'as pas envie d'y aller. Tu ne  veux pas. Pourtant, tu t'y rends quand même. Tu marches, sous la pluie.

Face aux cerceuils, tu ne sais finalement pas comment réagir. Tu regardes cette boîte qui va emmener ta vie sous terre. Tu pleures. Non Nerone, non. Tu ne vis plus.

Quelques années plus tard.

Tu as repris la boutique depuis sa mort. La ponctualité est maitre mot de ta vie. Tu ouvres a huit heures et tu fermes a dix-neuf. Tu vas au bar, jusque tard le soir. Tu bois. Tu bois. Et tu bois encore. Tu te dis que tu vis. Peut-être. Ou peut-être pas. Ah, Nerone, qu'est-tu donc devenu ? Un alcoolique qui noie son chagrin dans la boisson ? Tu essaye de te convaincre que non. Mais finalement, tu reprend un verre. Il y a un mec assis à côté de toi. Vous parlez bien. Et ça termine au lit. Tu te réveilles le lendemain, seul. Un mot sur la table.
« Merci, c'était sympa. »

Tu retournes au magasin. Huit heures, dix-neuf heures, et le bar. Tu bois. Encore. Encore. Après tout, Nerone, est-ce que ça te fait vivre de boire ?

« Nero. »
Tu grogne.
« Nero, réveille toi, putain ! Je dois fermer, il est tôt, t'as pioncé toute la soirée ici. »
Tu lèves le crâne, une belle marque rouge de ton bras imprimé sur ta joue.
« T'as l'air d'avoir bien dormi, dis donc. T'as fait de beaux rêves ? »
« On peut dire ça comme ça... » Pourtant, tu sais que ce n'était pas qu'un rêve.
« Désolé, faut que je ferme. Rentre chez toi pour ce soir. »
Tu te lèves. Tu vacille. T'as trop bu. Un mec à côté de toi te parle.

« Tu veux que je te raccompagne ? T'as pas l'air en forme. »
« C'est gentil, je ne tiendrai pas debout tout seul jusque ma piaule. Merci. »
« Pas de soucis. C'est quoi ton prénom ? »
« Nerone. Mais tu peux m'appeller Nero. »



ET IRL?
PSEUDO: Rodrakaset, Nitro, W.
ÂGE: l'âge de ta mère
A PROPOS DE VOUS ?: J'aime le chocolat, je me plains souvent, je joue à LoL, et puis j'ai toujours froid. Et puis je regarde Dr. House.  C'est la vie. Cette fiche est une vraie daube, pardon Sacha.
SPONSORISE PAR: Excellente question !!!
FEATURING: Kaburagi T. Kotetsu — TIGER & BUNNY
CODE:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magistrat



Fraus Néri - NERO — boisson, amour et chocolat
Message Sujet: Re: NERO — boisson, amour et chocolat    Sam 5 Avr - 19:20

BIENVENUE SUR UNDERGROUND (officiellement) !

Notes de ton copain : Ah ça va pas du tout il va falloir tout refaire, hein nan je déconne, on t'aime ♥

Tu dois maintenant: Parce qu'il y a quelques obligations, quand même. Enfin, pas beaucoup pour le moment.

  • Faire ta fiche de relations. (www)

Tu peux maintenant: Parce que... parce que c'est très bien, voilà !

  • Faire ton TEL. (www)
  • Faire ton journal ou d'autres trucs cools dans le passé. (www)
  • Et si jamais t'as envie de RP maintenant, tu peux aller: sur la Chatbox (www), sur les demandes de RP (www) ou encore aller faire une nouvelle demande ! (mais on aime pas ça, ewww. c'est caca.)

Et on a ajouté à ton inventaire:

  • Ton arme... surtout, vise la tête, c'est plus efficace. Ou les services trois pièces...
  • Ta maison !
  • Une fiole de santé +3HP si jamais tu te prends le petit doigt de pied contre la commode de ta chambre.

Et bonne chance !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

NERO — boisson, amour et chocolat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [fanfiction] L'amour sur msn
» Les plus beaux duos d'amour
» vend enveloppe promo je te rends ton amour
» Truffes au chocolat
» [ OS ] Pour l'amour d'une fille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-